L'affaire du MJ-12 : faits, questions, commentaires

Hastings, R.: March 1, 1989

Home

Les faits

Tout d'abord, il a été établi que "Faucon", une des principales sources des documents MJ-12, est Richard C. Doty, anciennement attaché au départment au Bureau d'Enquêtes Spéciales de la Force Aérienne du Département 17 à la Base de la Force Aérienne de Kirtland, à Albuquerque, au Nouveau Mexique. Le sergent Doty a quitté la Force Aérienne des E.U. le 1er octobre 1988.

Comment sais-je que Doty est "Faucon" ? Lors d'une récente conversation téléphonique, Linda Moulton Howe me dit que lorsque le sergent Doty l'invita à son bureau de la base AF de Kirtland début avril 1983, et lui montra un supposé document authentique du gouvernement des E.U. sur les ovnis, il s'identifia lui-même comme ayant le nom de code "Faucon" et indiqua que c'était Bill Moore qui lui avait donné ce nom.

Egalement, début décembre 1988, un membre ranking de l'équipe de production responsable du documentaire télévisé UFO Cover Up? - Live confirma que Doty était "Faucon". Ce même individu identifia aussi la 2nde source MJ-12 qui paraissait dans le programme, "Condor", comme étant Robert Collins qui était, jusqu'à récemment, capitaine dans la Force Aérienne des E.U.. Comme Doty, il était basé à la BAFK lorsqu'il quitta le service à la fin de l'année dernière.

Doty comme Collins nient toute implication dans l'affaire du MJ-12. Cependant, Linda Howe publia une déclaration sous serment, acceptant de témoigner sous peine de parjure, sur les événements ayant eu lieu au cours de sa rencontre avec Richard "Faucon" Doty à la BAFK en 1983 (attachements A et B). Jusqu'ici, Doty n'a pas publié de déclaration sous serment, ou accepté de témoigner sous peine de parjure, pour renforcer son démenti que les événements de sa rencontre avec Howe ont eut lieu comme elle les a décrits.

Pour le moment, je n'identifierai pas la source de UFO Coverup? - Live qui a identifié Doty comme étant "Faucon" et Collins comme étant "Condor". J'encourage, cependant, d'autres à tenter indépendamment de s'assurer une confirmation des déclarations qu'elle a déjà faites. Au moins 2 producteurs associés au documentaire connaissent les faits.

Questions

Maintenant que "Faucon" et "Condor" ont été identifiés, il semble prudent d'examiner les activités passées de Richard Doty et Bob Collins pour voir si ces activités tendent à ajouter à, ou porter atteinte à, la crédibilité du scénario MJ-12 qu'ils ont si vigoureusement promu au sein de la communauté ufologique. C'est-à-dire, est-ce que leurs actions reflètent une véritable tentative de publier des informations véritablement très secrètes au public ou, d'un autre côté, suggèrent une campagne de désinformation visant à semer la confusion et induire en erreur ?

Commençons avec Doty. Le sergent Richard Charles Doty a commencé par recevoir une large attention après avoir rédigé le formulaire de plainte aujourd'hui bien connu de l'AFOSI relatif à des observations d'ovnis près de la base AF de Kirtland en 1980 (attachement C). Ce document, tapé et signé par Doty, prend une nouvelle signification à la lumière d'un incident connu comme le "canular de Weitzel". Brièvement résumé, cette histoire étrange s'est déroulée comme suit : en 1981, l'Organisation de Recherche sur les Phénomènes Aériens reçu une lettre anonyme d'une personne prétendant être un aviateur de l'USAF affecté à la 1550ème Escadrille d'Entraînement et de Test d'Equipage de la base AF de Kirtland (attachement D). L'auteur ajoutait avoir fait une observation d'ovni plutôt dramatique, avec Craig Weitzel et d'autres. La lettre raconte que Weitzel avait signalé l'observation à un Mr. Dody (sic) de l'OSI de la base AF de Kirtland.

Le chercheur Benton Jamison retrouva et contacta Weitzel en 1985 (attachement E). Weitzel déclara avoir effectivement signalé une observation d'ovni au sergent Richard Doty en 1980, mais que l'incident en question ne ressemblait en aucune manière à l'expérience de RR3 qui était décrite dans la lettre anonyme. Weitzel nie aussi avoir été contacté par la suite par un individu mystérieux qui lui aurait demandé de lui transmettre toutes photographies qu'il aurait pu prendre de l'ovni, comme le dit la lettre.

Ainsi, il semblerait que l'auteur de la lettre anonyme, qui qu'il soit, se soit emparé d'un événément réel et l'ai embelli pour une raison ou une autre.

Et pourquoi cette lettre est-elle si significative concernant les questions sur la crédibilité du sergent Richard Doty comme source de documents gouvernementaux prétendus secrets ? Simplement parce qu'une analyse attentive de la lettre anonyme révèle qu'elle fut presque certainement tapée sur la même machine-à-écrire que celle que Doty utilisé pour remplir le formulaire de plainte OSI de 1980.

L'attachement F est un rapport du chercheur Brad Sparks qui traite des irrégularités de police de caractères et de traits stylistiques identiques dans la lettre de l'aviateur anonyme et du rapport du sergent Doty. En fait, l'analyse de la police de caractères par Spark est incomplète. En plus du "u" irrégulier qu'il identifie, on peut voir que les lettres "gh", comme dans le mot "sighting", sont écrasées ensemble de même manière dans la lettre comme dans le rapport. La lettre "o" minuscule est aussi écrasée contre diverses lettres qui la suivent dans la lettre "Weitzel" et le formulaire de plainte de Doty.

Une analyse menée professionnellement de ces failles devrait permettre de déterminer, avec un degré de certitude raisonnable, si un "aviateur anonyme" a utilisé la machine-à-écrire de Doty pour rédiger son histoire exagérée. Si ce fait peut être établi alors 2 questions évidentes se posent :

  1. Comment et pourquoi l'aviateur non-identifié de la 1550ème Escadrille de Formation et de Test d'Equipages a pu avoir accès à la machine du sergent Doty à l'OSI ?
  2. D'un autre côté, Doty a-t-il tapé lui-même la lettre et, par conséquent, tenté de perpétrer un canular pour une raison inconnue ?

Parce qu'il a été établi que Richard Doty est "Faucon", la source principale des documents MJ-12, il semble maintenant impératif d'enquêter en profondeur sur cet incident pour résoudre ces questions restées sans réponses. La 2nde question, en particulier, est d'une importance évidente. Peut-être le Fond pour la Recherche sur les Ovnis, qui a récemment solicité des contributions pour enquêter plus avant sur l'affaire du MJ-12, envisagerait-il de financer une analyse typographique d'expert pour la lettre anonyme et le formulaire de plainte de Doty afin de déterminer s'il y a ou non un lien entre les 2.

Encore plus dérangeant que les implications du "canular de Weitzel" est un incident qui soulève de très sérieux doutes sur la crédibilité de Richard Doty comme source d'information et de documents touchant à l'implication du gouvernement des E.U. dans les ovnis. Des informations sur cet incident viennent du Dr. Bruce Maccabee et relie Doty à ce qu'on appelle le canumar de la base AF d'Ellsworth. Selon Maccabee, Bill Moore a reconnu que Richard Doty avait confessé avoir fabriqué le document décrivant les événements supposemment associés au cas de Ellsworth (attachement G). Doty prétend apparemment que l'incident ovni là-bas à vraiment eu lieu, exactement comme décrit dans le document, et qu'il n'a voulu que le porter à l'attention du public. Il a, en conséquence, entreprit de taper le "document" lui-même, incorporant les "faits" qu'il prétendait savoir vrais, puis a diffusé le faux rapport auprès de divers chercheurs. L'attachement H est un exposé rédigé par Bob Pratt, et publié dans les n° de janvier 1984 du MUFON Journal, décrivant son investigation de ce canular.

S'il peut être établi, sans l'ombre d'un doute, que Richard Doty a fabriqué le document de la base AF de Ellsworth, que cela dirait-il de sa crédibilité comme source principale des documents MJ-12, sous le couvert du nom de "Faucon" ?

D'autres questions

En plus des sérieuses questions soulevées par la lettre de "Weitzel" et le canular de la base AF de Ellsworth, il existe aussi des incohérences fondamentales entre les informations fournies par "Faucon" et les "faits" contenus dans la prétendue lettre de briefing de Eisenhower.

Le Document de Briefing (attachement 1) aurait été rédigé par un membre supposé du MJ-12 en la personne de l'amiral Roscoe Hillenkoetter, en novembre 1952, pour être présenté au président nouvellement élu Dwight D. Eisenhower. Entre autres choses, il indique que 2 ovnis s'étaient écrasés, un en juillet 1947, près de Roswell, au Nouveau Mexique ; l'autre en décembre 1950, à la frontière entre Texas et Mexique.

Linda Howe déclare, cependant, que lorsque le sergent Doty l'invita à son bureau de l'OSI de la base AF de Kirtland, en avril, il lui fournit des informations contredisant cette version des événements. Howe indique que Doty confirma l'existence d'un groupe gouvernmental secret nommé MJ-12 puis ouvrit un tiroir de bureau et montra un document intitulé "Document de Briefing pour le Président des Etats-Unis". (Pas le document Eisenhower).

Howe dit qu'elle fut autorisée à regarder le prétendu "Document de Briefing" qu'on lui dit de ne pas prendre de notes. Elle indique qu'une partie du document était un catalogue de cas d'ovnis écrasés, dont un près d'Aztec, au Nouveau Mexique en 1948 (ou 1949).

Maintenant, si le document de briefing Eisenhower est authentique et a effectivement été présenté à Ike en novembre 1952, pourquoi ne contenait-il aucune mention du crash d'Aztec ? Est-il plausible que le président à venir soit invité à prendre connaissance d'un secret d'une importance primordiale — celui d'une visite extraterrestre — mais ne reçoive pas cette information importante ? Pourquoi lui parlerait-on de 2 crashes d'ovnis mais pas d'un 3ème ? Pourquoi le crash d'Aztec, s'il a eu lieu, serait-il moins significatif que les 2 autres cas mentionnés dans le document de briefing ?

En résumé, si le document de briefing que le sergent Doty a montré à Linda Howe était authentique, que cela dit-il de l'exactitude (et de l'authenticité) du document Eisenhower ? Si, d'un autre côté la précédent était faux et visait à tromper Howe pour une raison ou une autre, que cela dit-il de la fiabilité de Richard "Faucon" Doty en tant que source des documents MJ-12 dans leur ensemble ?

Au risque de me répéter, pourrais-je à nouveau souligner que Linda Howe a signé une déclaration sous serment indiquant une volonté de témoigner sous peine de parjure, quant à la véracité de sa déclaration sur sa rencontre avec "Faucon" à l'OSI de Kirtland.

Sur Robert "Bob" Collins, je sais très peu de choses. J'ai établi qu'à l'époque de son départ de la Force Aérienne des E.U., il était affecté au groupe de Physique des Plasma au Laboratoire National de Sandia situé à la base AF de Kirtland. Linda Howe indique qu'en novembre 1987, Collins essayait "frénétiquement" de la faire le rencontrer à Albuquerque. A cette rencontre, à laquelle participa également John Lear, Collins montra aux 2 des documents MJ-12, traitant principalement d'un extraterrestre vivant qui serait détenu captif par le gouvernement des E.U.. Selon Howe, Collins déclara avoir travaillé "dans les coulisses" avec Bill Moore pendant des années.

Autres questions sur Moore

Donc, comment M. Moore se positionne-t-il dans l'énigme MJ-12 ? Face à elle, il parait n'être qu'un enquêteur sur les ovnis ayant été approché par des sources gouvernementales douteuses. J'ai des informations, cependant, qui soulèvent des doutes quant à son image publique de simple chercheur "civil". En fait, il semble qu'il puisse travailler (ou avoir travaillé) pour une des agences de renseignement des E.U.. Je base cette affirmation sur les informations suivantes :

En décembre 1985, j'ai lu un article de Barry Greenwood sur un prétendu groupe gouvernemental ultra-secret nommé "MJ-12". L'article était basé sur des informations fournies par le chercheur Lee Graham. En mars 1986, je rencontrais M. Graham chez lui, dans l'espoir qu'il étaye les informations contenues dans l'article de Greenwood. J'ai trouvé Graham ouvert, honnête et sincère. Bien que n'étant pas d'accord avec nombre de ses conclusions sur le MJ-12, je sais qu'il n'est certainement pas le "kook" ou "cadet de l'espace" que certains ont dépeint. Au contraire, les déclarations qu'il me fit ce soir-là étaient logiques et terre-à-terre. Je ne suis juste pas d'accord avec certains de ses premisses.

Alors que nous discutions, Lee me donna des copies de certains des "documents" qui furent associés à l'affaire du MJ-12, dont le document sur le "Projet Snowbird" et le télex sur le "projet Aquarius". Quand j'ai demandé qui lui avait donné les documents, il n'a voulu dire seulement que la personne travaillait pour le gouvernement, en tant qu'agent de renseignement ou canal d'information.

Au cours des 15 mois qui suivirent j'appelais Graham plusieurs fois, pour demander s'il y avait eu des développements quelconques concernant les documents MJ-12. Peut-être l'événement le plus notable durant cette période fut la visite à Graham de 2 agents des Services d'Enquête de la Défense (DIS). Les agents avaient apparemment été envoyés pour trouver pour Graham, qui détient une accréditation de sécurité "Q", était en possession de documents gouvernementaux prétendus secrets qui n'avaient pas été déclassés de manière normale.

Début juin 1987, j'appelais Lee à nouveau. C'était peu avant la conférence de presse de Bill Moore à Burbank, quioù il comptait dévoiler le "documentde briefing d'Eisenhower" et d'autres documents du MJ-12. Durant cet appel, sans que je lui demande quoi que ce soit, Graham révéla que la personne qui lui avait donné les documents était en fait Bill Moore. J'étais perplexe. Graham avait dit auparavant, en plusieurs occasions, qu'il avait obtenu les documents d'un individu ayant travaillé pour le gouvernement des E.U., probablement dans un rôle de renseignement. Autant que je sache, Bill Moore n'a travaillé pour gouvernement dans aucun rôle que ce soit.

Je demandais à Graham d'expliquer cette incohérence. Il répondit sans hésiter que lorsque Moore l'avait approché pour la 1ère fois avec les documents, il (Moore) lui montra une sorte de carte d'identification gouvernementale, avec la photo de Bill Moore dessus mais un alias tapé en-dessous. D'après Graham, Moore indiqua travailler pour le gouvernement des E.U. dans le but de diffuser au public des documents sensibles liés aux ovnis.

Je commençais à prendre des notes. J'étais si incrédule à propos de tout ça que je demandais à Lee de répéter ses déclarations, ce qu'il fit. Je luis demandais alors pour quelle agence Moore prétendait travailler. Il répondit que le badge d'identification de Bill Moore était identique au badge que lui avaient montré les 2 agents du DIS. Lorsque je rétorquais de manière sceptique, Vous voulez dire que le badge de Moore ressemblait aux badges du DIS ?, il répondit, Non, il était identique.

Graham poursuivit en indiquant que Moore prétendait avoir été "marqué" dans les fichiers informatiques du renseignement des E.U. de manière à ce que d'autres agents ne buttent pas dedans et révèlent par mégarde ses opérations. Lee continua en disant qu'une fois il avait été présenté au "supérieur" de Moore que Moore n'identifiait que par "Richard".

A la conclusion de cette conversation téléphonique plutôt déroutante avec Graham, je lui demandais spécifiquement s'il y avait quoi que ce soit dont nous avions discuté que je ne devais pas répéter. Il répondit, Non, et indiqua qu'il m'enverrait les documents traitant de son enquête par le DIS, sa 1ère approche par Bill Moore, et d'autres sujets liés. Une semaine plus tard, je recevais les éléments que Graham avait promis et découvrait que les références à Moore, par son nom, avaient été censurées par Lee. A cette époque, cependant, j'avais déjà parlé à Barry Greenwood, Peter Gersten, Bob Todd, et d'autres sur les détails de l'approche de Grapham par Moore. Apparemment Moore eut vent de ces conversations parce que j'entendis plus tard qu'il avait démenti avec véhémence être un agent du gouvernement et déclaré qu'il n'avait fait que faire une "farce" à un Lee Graham crédule. La "carte gouvernementale", selon Moore, était une carte laminée du MUFON.

L'attachement J est une lettre, datée du 8 mai 1986, que Graham envoya au DIS dans laquelle il discute de la 1ère approche de Moore. Graham mentionne que lorsqu'il fut interrogé par les 2 agents du DIS, il leur parla de Moore et de sa carte d'identification. Graham poursuit alors en demandant pourquoi Moore n'a pas été interrogé sur sa possession de documents prétendus secrets du gouvernement, dont il avait donné des copies à Graham (on pourrait aussi demander pourquoi Moore n'a pas été interrogé sur le fait de se faire passer pour un agent du gouvernement, si en fait sa carte d'identification était fausse comme il le dit maintenant).

L'attachement K est une 2nde lettre de Graham au DIS, datée du 19 octobre 1986, exactement 7 mois après que Lee ait été interrogé par les 2 agents du DIS. Dans celle-ci, Graham mentionne à nouveau que Moore n'a pas été interrogé par le DIS au cours de cette longue période. Il conclut que c'est parce que Moore travaille bel et bien pour le gouvernement des E.U., tout juste comme Moore lui-même lui avait dit.

Un point pour Graham. Si Moore ne faisait qu'une "farce" lorsqu'il montra à Lee la fausse carte d'identification (une identification qui avait si authentique que Graham la qualifia d'"identique" à un badge du DIS) on pourrait penser que Moore aurait dû être interrogé par le DIS sur cette question potentiellement sérieuse. Si Moore se faisait passer pour un agent de renseignement du gouvernement alors qu'il disséminait des "documents", alors il est sûr qu'une agence de renseignement serait intéressée de suivre la question. Et pourtant, selon Lee Graham, 7 mois après qu'il ait parlé de Moore et de son badge au DIS, personne n'a apparemment approché Moore à propos de cet incident. Pourquoi ?

On pourrait raisonnablement postuler que cet apparent manque de suivi par le DIS suggère que Moore travaille (ou a travaillé) pour le gouvernement des E.U., simplement comme il l'a déclaré à Lee Graham. Si cela se révèle vrai, cependant, étant donné le passé hautement douteux d'une des principales sources de Moore, "Faucon", on doit se demander s'il s'agit d'information ou de désinformation, qu'il a disséminé à cet égard, on pourrait aussi se demander pourquoi Moore ne s'est pas immédiatement désassocié de Richard Doty une fois qu'il a découvert qu'il avait fabriqué le document de la BAF de Ellsworth ? Au lieu de cela, Moore a par la suite présenté Richard "Faucon" Doty sur la télévision nationale comme une source fiable de renseignement sur les ovnis. Pourquoi ?

Une autre question sérieuse concernant Bill Moore qui doit être examinée concerne ce qu'on appelle le document du "Projet Aquarius" (pièce L). Ce document contient la 1ère référence au "MJ-12" ayant largement circulé dans la communauté ufologique.

Pris tel quel, le document du Projet Aquarius est un télex envoyé par le Q.-G. de l'AFOSI à l'OSI de la BAF de Kirtland, traitant d'analyses de photographies et de films d'ovnis pris par le docteur Paul Bennewitz. Cependant, le Q.-G. de l'AFOSI nie avoir envoyé le message et le qualifie de montage. Il apparait maintenant que, dans ce cas, l'AFOSI dit la vérité.

Dans une lettre à l'avocat Peter Gersten, datée du 4 avril 1983, D. Hall indique que Bill Moore a admis en privé qu'il avait fait un travail de couper-coller puis re-tapé le document (pièce M). Si cela est vrai, pourquoi Moore ferait-il une chose pareille ? Si un message authentique a été envoyé à l'OSI de la BAF de Kirtland, traitant des photos de Bennewitz, du MJ-12 et du reste, pourquoi Moore ne l'a-t-il pas disseminé dans sa forme d'origine ? Une version re-tapée de cela, si on découvre qu'elle l'est, ne soulèverait-elle pas des doutes sur la crédibilité de l'information qu'elle contient ?

Si Moore a bien re-tapé le document, peut-il aujourd'hui produire l'original pour étayer l'exactitude de l'information contenue dans "sa" version ? Si oui, il sera intéressant de voir si le document "d'origine" sera confirmé comme authentique par le Q.-G. de l'AFOSI.

Je devrais souligner que je possède des informations supplémentaires sur le document Projet Aquarius que je ne souhaite pas divulguer tant que Moore n'a pas produit (ou échoué à produire) l'"original".

Une réponse à la lettre ouverte de Bill Moore

Juste au moment où je concluais cette missive, je recevais une copie de la lettre ouverte de Bill Moore à ceux qui mettraient en question ses activités. En response à ses critiques et implorations, j'aimerais faire les points suivants :

D'abord, Moore déclare ne pas être un "faussaire", un "falsificateur", un "fabricateur" ou un "contrefacteur". Qu'il le soit ou non, je laisserai les autres décider. Je demanderais, cependant, s'il pourrait suggérer un mot approprié pour décrire ses actions lorsqu'il a fait un travail de coupage/collage/retapage du document Aquarius ? Si Moore pensait être le seul sur la bonne piste, comme Doty l'en a flatté, alors c'est son problème. Si, cependant, il s'est engagé dans la modification de documents du gouvernement avant de les diffuser à un public peu suspicieux, alors cela devient un problème pour nous tous. La crédibilité de tout document, même lorsqu'il est diffusé via l'Acte sur la Liberté d'accès à l'Information, se posera dans l'esprit de nombre de personnes quand on apprend qu'un "ufologue de pointe" a modifié ce document ci ou là. Et malgré tout, Moore a l'audace absolue de pester contre ceux qui mettent en question ses "méthodes".

Ensuite, Moore feint une indignation bien pensante lorsqu'il dément être une sorte d'agent du gouvernement. Mais clairement, il ne peut s'en prendre qu'à lui-même pour cette "rumeur". Si le badge d'identification qu'il a montré à Lee Graham était un faux, et si il mentait lorsqu'il a prétendu être un agent de renseignement, a-t-il maintenant un droit quelconque de pleurer sur le fait que son escapade ait été finalement révélée ? Pour ma part, je ne crois pas un instant à l'histoire de Moore d'une carte laminée du MUFON. Cette explication sent l'odeur du ridicule "harent rouge" quant à l'idée de deux Dotys que Moore proposa lorsque le lien "Faucon"/Doty fut suggéré pour la 1ère fois par Barry Greenwood en 1987. Bien que je sois sûr qu'il existe plein de Richard Dotys dans ce monde, un seul est la source "Faucon" du MJ-12.

Enfin, Moore qualifie d'inapproprié les efforts des chercheurs pour découvrir l'identité de ses sources MJ-12 et indique que pour des raisons évidentes sa réponse à ces demandes sera sans commentaire. Cette posture, bien sûr, protège aussi commodément de toute vérification le fait que sa source "principale" des documents MJ-12, Richard Doty, a apparemment reconnu avoir fabriqué le document de la base AF d'Ellsworth — un fait que Moore lui-même connaissait au moins depuis mars 1988. Au regard de cette révélation, la tentative de Moore de protéger l'apparence de simplement protéger une source gouvernementale confidentielle sonne creux. De fait, il semble probable que son désir d'éviter l'embarras et les récriminations bien méritées constituent un motif majeur à sa position "sans commentaire".

Résumé

Donc, à quoi l'affaire MJ-12 s'ajoute-t-elle ? Je suis d'accord avec Bill Moore sur le fait qu'il serait prématuré pour l'instant de tirer des conclusions. Il ne serait pas, cependant, prématuré de considérer avec attention les faits suivants :

  1. Une poignée de "documents" ont mystérieusement fait surface à propos d'un supposé groupe ultra-secret de gestion des ovnis, au nom de code "MJ-12". Aucune agence du gouvernement ne confirmera l'authenticité des documents et les Archives Nationales ont noté plusieurs incohérences sur l'un d'entre eux, le prétendu "Memo Cutler" (pièces N et O).
  2. Un autre des documents, le message du "Projet Aquarius", a été découvert être faux, au sens où il a été modifié par Bill Moore avant d'être diffusé au public. Au moment où j'écris ces lignes, il n'existe aucun élément publiquement disponible montrant que le document d'origine "re-tapé" par Moore était lui-même authentique.
  3. La source principale des éléments MJ-12 transmis oralement, de nom de code "Faucon", a été déterminée être Richard C. Doty. Selon le Dr. Bruce Maccabee, Bill Moore a reconnu que Doty avit confessé avoir fabriqué le document de la base AF d'Ellsworth. De plus, la machine-à-écrire de Doty à l'OSI de la base de Kirtland a été impliquée dans le canular de "Weitzel", et il a fourni à Linda Howe des informations contredisant les "faits" contenus dans le document de briefing d'Eisenhower.
  4. Le principal chercheur impliqué dans l'affaire du MJ-12, Bill Moore, a, selon ses propres dires, faussement utilisé une carte d'identification et s'est fait passer pour un agent de renseignement face à au moins 1 individu sur une période de plus de 2 ans. Que Moore ait montré à Lee Graham une carte laminée du MUFON, comme il le dit maintenant, ou un badge authentique du gouvernement d'un type ou d'un autre reste une question à trancher.

Au début de cette lettre, je posais la question de savoir si les actions des personnes impliquées dans l'affaire MJ-12 tendaient à suggérer une véritable diffusion d'informations authentiques liées aux ovnis pour le public ou, d'un autre côté, une campagne de désinformation (ou en l'occurence, un simple canular). J'espère que les personnes cherchant réellement à répondre à cette question renouvelleront maintenant leurs efforts. Des questions dérangeantes doivent êtres posées à Moore. Des réponses évasives et des déclarations égocentriques ne devraient plus être tolérées de sa part. Je suis sûr que ceux ayant agi de bonne foi, y compris Jamie Shandera et Stanton Friedman, seront parmi ses interrogateurs les plus tenaces.

Je peux être joint à :

6200 Eubank Boulevard NE
Apt. 833
Albuquerque, NM 87111
(505) 291-9335

signé : R. Hastings

cc: Walt Andrus Robert Bletchman Larry Bryant Paul Cerny Marge Christensen Jerry Clark T. Scott Crain Tom Deuley Ann Druffel Larry Fawcett Raymond Fowler Stanton Friedman Peter Gersten Timothy Good Lee Graham Barry Greenwood Loren Gross Richard Haines Richard Hall Budd Hopkins Linda Howe David Jacobs Ben Jamison John Lear Bruce Maccabee Bill Moore Jim Moseley Ted Phillips Robert Pratt Jenny Randles Mark Rodeghier Jamie Shandera Brad Sparks Dennis Stacy William Steinman Whitley Strieber Len Stringfield Michael Swords Bob Todd Ron Westrum Fred Whiting Jo Ann Williamson Todd Zechel

Home