James A. Harder
Harder

Harder naît à Fullerton (Californie) en . De il est affecté comme technicien en électronique (photo analyste ?) dans la Marine américaine. En il obtient un B.S. à Caltech. Il travaille alors comme ingénieur de conception au service de conservation des sols du Ministère de l'Agriculture américain, jusqu'en .

Harder découvre le sujet des ovnis en , lorsque l'USAF entâme le projet Blue Book.

En il obtient un doctorat en mécanique des fluides.

Il devient professeur adjoint d'Ingéniérie Civile à l'Université de Californie, Berkeley, à partir de . Il est également professeur adjoint en Ingéniérie Hydraulique, 1962-67; et ingénieur résident, 1952-57.

Harder est membre de l'AAAS et de la Société d'Ingéniérie Civile.

Il est spécialisé dans les sciences de l'Ingéniérie, avec un intérêt particulier pour l'analyse des systèmes hydrauliques, l'hydrologie de la surface de l'eau et la simulation analogique.

En Harder est entendu dans le cadre du Symposium sur les ovnis à la Chambre des Représentants.

APRO

A partir de il devient directeur de recherches pour l'APRO. Il est enquêteur en chef dans divers cas ufologiques tels que Pascagoula, Travis Walton, Pat Price, ou l'affaire des Hill. Il a l'occasion de discuter avec Edward Ulher Condon.

Ovnis et Apollo

Harder prétend que plusieurs des vols Apollo auraient rencontré des ovnis. Dans un rapport transmit par l'UP, il explique qu'alors qu'il écoutait la bande des conversations entre nos vaisseaux lunaires et le Centre de Contrôle, il a trouvé des preuves claires d'observations d'ovnis. Selon lui, les conversations montraient clairement que Apollo 11 avait été suivi durant la moitié du trajet vers la Lune et qu'un ovni avait vraiment suivi le module de commande d'Apollo 12 pendant 3 orbites autour la Lune. Par la suite confronté la NASA, au moins 1 fonctionnaire lui aurait admis que des astronautes avaient effectivement vu des ovnis lors des missions Apollo mais qu'ils avaient supprimé ces informations par crainte d'une panique publique. James Oberg, lui, indique qu'Harder n'a apporté aucune preuve de ses dires.

En Harder rend à l'APRO son rapport sur la photo de Vancouver.

SSE

James A. Harder
James A. Harder

En il quitte l'APRO et co-fonde la SSE.

Harder se montrera critique sur le projet SETI-RMW :

Le SETI ne peut pas juste penser que n'importe qui [can get here from there] alors que nous ne le pouvons pas. Ils pensent que la radio est le moyen de communication. Les extraterrestres n'utilisent pas plus la radio que nous n'utilisons les signaux de fumée. Ils utilisent la télépathie. Elle voyage instantanément [Daily Cal, U. C. Berkeley, 4 novembre 1998 > Ufomind].

Il devient hypnothérapeute spécialisé dans les abductions.

Références :