Figuet naît en . Il navigue durant de nombreuses années sur les mers ou océans du globe, à bord de l'escorteur rapide Le Picard et plus tard en tant que quartier-maître timonier à bord du sous-marin Junon.

Observation

Le , en escale à Fort-de-France (Martinique), il observe une grande boule lumineuse évoluant à 2 reprises.

A partir de cette date, il consacre la majeure partie de son temps à l'étude des ovnis. De retour à la vie civile, il intégrant la commission d'enquêtes Drôme-Ardèche de l'AAMT, participant à de nombreuses conférences en France et à l'étranger M. Figuet, article paru dans UFO-Informations, bulletin n° 6 de l’AAMT, menant de nombreuses enquêtes et collaborant aux revues OVNI-Présence et LDLN.

Draguignan

En Figuet rencontre à Draguignan un témoin de la rencontre du . Ce dernier participait régulièrement à des soirées de surveillance du ciel au Nord de Canjuers (Var) avec des amis et ils avaient fait plusieurs observations de phénomènes lumineux. En , Figuet rencontre par hasard G. D., devenu gendarme à la Compagnie de Gendarmerie de Fréjus CNEGU :

Figuet : Je m'intéresse aux phénomènes ovnis et il se trouve que l'un des témoins d'une RR3 se nomme comme vous G.D.

G. D. : Ce n'est pas un homonyme, c'est moi ! Je suis l'auteur de ce canular orchestré avec 2 camarades. Nous nous sommes entourés le corps de bandelettes rouges découpées dans un drapeur de la fête de l'Ollival avec une lampe sur le ventre. Nous connaissons les activités ufologiques du groupe de croyants aux soucoupes volantes et ET. Nous voulions leur faire une bonne blague et ça a bien marché.

Et la chaleur de la table d'orientation ?

Tout simplement la chaleur du soleil emmagasinée pendant la journée.

Et les 2 véhicules secoués ?

Nous avons secoué les voitures.

Catalogues

Par la suite il compile dans un livre avec Jean-Louis Ruchon un catalogue de RR3 Figuet, M. & Ruchon, Jean-Louis: OVNI: Le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France, Alain Lefeuvre, 1979 qui deviendra une référence sur le sujet.

En , avec le concours de Denis Breysse, Jacques Scornaux, Claude Maugé, Thierry Pinvidic et Franck Boitte il réalise le catalogue FranCat, un des plus gros fichier de données (papier puis informatisé) de l'époque Figuet, M.: "Criteria for selecting the hardest cases and other recent works on french and belgium sighting catalogues", Congrès européen sur les AAP, Bruxelles 11 au 19 novembre 1988 "Catalogue Francat des rencontres rapprochées en France (Listing 800/1982) (1)", LDLN n° 255-256, 1985.

Trans-en-Provence

En , Figuet entreprend son enquête auprès du témoin de l'affaire de Trans-en-Provence pour tester l'hypothèse d'une bétonnière laissant couler des traces de ciment ou d'un 4x4 utilisé pour les forages (qui aurait été vu sur le site) ayant pu provoquer les traces et effets observés. Il se rend sur place et prend des photos. Le , il interroge le témoin et sa femme Maillot, Eric:.

En , il fait une enquête de voisinage. Il commande également une analyse du pH et de quelques composants du sol auprès du laboratoire de pédologie de l'institut agricole du Hainaut. Conclusion : Rien ne démontre formellement l'existence d'anomalies Maillot, Eric:.

Figuet invalide cependant l'hypothèse d'un forage en découvrant que le témoin a noté sur son carnet dates, lieux et profondeurs des divers forages (dont celui de ) : l'emplacement, la date ne correspondent pas et ce type de sondage ne s'effectue pas à moins de 2 m d'un mur.

SERPAN

Le il fonde et préside la SERPAN.

Figuet meurt le à Macôn d'une longue maladie, malgré tout convaincu d'avoir vu un ovni.

Wiroth, Manuel: "Observations de soucoupes et entrée en ufologie", Humanités spatiales, 2018-04-28 Figuet, M. & Julien, Henri: OVNI en Provence, Editions de Haute-Provence, Digne-les-Bains 1993