Scornaux
Jacques Scornaux

Scornaux naît en en Belgique. Docteur en sciences chimiques, il s'intéresse aux ovnis à partir de , accumulant coupures de presse et autres documents.

SOBEPS

Il entre à SOBEPS à sa fondation, en et publie de nombreux articles pour la revue de l'association, Inforespace. De à , il est secrétaire général adjoint de l'association.

Scornaux écrit divers articles pour LDLN, dont il est membre du comité de rédaction à la fin des années 1970s. Il fera également partie d'autres associations, telles la SPEPSE ou la SERPAN jusqu'à sa dissolution en . Il émettra notamment une "loi" quant aux affaires d'ovnis : La réfutabilité d'un cas est directement proportionnelle à la publicité qu'il reçoit.

Astro-archéo

Scornaux avec Alejandro Agostinelli, Pierre Lagrange et Michel Monnerie chez Francoise Jazón à Paris, en Agostinelli, A.
Scornaux avec Alejandro Agostinelli, Pierre Lagrange et Michel Monnerie chez Francoise Jazón à Paris, en 1988

Scornaux s'intéresse avec Christiane Piens à l'archéologie parallèle (il collabore à la revue d'archéologie parallèle Kadath) ainsi qu'à l'astro-archérologie. En Australie, il signale avec elle que des figures à la tête enveloppée par un casque, dépourvues de bouche et dont les mains possèdent 3 ou 7 doigts, paraissent habillées et portent des sandales alors que les aborigènes n'utilisaient pas de vêtements à l'époque. Les aborigènes vénèrent ces personnages différents des hommes sous le nom de Wandijna. Egalement Chahimardansay, une gorge située à environ 40 km au sud de la ville de Fergana (Ouzbékistan) où apparaît un personnage dont la tête est entourée par 2 auréoles superposées reliées entre elles par 5 rayons. Scornaux et Christiane Piens, dans A la recherche des OVNI, écrivent que l'on a ici une figure qui dépasse largement ce qu'étaient capables d'imaginer les hommes du néolitique.

SCEAU

Scornaux est président du SCEAU. Il vit à Paris.

En , il est invité au CAIPAN.

Auteur de :