Sauvegarde, Conservation des études et Archives Ufologiques, association française à but non lucratif fondée à Gérardmer (88) le (statuts parus au Journal Officiel du ) par Dominique Doux Qui ne participera finalement pas, Isabelle Dumas, Gilles Durand, René Faudrin (président), Robert Fischer, Pierre Lagrange, Eric Maillot, Gilles Munsch, Raoul Robé, Thierry Rocher, Christine Zwygart et la participation de Thierry Pinvidic, visant à préserver l'héritage ufologique, c'est-à-dire les livres, magazines, courriers, rapports d'enquête, études, coupures de presse et autres documents (écrits, audiovisuels ou électroniques) liés à la recherche ufologique.

Le SCEAU est né du constat que trop souvent, lorsqu'une personne qui a étudié cette question décède ou cesse de s'y intéresser, ou lorsqu'un groupe ufologique est dissous, les documents qu'il possédait sont dispersés, disparaissent ou sont parfois même détruits par les héritiers.

Le SCEAU a donc entrepris de contacter toutes les personnes et tous les organismes que nous savons s'être intéressés, à un titre ou l'autre, aux ovnis ou à des phénomènes connexes, et leur propose un contrat de cession d'archives. Par ce contrat, le donateur cède tout ou partie de ses archives au SCEAU à la date de son choix ou après son décès, et en définit les conditions et délais éventuels de consultation.

Le SCEAU procède, après classement et inventaire détaillé des documents qui lui ont été confiés à leur dépôt dans :

Ces dépôts font l'objet d'un contrat visant à assurer leur pérennité et définissant les conditions de consultation.

Le SCEAU, qui se veut un simple intermédiaire entre le cédant et le centre d'archives ou la bibliothèque, a pour déontologie, inscrite dans ses statuts, de respecter strictement la volonté du cédant et de ne garder pour lui aucun document original. Il entend jouer aussi, dans une optique préventive, un rôle de sensibilisation de la communauté ufologique à la préservation de son patrimoine. Il a noué des liens avec le SHG et avec l'AFU, qui poursuivent des buts analogues respectivement aux Etats-Unis et en Suède, et entretient des contacts avec d'autres chercheurs à l'étranger, notamment en Belgique, en Italie et en Suisse. Le sceau peut également conseiller tout chercheur s'interrogeant sur la sauvegarde de ses travaux et de sa documentation ufologique. Il publie un bulletin annuel où figure notamment l'inventaire complet des archives sauvegardées au cours de l'année écoulée.

Le SCEAU ne défend aucune position officielle sur la nature des ovnis Les opinions de ses membres à ce propos sont diverses, comme le rappelle Rémy Fauchereau : Le SCEAU est ouvert à tous. Le SCEAU ne défend aucune hypothèse en ufologie, ce n'est pas son but. Ces membres sont issus de toutes les tendances de l'ufologie actuelle ou passée. Des membres d'honneur du SCEAU sont René Fouéré et Francine Fouéré.

Le SCEAU a pour principe de ne jeter aucun document, si futile qu'il puisse sembler. En effet, devant des phénomènes aussi difficiles à cerner, il apparaît impossible de savoir ce que les chercheurs de l'avenir, pour lesquels nous préservons ces documents, estimeront important. L'association pense que, quelle que soit en définitive la nature de ces phénomènes, ces archives pourront en tout état de cause être utiles, que ce soit pour des spécialistes en sciences physiques ou en sciences humaines.

Les fonds bibliographiques sont progressivement enrichis à mesure que le SCEAU acquiert de nouveaux ouvrages, et d'autres bibliothèques devraient suivre. Si les conditions de consultation des archives proprement dites peuvent être assez restrictives, lorsque la loi (protection de la vie privée) ou la volonté du cédant l'exige, la politique du SCEAU est en revanche de demander aux bibliothèques avec lesquelles elle passe contrat d'assurer une libre consultation sur place (catégorie : "Usuels", "fonds thématique" ou "fonds local") des ouvrages par le public.

Succéderont à Faudrin pour la présidence Thierry Pinvidic, puis Jacques Scornaux.

Ont confié au SCEAU leurs archives des organisations telles Gr. 52/55, GPUN, CVLDLN, CIRU, GREPO, SAT Section OVNI, CERPA, SOS OVNI ou le GEOS ; ainsi que des ufologues tels Michel Monnerie (LDLN/ResUFO), Edith Ambroise (LDLN), Louis Murco (GEPA), Jacques Pérot (GEPA), André Fouché (GEOS), Michel Figuet (SERPAN/AAMT/SOS OVNI, qui deviendra membre d'honneur du SCEAU), Claude Fleurance (CVLDLN), Renaud Leclet (CNEGU) ou Jean-Claude Leroy (SOS OVNI Seine).

B. P. 19
91801 Brunoy CEDEX

À partir de , le SCEAU entâme un travail de numérisation des archives, et entreprend de négocier avec les ayant-droits une mise en ligne publique.