La Lune est habitée. La preuve, c'est allumé tous les soirs Coluche

La brillance de la pleine Lune peut la faire paraître devant des nuages
La brillance de la pleine Lune peut la faire paraître devant des nuages

Il y a 4,6 milliards d'années, c'est un corps de la taille de Mars qui aurait percuté notre planète, éjectant de grandes quantités de débris en orbite terrestre. Au fil du temps, les débris auraient formé un disque, puis la gravité les auraient réunis pour former la Lune que nous connaissons aujourd'hui.

De taille réduite dans le ciel terrestre, notre satellite naturel a depuis un diamètre apparent de notre (31,2 mn d'arc, soit 0,5° en moyenne), ce qui est généralement identique au diamètre apparent du Soleil (beaucoup plus grand, mais beaucoup plus loin). Cela vaut aux terriens de belles éclipses, ou les 2 astres se recouvrent presque parfaitement. Cependant la distance Terre-Lune ({{384400|number}} km) oscille légèrement au fil du temps, et le diamètre apparent de la Lune devient parfois légèrement inférieur ou supérieur à celui visible du Soleil.

Anaximène montre que la Lune reçoit la lumière du Soleil et de quelle manière elle s’éclipse.

En Galilée, grâce à ses premières lunettes astronomiques, parvient à observer la lune pour la 1ère fois avec grossissement (x3).

À partir de à Berlin, Wilhelm Beer et l'astronome Johann Heinrich Maedler entreprennent de dresser une carte de la Lune, qui sera terminée en .

A la différence des planètes et des étoiles, le mouvement apparent de la Lune n'est pas négligeable puisqu'elle se déplace de 12° vers l'Est toutes les . En pratique, cela signifie qu'elle se lève chaque jour environ plus tard que le jour précédent.

La face cachée

La Lune intrigue notamment par sa face dite "cachée", opposée à celle qu'elle nous montre constamment orientée vers vers la Terre, parce qu'elle tourne de manière synchrone avec la Terre, constamment en phase avec son orbite.

En effet l'attraction gravitationnelle exercée par la Terre sur la Lune (de la même manière que la Lune en exerce une plus sur la Terre, provoquant les marées) provoque des déformations et des forces de friction à l'intérieur de la Lune. Une partie de l'énergie cinétique de rotation est alors libérée sous forme de chaleur et la rotation ralentit. Au bout d'un certain temps, la rotation de la Lune est suffisamment ralentie pour que sa période soit égale à celle de la révolution autour de la Terre : on a alors atteint un état stable (plus de forces de friction car plus de mouvement relatif) et le système reste dans cet état, même si, au départ, la période de rotation de la Lune est plus rapide que sa période de révolution autour de la Terre. Ce cas de figure n'est pas propre à la Lune : comme celle-ci, de nombreux satellites tournent en phase avec la rotation de la Terre : on les qualifie alors de géostationnaires.

En , le docteur Seaborg déclare à Moscou (URSS) que l'équipage d'Apollo 11 a découvert sur la face cachée de la Lune des traces suspectes, dont la symétrie fait notamment penser aux empreintes que laissent les roues de véhicules. D'autres part, certaines tâches feraient penser à des constructions implantées sur le relief lunaire.

Observations étranges

Le cratère Aristarque

Le cratère Aristarque (Aristarchus) où des lumières miroitantes auraient notamment été observées en . Les astronomes y virent une simple illusion d'optique lorsque, 3 ans plus tard, une lumière y apparut de nouveau : elle avait la forme d'une étoile. Puis en , on y signala une lumière glignotante. Le soir même de cette dernière observation, 2 objets ronds, lumineux, quittèrent la Lune à une vitesse incroyable. 2 ans plus tard, on y observa de nouveaux clignotements lumineux ; dans la même journée, 5 objets quittèrent le satellite côté est, avec 15 s environ d'intervalle. Puis on y découvrit une sorte de cable lumineux, et un objet noir comme de l'encre situé sur son bord.

Visible avec de simples jumelles, on observa de puissantes lueurs, dans ce cratère le et, ce qui est encore le plus curieux, les autorités officielles de la NASA le confirmèrent.

En et en , l'astronome soviétique Nikolai Kozyrev, y détecte une éruption volcanique. l'année suivante, 4 astronomes américains le confirment à nouveau. En , 2 taches ovales de lumière rouge furent observées sur son bord, tandis qu'en , on voit un étrange rayon de lumière blanche, brillante, en jaillir, alors que le cratère Aristarque était dans la zone d'ombre. Le mois suivant, un rayon de lumière blanche apparut plusieurs fois, durant une minute et demie à chaque manifestation. Tous ces faits sont propres à un seul cratère.

La Mer des Crises

On parle aussi du foyer d'activités fantastiques que représenterait la Mer des Crises. On a même évoqué l'existence d'une végétation lunaire.

On relève dans la Mer de Crises des groupes de lumières variant d'intensité et disposées en figures géométriques qui disparurent après 2000 observations, une arche de 3 km, du brouillard, un réseau de raies et de taches brillantes, un grand nombre de dômes, et le fameux "Pont O'Neill" dont le docteur Hugh Percy Wilkins assura qu'il était artificiel et avait 30 km de portée, ainsi que 2 à 3 km de large. Dans la même région que ce pont, on nota un peu plus tard un très brillant éclat de lumière, bleu puis blanc, comme causé par un immense miroir réfléchissant. On y releva aussi une "chaussée" qui disparut par la suite.

Montagnes, dômes, cratères, lueurs apparaissent, disparaissent ou changent de forme

Des milliers et des milliers d'autres cratères parsèment le sol lunaire. Certains d'entre eux possèdent des caractéristiques qui leur sont propres, et d'autres restent stables. Des régions entières donnent l'impression d'être animées d'une vie trépidante.

La Mer des Pluies, par exemple, est bosselée de petites montagnes dont 3, Pice, Piton et Lahire, prennent parfois des teintes aveuglantes, analogues à la réverbération produite par la neige, et possèdent de singuliers rayons lumineux qui, tels des phares, jaillissent de leur sommet !

Lors d'une éclipse totale de la Lune le , Herschell découvre plus de 150 points lumineux de couleur rouge sur la surface lunaire, avec un télescope qui ne grossit que 320 fois.

Apollo 17 allunit au Sud du cratère Littrow
Apollo 17 allunit au Sud du cratère Littrow

Le , le docteur Kenzaburo Toyoda, de l'université Meiji, observe dans la nuit la Lune et y voit un phénomène fantastique qui se déroule dans la mer de la Sérénité, et à gauche de la mer de la Tranquilité : en lettres très noires et très nettes, il voit les 2 mots suivants, placés l'un sous l'autre : PYAX et JWA. 2 autres personnes voient ces mots au télescope. On aperçut aussi un X dans le cratère Erasthotènes, et la lettre grecque gamma dans le cratère Littrow.

Si l'on se contente de simples témoignages visuels, la contestation est aisée, mais lorsque des photos troublantes ont été prises, comme ce fut le cas pour Ranger VII qui transmit des clichés représentant de mystérieux dômes... En , Lunar Orbiter 2 ramena pour sa part des photos où l'on peut voir sur une surface d'environ 225 m sur 165, 7 protubérances inexplicables. La plus importante avait 15 m de large à la base et de 12 à 22 m de haut.

Mais cela peut paraître insignifiant puisque, depuis , plus de 200 dômes (...) ont été localisés, généralement en terrain plat. Cette observation a été renouvelée en : ils étaient hémisphériques.

Morris Ketchum Jessup signala d'autres faits encore plus troublants : des cratères avaient disparu ! Un bouleversement de terrain aurait pu expliquer un tel événement si, l'astre étant de surcroit considéré comme mort, ces cratères n'avaient été remplacés par d'étranges dômes ou de coupoles en matière transparente, donc artificiels.

Hugh Percy Wilkins, en tant que chef de la section lunaire de l'Association Astronautique Britannique, fit également des déclarations sans détours à propos du cratère Alzahen par exemple. Signalé au début du 19ème siècle, ce cratère s'est en effet volatilisé. En , le cratère Linné a, lui aussi, disparu. Et, pour donner une idée de la puissance du phénomène, ce dernier avait un diamètre de 10 à 11 km.

Les cratères Messier A et Messier B photographiés par Apollo 11. Leur forme a causé une controverse considérable quant à leur formation.
Les cratères Messier A et B photographiés par Apollo 11. Leur forme a causé une controverse considérable quant à leur formation.

Par ailleurs, les cratères Messier et Pickering déroutent les spécialistes. Ils changent de forme, allant de l'ovale au triangle, alors que les formes des cratères voisins ne varient pas. D'ailleurs, une observation faite à partir d'Apollo 8 su sujet de la montage Pickering ouvre de stupéfiants horizons : des rayons lumineux semblent en sortir, et les cratères, dont le diamètre fait plusieurs km, ont leurs parois intérieures taillées en terrasses.

Dans la Mer de la Fertilité, 2 petits cratères, très proches l'un de l'autre, changent continuellement de forme. On releva, d'autre part, dans la cratère Platon, des lumières qui ressemblaient à celles d'une procession.

En , dans la revue Rockets, un commentaire sur le rapport du British Astronomical Journal formulé par R. Richardson attira l'attention sur une étrange constatation faite en :

La bande n'est pas continue et ne ressemble pas à une tache ou à une couche. Elle est composée de veinules, ou de petites raies, finement entrelacées. P4H plus tard, on remarqua une expansion régulière vers la face ouest inférieure. L'observateur revit le la même zone colorée et, la nuit suivante, remarqua qu'elle était descendue de flanc sur le sol ; ce n'était plus alors une bande, mais une surface colorée irrégulière.

Déjà, en , Camille Flammarion nota des variations colorées notables autour du cratère Pluton, donc dans la même région.

Creuse ?

Avec sa masse estimée à 7,35e22 kg pour un diamètre de 3476 km, comme la Terre, la Lune n'échappe pas aux théories les plus étonnantes. Selon les chercheurs russes Mikhaïl Vassine et Alexandre Chtcherbakov, la Lune serait un astre creux. Selon les calculs de la densité de la Terre et de la Lune, il y aurait à l'intérieur de cette dernière un vide incontestable. Ils auraient déterminé la nature de l'enveloppe de la Lune en 2 coques superposées dont celle, située à fleur de croûte, aurait une épaisseur de 4 km et servirait à stopper les météores.

Extrêmement résistante, cette première coque aurait arrêté la pénétration de météorites importantes à seulement 2 km de profondeur, alors que, normalement, celles-ci aurait dû pénétrer jusqu'à environ 50 km de profondeur. La seconde coque mesurerait environ 30 km d'épaisseur. A l'intérieur de l'astre, un immense trou pourrait abriter une infrastructure artificielle et une vie intelligente. Ainsi, pourraient s'expliquer les impacts visibles à l'oeil nu de météores extrêmement massifs que la Lune aurait rencontrés et heurtés dans sa course spatiale, avant de se mettre autour de la Terre en orbite obligée, c'est-à-dire en ne présentant toujours que la même face, comme un gigantesque microscope étudiant la Terre.

D'autre part, une analyse des matériaux lunaires aurait prouvé que le satellite est plus vieux que la Terre elle-même, de 1 milliard d'années environ.

Exploration

Tout aussi étrange est le phénomène détecté par les instruments déposés lors des vols Apollo 12 et Apollo 14, en et en : des séries de petites secousses survinrent à intervalles réguliers.

Mais une des questions les plus controversées est : les américains sont-ils réellement allés sur la Lune, ou n'est-ce qu'une mise en scène ?

Une autre est : pourquoi n'y sont-ils pas retournés ? En fait la conquête de la Lune a englouti une bonne part des budgets américains et soviétiques, et une fois la course gagnée par les américains, il n'y a plus de raisons aux yeux des politiciens de continuer les dépenses. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les soviétiques n'ont jamais envoyé personne alors qu'ils étaient prêts : ils se sont immédiatement tournés vers le nouveau challenge que représente Mars. De plus, on pense à l'époque que l'intérêt scientifique de la Lune était limité, ce qui est remis en cause aujourd'hui.

Missions cachées

Une autre théorie de conspiration à propos des explorations lunaire est opposée : ils y seraient bien allés mais auraient découvert plus de choses qu'ils ne l'ont dit.

Un exemple de cette théorie est celui de la prétendue mission Apollo 20.

Une méprise possible

Le phénomène de parhélie peut aussi faire apparaître plusieurs lunes
Le phénomène de parhélie peut aussi faire apparaître plusieurs lunes
Exemples de signalements d'ovnis dûs à la Lune
  • Villefranche de Lauragais le
  • Sellières le
  • Loivre le
  • Gentilly le
  • Saint Haon-Le Chatel le
  • Sables d'Olonne le
  • Saint Vit le
  • Yvetot le

La Lune a été à l'origine de nombreuses erreurs d'identification, particulièrement lorsqu'elle se trouve proche de l'horizon et apparaît déformée et orange à cause de mauvaises conditions atmosphériques. Elle semble par exemple plus grosse lorsqu'elle est au raz de l'horizon ou, plus rarement, lorsqu'elle est en conjonction avec des planètes ou des étoiles. Étudié depuis des siècles, ce phénomène n'a toujours pas reçu d'explication définitive : les partisans des 2 théories majeures, celle de la distance apparente et celle de la taille apparente, se combattent à coup d'arguments physiologiques et d'expériences d'optique. On a même noté des cas où, comme avec les étoiles ou les planètes, le témoin croit être pourchassé par la Lune lorsqu'il conduit un véhicule. Toutefois, même à postériori, il est facile d'identifier la Lune comme responsable d'une notification grâce aux éphémérides astronomiques.

Enregistrement audio d'un homme appelant la police pour signaler une énorme lumière blanche semblant venir vers lui, stationner... jusqu'à s'apercevoir de son erreur "Home News Weird World Moon mistaken for UFO by confused 999 caller - listen to the audio", The Mirror, 26 octobre 2011

Un exemple de tentative de reproduction de méprise lunaire est projet Saros, exploitant le fait que les positions lunaires se répètent à l'identique tous les 18 ans Maillot, Eric: "Analyse clinique de cas de méprises ovnis avec la Lune", Laboratoire de Zététique, Septembre 1999/Janvier 2004.

Un phénomène équivalent à la parhélie du Soleil, appelé moondog, est également possible avec la Lune.

Références :

  • "The Crescent Moon With a Star Within It's Rim", Science, 18 décembre 1891
  • "Lightning Like Phenomenon on the Moon", Science, 9 août 1946
  • Regnier, J.-P.: La vraie face cachée de la Lune