Le jour où la Marine a établi "contact"

Second Look Magazine, mai 1979

par Jay Gourley

Home

Le 6 juillet 1959, Robert Friend, un major de l'Air Force et chef en charge de la Division des Phénomènes Aériens (le projet Blue Book) à la base aérienne de Wright-Patterson dans l'Ohio, reçu un appel d'une autre partie de la Communauté du Renseignement lui demandant d'évaluer une "découverte" du Renseignement de la Marine

3 jours plus tard Friend prit l'avion pour Washington D.C. et rencontra 2 commandants de la Marine et plusieurs officiers de renseignement de la CIA. Ils commençèrent par demander à Friend ce qu'il pensait des ovnis.

J'ai vite appris pourquoi ils le demandaient, a dit Friend à Second Look. Ils savaient que l'Air Force avait souvent approché les observations avec un oeil aigri – s'attendant à ce que les témoins soient des idiots. Dans ce cas précis c'était eux les témoins.

Ces officiers de renseignement qui l'avaient appelé à Washington commençèrent à dévoiler ce qui pourrait bien être les événements ovnis les plus dramatiques dans les annales des enquêtes du gouvernement sur les ovnis.

D'après Friend, voici ce qu'ils lui dirent : 

Au cours du mois précédent, les 2 officiers de la Marine s'étaient rendus à South Berwick, dans le Maine, à la demande d'un amiral à la retraite, pour rencontrer là-bas une femme qui prétendait être en contact avec des extraterrestres. 

Les officiers rencontrèrent la femme et l'observèrent entrer en transe et se changer en "lien de communication". La femme s'asseyait mesmerized. Seul son bras depuis le coude jusqu'en bas bougeait. Il scribouillait des cercles incompréhensibles entremêlés avec des lettres lisibles. Ils posaient des questions auquelles les réponses apparaissaient au sein du scribouillage. Les réponses indiquaient qu'elles venaient d'une sorte de chef de patrouille spatiale nommé AFFA

Selon les officiers un certain nombre de réponses invérifiables furent offertes à des questions comme : Quelle est la population de Jupiter ? Entre autres choses, AFFA dit que lui et ses hommes faisaient partie d'une force de police inter-systèmes-solaires police investiguant sur les essais atomiques sur Terre

Mais plus intéressant, les hommes du renseignement de la Marine posèrent des questions incompatibles avec son éducation de compréhension technique - des questions comme : Quelle est la longueur du jour de Uranus ? et Quelle est la distance entre Jupiter et le Soleil à l'apogée de Jupiter

"Ses" réponses étaient correctes, rapportèrent plus tard à Friend les 2 enquêteurs incrédules.

Vers 14 h le 6 juillet 1959, dans un bureau secret du gouvernement dissimulé on the top story d'un garage à la 5ème et de K St., N.W., Washington, D.C., un des 2 commandants, juste de retour du Maine, entra en transe durant laquelle il écrivit des messages qui indiquaient qu'ils venaient d'un individu nommé AFFA

Origine de AFFA : planète Uranus. 

Un autre officier du renseignement de la Marine et un officier de renseignement civil étaient présents.

AFFA dit que lui et les membres de son équipe de patrouille étaient 4 extraterrestres, officiers dans l'OEEV, ce qui signifie Association Universelle de Planètes, affectés à EU ou Euenza. 

Signification de Erenza : Projet Terre

Parmi les échanges les plus intéressants rapportés par la suite à Friend étaient les suivants : 

Q. Il est très intéressant que nous parlions à quelqu'un que nous ne pouvons voir, mais pouvons-nous avoir une preuve de votre existence ?

R. Quel type de preuve voulez-vous ?

Q. Pouvons-nous vous voir vous ou votre appareil ?

R. Quand voulez-vous le voir ?

Q. Maintenant.

R. Allez à la fenêtre.

Tous les gens du renseignement allèrent à la fenêtre, où ils virent un ovni en vol (i.e. non stationnaire) à une courte distance. Comme ils le dirent plus tard à Friend il avait une forme de soucoupe et était plus brillant autour de son périmètre qu'au centre.

La confusion qui suivit mit fin à la communication avec AFFA. 

Les tentatives de vérifier la cible avec le Centre radar de Washington furent infructueuses. Aucune cible non identifiée ne retournait d'échos radar depuis cette partie du ciel.

Dans les heures qui suivirent, on demanda à Friend de venir à Washington.

A 14 h le 9 juillet 1959, dans le même bureau secret de Washington, les commandants de la Marine, en présence des officiers de renseignement civils, dévoilèrent les événements précédents aux yeux grands ouverts du major Friend.

Friend suggéra de tenter un autre contact.

Peu de temps après le commandant de la Marine tomba dans une transe profonde . Je l'ai vu, a dit Friend à Second Look

Il n'y avait pas de doute là-dessus dans mon esprit. Je pouvais voir son rythme cardiaque s'accélérer. Je pouvais voir sa pomme d'Adam monter et descendre rapidement. Son écriture était totalement différente de son écriture normale. Les muscles de son torse ne semblaient pas être contraints, mais les muscles sur ses bras étaient à l'évidence contraints - comme l'étaient les muscles autour de sa nuque - en particulier sur sa nuque.

J'ai essayé de poser quelques questions, mais il ne me répondait pas. D'autres posèrent des questions. Il répondit à 1 homme seulement.

Je demandais à l'homme à qui l'officier de Marine répondait de demander à AFFA s'il pouvait arranger à survol.

Le bras de l'officier écrivit de manière saccadée, "Le moment n'est pas bon."

Cette transe dura 15 à 20 mn. Il n'y avait pas d'enregistrement sur bande. Personne ne s'était préparé à établir un contact, expliqua Friend.

J'étais convaincu qu'il y avait là quelque chose. Cela ne faisait pas beaucoup de différence qu'ils (le commandant de la Marine et la femme dans le Maine) aient été en contact avec des gens de l'espace ou en contact avec quelqu'un bien ici sur Terre. Il y avait là quelque chose sur quoi nous aurions dû découvrir plus.

Friend retourna à Wright Patterson et prépara un memo pour son général commandant. Selon Friend, le Le général dit qu'il prendrait en charge personnellement toute évaluation ultérieure.

Par la sute Friend quitta son affectation au renseignement et partit travailler dans les équipes de divers conseillers scientifiques de l'Air Force. Il n'entendit rien de plus au sujet de l'incroyable communication avec OEEV ou de son commandant AFFA du projet Terre jusqu'après sa retraite.

Friend est une source crédible. Il est aujourd'hui directeur adjoint de l'ingéniérie pour Fairchild Stratos, une division des Industries Fairchild, principaux fabricants de dégagements cryogéniques pour la navette spatiale.

South Berwick, dans le Maine, n'est pas riche en amiraux de la Marine à la retraite. Il n'y en avait qu'un. Bien que l'amiral H. B. Knowles soit mort maintenant, sa femme vit toujours là-bas – non loin de Melle Guy (Frances) Swan, une femme qui pendant plus de 20 ans a été en communication étroite avec la communauté du renseignement des U.S., et avec le capitaine spatial AFFA de la patrouille OEEV, du moins selon Melle Swan et nombre de ceux qui la connaissent.

Mme Knowles considère Melle Swan comme totalement crédible. C'est une membre hautement respectée de la communauté. Je n'ai jamais douté qu'elle ait été en communication régulière avec des gens venus de l'espace, a dit Mme Knowles. On avait posé une fois la même question à mon mari. Il avait répondu "il n'y a simplement pas de raison de croire tout ce qu'elle raconte."

On dit à Melle Swan de garder secrète son implication avec le renseignement U.S.. Elle l'a fait. Elle n'a parlé avec Second Look que parce qu'elle a pris par erreur le journaliste pour un officier de renseignement.

Melle Swann n'est ni hautement éduquée ni éloquente. Elle parle des bons, des hommes de l'espace patrouillant dans le système solaire pour nous protéger de dangereuses failles géologiques et des mauvais qui veulent coloniser cette planète. Elle pense que sa communication est un prélude à la 2nde arrivée de Jésus. Elle décrit des satellites énormes de la taille de l'état du Maine pas si loin au-delà de l'orbite de la Lune.

Melle Swan indique que lors que les hommes de l'espace veulent lui parler ils font un son comme la note musicale "La". Bien que d'autres dans la pièce puissent entendre cela, seule Melle Swan peut communiquer avec les extraterrestres.

D'autres ne devraient pas essayer, prévient-elle. Elle cite une lettre récemment reçue du commandant de Marine dont la vie en général et la carrière en particulier ont été grandement rompues par ce contact avec ces étrangers.

Elle n'a plus besoin d'un crayon et d'un papier pour lire les réponses. C'était à l'époque où je n'avais pas suffisamment de contrôle sur mon propre esprit. Aujourd'hui elle peut s'asseoir calmement, évacuer toutes les distractions, et les entendre et leur parler silencieusement. Elle fait cela presque tous les jours, bien qu'ils soient très occupés et aient généralement peu de temps pour les discussions. Elle peut les contacter quand elle le veut, mais le fait rarement, attendant plutôt qu'ils la contactent.

Prêtant une autre crédibilité aux rapports de ces événements bizarres est un document qui aurait été rédigé par un officier civil de renseignement, qui se trouvait avec l'officier de Marine lorsqu'ils rapportèrent les événements à Friend. Selon le document, son auteur, comme le présumait Friend, était un officier de l'Agence Centrale de Renseignement

S'il est légitime le document étaye tout ce qui a été dit par Friend et la plupart de ce qui a été rapporté à Friend par les officiers de renseignement de la Marine. Il nomme les hommes de l'espace, leur organisation. Il décrit leur objectif. Il cite les lieux et dates de plusieurs réunions pour enquêter sur le cas – y compris celle à laquelle les participants ont demandé à l'officier de Marine entré en transe de produire un ovni, ovni qu'il a produit.

L'auteur Robert Emenegger a obtenu, étudié et, selon lui, vérifié l'authenticité du document de la CIA. Emenegger a dit à Second Look avoir parlé à l'officier de la CIA qui l'avait rédigé. Bien que Emenegger ait décliné d'identifier l'homme, il a indiqué à Second Look : Je suis personnellement convaincu que le document est valide – absolument – et que la femme mentionnée a été en contact avec des gens de l'espace.

Le scepticisme sur la validité du supposé document de la CIA devient bien plus difficile à la lumière de l'information obtenue par le colonel William Coleman, ancien porte-parole en chef de l'Air Force.

Coleman adresse la question directement.

Le document est authentique, et même sans le document qui étaye ses propos, la crédibilité du colonel Friend est au-delà de tout reproche. 

J'ai identifié et localisé l'officier de la CIA présent au centre photo secret de la CIA le 6 juillet 1959. Son nom est Arthur Lundahl, aujourd'hui à la retraite. 

Lundahl a confirmé avoit été un officier civil de renseignement présent lorsque le commandant de Marine était entré en transe. Il confirme nombre des détails fournis par Friend et étayés par le prétendu memo de la CIA – à un certain nombre d'exceptions notables. 

Bien que Emenegger ne veuille pas identifier l'auteur du prétendu memo de la CIA, il déclare que l'homme était présent à l'événement du 6 juillet 1959, et que l'homme était le civil qui lui confirma l'authenticité du memo. Cette description de l'homme implique qu'il ne peut s'agir que de Lundahl

Bien que Lundahl dise que l'officier de Marine rapporta, en fait, qu'il était en communication avec AFFA et ait instruit le groupe à regarder à la fenêtre l'appareil de AFFA, rien ne fut observé. 

Lundahl dit qu'il n'y a pas eu de tel memo à sa connaissance. Il ajoute que lorsque Friend est arrivé et les a rencontrés, ceux présent lui ont déclaré qu'aucun ovni n'avait été vu. Et que l'officier de Marine n'était pas entré dans une 2nde transe lorsque Friend fut présent. Ceci contredit ce que Friend et Emenegger ont déclaré à Second Look

Lundahl certifie que ces déclarations sont vraies : 

Jamais pendant un quelconque moment je n'ai cru que cet officier de Marine était en communication avec l'espace, pas plus que je n'ai vu d'ovni. La démonstration ne fut pas faite à notre demande. L'homme expliqua que Melle Swan lui avait montré quelque chose appelé "écriture automatique", et que si je le demandais il me montrerait, expliqua Lundahl

Il me choisit probablement parce que j'étais un ami, et parce que j'avais fait le travail d'analyse sur l'observation (d'ovni) de Tremonton

Bien que je croie en une vie intelligente autre que la nôtre, je n'ai pas d'autre sentiment que de la sympathie et de l'embarras en cette occasion, pour un homme qui était perturbé, qui était mon ami, et qui, si ses supérieurs avaient appris cela, en aurait sans aucun doute souffert dans sa carrière.

Il y avait une autre personne là-bas. Son nom était Robert Nisham. C'était un analyse photo de la Marine affecté à la CIA à l'époque. Lui et moi avons parlé de çà de nombreuses fois, et nous sommes d'accord sur le fait qu'aucun ovni n'a été vu. Je jure que je dis la vérité, a dit Lundahl

Si Lundahl dit la vérité, Nisham aurait été l'autre commandant de Marine, dont le nom fut effacé par le memo de la CIA dont Emenegger déclare qu'il est authentique. 

Que ce cas soit un des événements ovni les plus incroyables de l'histoire, ou le canular ovni le mieux perpétré connu sera exploré dans un article futur. Une recherche du document par la CIA et le Département de la Défense a commencé à travers une demande de Second Look sous l'Acte du Droit à l'Information. Il a été demandé à Emenegger de produire une copie du document qu'il prétend légitime. Et une recherche de Nisham, qui s'est retiré de la communauté du renseignement, est en cours. 

Home