LunLundahl
Arthur Lundahl

"Art" Lundahl naît en . Il obtient un diplôme de géologue à l'Université de Chicago en , puis avec l'arrivée de la guerre est officier de Marine de cette année-là jusqu'en . Là il obtiendra la Navy Commendation Medal de la part de l'amiral Nimitz pour son travail d'interprétation photographique dans la guerre anti-sous-marine.

Marine

En , de retour à la vie civile, il est engagé par l'US Navy au NavPIC, d'abord comme Directeur de la Division de Photogrammétrie puis comme Ingénieur-en-Chef Assistant. En , c'est à ce poste qu'il supervise l'analyse du film de Tremonton, qui sera communiquée au Panel Robertson sous la houlette de la CIA. C'est en partie ce travail qui va amener cette dernière à éloigner Lundahl du leurre de la Navy en pour diriger son Photographic Intelligence Center naissant.

CIA

En la CIA embauche donc Lundahl pour diriger le programme qui va devenir plus tard le NPIC. Il en fait une organisation de 1000 personnes entourée d'une machinerie compliquée dont personne n'avait rêvé avant que Lundahl décide qu'elles représentaient un besoin. Sous sa direction, une famille totalement nouvelle d'équipement d'exploitation photo est conçue et développer pour faire face aux produit d'une nouvelle technologie de collecte.

Eisenhower

En , Dwight David Eisenhower approuve le programme U-2 et pour prendre en charge les photos qui seraient produites, Lundahl loue 50000 pieds de bureaux au-dessus d'un magasin de réparation de Ford dans l'Immeuble Stuart. En guise de couverture, le lieu est dans une zone peu fréquentée de Washington, au nord-ouest du Capitol. Plus tard, il pouffera en repensant à Richard Milhous Nixon, John Foster Dulles et d'autres hauts responsables arrivant en limousines pour des briefings sur les découvertes des U-2 et ayant à marcher au milieu des rats et des ordures pour entrer dans le bâtiment Michael Beschloss, historien de la présidence < Cameron. Cette même-année, il développe cette année-là le traitement d'amélioration d'image par ordinateur — une des capacités-clés de la CIA.

Lundahl supervise l'ensemble des photographies de l'analyse des photos prises par les U-2, briefant Eisenhower à leur sujet ainsi que sur d'autres développement de reconnaissance photo, généralement dans le bureau ovale, mais aussi dans la salle de cabinet lorsqu'un groupe plus grand était impliqué. A l'occasion Andrew Goodpaster, conseiller de haut niveau en sécurité de la présidence, demandait à Lundahl de faire son briefing dans le bâtiment de l'aile ouest avec son atmosphère de cartes et de salle de guerre.

Lundahl était réputé pour sa capacité à expliquer des problèmes techniques compliqués aux néophytes, présidents et membres du Congrès. Il était décrit comme un des briefeurs les plus doué et le plus persuasifs de l'histoire américaine. Eisenhower considérait Lundahl comme un de ses briefers favoris, lui fournissant un briefing personnel le jour après chaque vol de U-2. Eisenhower comparait tous les autres briefings qu'il recevait à ceux donnés par Lundahl.

L'année suivante il est élu Président de la Société Américaine de Photogrammétrie, et va jouer un rôle majeur dans la couverture en renseignement de la Crise de Suez en .

Conversation avec AFFA

En , le labo fut aussi le site d'au moins 1 rencontre d'ovni fameuse. Lundahl y est un témoin crucial d'une histoire de channeling avec un extraterrestre, nommé AFFA, qui aurait fait apparaître son vaisseau spatial à la demande au-dessus de Washington Gourley, Jay: "The Day The Navy Established 'Contact'", Second Look Magazine, mai 1979.

En , 8 jours après que Gary Powers et son U-2 aient été descendus par l'URSS, Eisenhower, tentant de justifier ses actions, envoie Lundahl au Senat pour faire un briefing secret sur les accomplissements du programme U-2. Lorsque Lundahl a terminé, son public, apparemment impressionné, lui fait une standing ovation. Allen Welsh Dulles, le DCI de Eisenhower en laisse tomber sa pipe de sa bouche. Lundahl racontera plus tard que pendant ces applaudissements nourris il avait pu voir la veste de Dulles commencer à brûler.

NPIC

Lundahl (à gauche) et le président Kennedy (à droite)
Arthur Lundahl et le président Kennedy

En , Eisenhower signe la Directive 8 de Sécurité Nationale, créant le NPIC, situé dans les l'espace de bureaux initialement loué par Lundahl en 7 ans plus tôt, et où vont être analysées les photos les plus secrètes détenues par le gouvernement.

Kennedy

En , les U-2 de la CIA survolant Cuba prennent des photos de missiles ballistiques nucléaires offensifs, menaçant les Etats-Unis. Lundahl fait de nombreux briefings au président à ce sujet, montrant les photos et expliquant ce qu'elles montrent, le niveau de préparation apparent, et quels autres événements ont lieu à Cuba qui pourraient indiquer les plans soviétiques et cubains. A cette occasion il se rend à Paris montrer les photos au général de Gaulle. Il recevra pour ce travail une personal commendation de John Fitzgerald Kennedy et le NPIC une Presidential Unit Citation.

En , la National Civil Service League lui décerne le Career Service Award en tant que meilleur officier de renseignement photographiques du Gouvernement des Etats-Unis.

La reconnaissance photo n'était que ce que Lundahl avait par pelletées. Selon W. Todd Zechel (qui connaissait bien Lundahl, et qui déclarera que dans la bibliothèque qu'il vit chez ce dernier à Bethesda, Maryland, était composée à 80 % de livres sur les ovnis), Lundahl était aussi un des experts les plus en avant dans le monde des ovnis. Un ancien collègue de Lundahl à la CIA déclara que Lundahl avait briefé son expertise des ovnis à au moins 3 présidents.

Lundahl (à gauche) serrant la main de l'ambassadeur britannique Sir Peter Ramsbotham
Arthur Lundahl serrant la main de l'ambassadeur britannique Sir Peter Ramsbotham

Une rumeur constante ayant circulé depuis de nombreuses années est que la principale source de briefings sur les ovnis donnés à Kennedy était Lundahl. Lundahl était un employé de la CIA de haut rang décrit dans les papiers de la Maison Blanche comme peut-être l'autorité la plus distinguée aux Etats-Unis sur le renseignement photographique... le meilleur officier en renseignement photographique du gouvernement des Etats-Unis et, en tant que tel, il a été impliqué dans les problèmes photographiques les plus importants affectant la sécurité nationale...

Selon Zechel, Lundahl étant bon ami avec le président Kennedy, et le briefa non seulement sur les missiles soviétiques à Cuba, mais aussi sur la situation ovni (les archives de la Maison Blanche montrent des réunions entre Lundahl et Kennedy le , une réunion non enregistrée de 33 mn le 28 avril 1962, une réunion non enregistrée de le ). Le directeur de la CIA de l'administration de Kennedy, John A. McCone, supérieur de Lundahl, était également impressionné par ce dernier : M. Lundahl a fait des contributions majeures à la science du renseignement photographique et a eu un rôle directeur dans le développement d'une organisation de renseignement photographique inter-agences qui est crédité d'accomplissements de grande signification nationale. En fait, il est possible que Lundahl ait briefié 4 presidents sur les ovnis. Après tout, sa nécrologie par la CIA indique bien qu'il avait bénéficié de la confiance des présidents américains Eisenhower, Kennedy, Lyndon Baines Johnson et Nixon.Cameron, Grant: "President Kennedy, 35th President, January 20,1961 - November 22, 1963"

Condon

Le un memorandum au Directeur Adjoint du Renseignement indique que l'USAF a passé un contrat avec l'Université du Colorado pour enquêter sur la situation des ovnis, et indique des arrangements entre le brigadier-général Ed Giller (USAF) et le Dr. Thomas J. Ratchford (AFOSR) avec Lundahl.

Le , Lundahl rencontre Edward Ulher Condon et 4 membres de son équipe en échange d'un contrat de 300 000 $ de l'U.S. Air Force pour étudier les observations d'ovnis. La réunion "secrète" avait pour but de familiariser le Dr. Condon et les membres de son équipe à des capacités sélectionnées d'analyse photogramétriques et photographiques du NPIC Documents officiel de la CIA sur l'événement < Cameron. Lors de la réunion, Lundahl offre au nom de la CIA d'aider le Dr. Condon dans son enquête sur les photographies d'ovnis. Cependant, une telle implication de la CIA dans ce projet étant illégale, Lundahl tient à être clair avec Condon et ses assistants : à aucun moment la CIA ne devra être déclarée associée à l'analyse. Elle ne preparera aucun rapport de ses analyses photographiques, le NPIC se bornant à fournir des services de nature technique, ainsi que l'équipement qui ne pourrait pas être obtenu ailleurs par Condon. De plus, la CIA ne prendra aucune part à l'écriture de quoi que ce soit qu'ils pourraient conclure sur ces phénomènes ovnis. Un intérêt de cette collaboration secrète est clair pour Lundahl : Je pourrais être capable de préserver une fenêtre de la CIA sur ce programme pour quelque usage que la DRS&T voudrait en faire. Cependant, il avancera d'autres arguments en pour une telle discrétion : Les phénomènes sont un sujet fulminant, vous voyez. Il y a beaucoup de dingues aux yeux écarquilles dans de domaine qui s'asseyent au sommet des montagnes et prenant des drogues et attendant le lever du Soleil. Il y a des gars avec des phénomènes psychiques qui leur sortent des oreilles. On y trouve des gens bizarre partout. Et bien sûr, la CIA est un nom suffisamment excitant en lui-même. Et si vous mélanger du feu et du kérosène ensemble, vous avez toute la place en excitation. Je voulais être prudent et ne pas impliquer que nous étions impliqués de manière substantielle.

Le NPIC prépare alors un document intitulé "Guide aux photographes d'ovnis", listant 10 recommandations aux photographes qui pourraient avoir l'occasion de photographier un événement ovni, ainsi qu'une feuille d'information que le photographe devrait completer. Ces documents, approuvés par Lundahl, sont transmis le 24 mars au Projet Colorado qui les diffuse à peine réécrits le 1er mai dans un communiqué de presse faisant appel aux clichés d'objets volants non-identiifés de particuliers.

A l'occasion de son départ en retraite de CIA en , Lundahl reçoit la Médaille de la Sécurité Nationale mentionnée de l'ambassadeur de Grande-Bretagne, la Médaille de Distinction dans le Renseignement de la CIA, et le Director's Award for Exceptional Civilian Service de la DIA.

Il décède en Barnes, B.: "Arthur C. Lundahl, 77, Dies; Photo Interpreter for CIA", The Washington Post, 25 juin 1992: D4..

Filer, George A.: Filer's Files #34-2002, 21 août 2002