Suspendre son jugement, c'est commencer à réfléchir Philippe Lacaze

Domaines d'étude où s'exprime typiquement le scepticisme

Philosophiquement parlant Voir Pyhrron David Hume, le scepticisme considère que l'accès à la vérité n'est pas possible, notamment suite au constat de l'échec de l'inductivisme en la matière. En cela, le scepticisme est plus en accord avec le falsificationnisme Falsificationnisme défendu par le rationaliste Karl R. Popper (seul le faux peut être prouvé, i.e. les théories admises restent supposées vraies jusqu'à être réfutées, ou que de meilleures — plus falsifiables/plus générales — les remplacent), bien qu'un scepticisme exacerbé ne reconnaisse aucune méthode scientifique comme infaillible et défende même que les avancées scientifiques nécessitent régulièrement de ne pas les respecter Feyerabend, Paul: "Contre la méthode. Esquisse d'une théorie anarchiste de la connaissance", 1975.

Dans l'examen des prétentions extraordinaires, le scepticisme consiste plus simplement à douter d'affirmations avant enquête Il ne s'agit là donc plus d'un point de vue philosophique consistant à douter de tout éternellement, l'enquête pouvant être considérée concluante. On peut alors trouver des attitudes sceptiques différentes, y compris non-rationalistes Le rationalisme est souvent amalgamé à tort au scepticisme, de sorte que des mots spécifiques (comme debunker, ou sceptidebunker par Stanton Friedman) ont été inventés pour distinguer cette dérive du scepticisme. A contrario Charles Fort considérait les données scientifiques avec scepticisme par exemple. A l'opposé, les attitudes consistant à affirmer sans enquête ni preuves (réductions rationalistes ou croyances typiquement) relèvent plus d'une forme de croyance que du doute.

Rationalisme Scepticisme Croyance Bien que l'on peut considérer le rationnalisme aussi comme une forme de croyance
Position Affirmation de l'inexistence des phénomènes La charge de la preuve d'une explication alternative en termes de phénomène connu revient donc à l'auteur de l'affirmation et du complotisme de croyants désinformant le bon peuple en leur faisant croire à des sornettes. Doute : attente de preuve concluantes. Affirmation de l'existence de phénomènes (extraterrestres ou autres) et du complotisme de structures puissantes (gouvernement occulte, voire pire) désinformant le public pour leur cacher l'horrible vérité.
Principes
  • L'inexpliqué est réduit à la thèse préférée par acceptation aveugle de théories explicatives prosaïques et rejet des cas troublants En raison du manque de fiabilité des témoignages typiquement. On en trouve divers contre-exemples, depuis l'existence de corbeaux albinos jusqu'à celle des particules anti-3He, en passant par la découverte des météorites
  • Principe de simplicité : les hypothèses à base de phénomènes reconnus sont préférables à la supputation de phénomènes non reconnus Déformation du principe d'Ockham pouvant mener à un positivisme erronné : ce que l'on ne voit pas n'existe pas. A contrario, théorisation complexe pour expliquer par un enchaînement improbable de phénomènes connus débouchant sur une apparence de phénomène extraordinaire.
  • En l'absence de preuves, l'inexpliqué reste considéré comme tel, sans pencher dans un sens ou un autre
  • Le connu et compris est valide jusqu'à preuve du contraire. De sorte, des affirmations extraordinaires requièrent des preuves extraordinaires.
  • L'inexpliqué est réduit à la thèse préférée (HET ou autre), par acceptation des témoignages en faveur de la thèse comme décrivant des faits objectifs, et rejet des autres, voire même réduction à des thèses prosaïques lorsque cela est opportun Un fil suspendant une maquette d'ovni pourra être réduit à l'explication probable d'une rayure de négatif par exemple
  • Principe de simplicité : les hypothèses des phénomènes prétendus (extraterrestre par exemple) sont les plus simples pour expliquer ce qui y ressemble i.e. que peut-être un être d'apparence non humaine sortant d'une soucoupe à part le débarquement d'un extraterrestre ?. A contrario, théorisation complexe pour interpréter comme extraordinaires des cas ayant toutes les apparences de phénomènes connus.
Thèses
  • Explications avérées pour certains cas (méprises, canulars, etc.)
  • Réserve son jugement pour les autres. En attente de démonstrations, défend la science contre les affirmations non prouvées.
Exemples
Equivalent religieux Athéisme (affirmation de l'inexistence d'un Dieu) Agnosticisme (ne sait dire s'il existe un Dieu ou non) Foi (affirmation de l'existence d'un Dieu)

On peut reconnaître certaines actions sceptiques bénéfiques :

Divers groupements revendiquent également un véritable scepticisme, telles :