Carl A. Mitchell

Mitchell naît le mercredi 17 septembre 1930 à Hereford (Texas), mais c'est au Nouveau-Mexique qu'il passe son enfance. Il y fait ses premières études, d'abord à Roswell (Nouveau Mexique), puis à Artesia. Il reçoit un Bachelor of Science in Industrial Management du CIT de Pittsburg (Pennsyvalnie) en 1952.

Marine

Cette année-là il rentre dans la Navy. Après un entraînement de base au San Diego Recruit Depot, il entre à l'Ecole des Officiers de Newport (Rhode Island) en mai 1953 et est nommé Enseigne. Il suit alors une formation de pilote à Hutchinson (Kansas) jusqu'en juillet 1954 où est affecté à la 29ᵉ Escadrille de Patrouille, déployée à Okinawa (Japon). De 1957 à l'année suivante, il pilote un Douglas A3 Skywarrior alors qu'il est affecté au 2ᵉ Escadron d'Attaque Massive à bord de l'USS Bon Homme Richard et de l'USS Ticonderoga. Il sert alors comme Pilote de Projet de Recherche au 5ᵉ Escadron de Développement Aérien pendant 1 an. En 1961 il est nommé au grade d'ingénieur par la Navy Postgraduate School de Monterey (Californie).

MIT

Suite de cette affectation, il entre au MIT, où il obtient un doctorat d'Aéronautique et Astronautique en 1964. Il devient alors Directeur de la Division de Gestion de Projet du bureau de la Marine pour le Laboratoire d'Orbite Habitée jusqu'en 1965, où il entre à l'Ecole des Pilotes de la Recherche Aérospatiale à la base aérienne d'Edwards (Californie). Une fois formé 1 an plus tard, il devient instructeur de l'école.

NASA

En avril 1966 il est sélectionné par la NASA pour rejoindre le programme spatial de vol habité. Il commence dans les équipes de support de la mission Apollo 9, le second vol Apollo habité, et comme pilote de doublure du module lunaire pour Apollo 10.

Apollo 14

Mitchell en combinaison d'astronaute d'Apollo 14
Mitchell en combinaison d'astronaute
Mitchell sur la Lune en 1971
Mitchell sur la Lune en 1971

Du jeudi 21 janvier 1971 à jeudi 10 février, il participe à la mission Apollo 14, en tant que pilote du module lunaire (Stuart A. Roosa est pilote du Module de Commande). Il est le 6ᵉ homme à marcher sur la Lune : avec le commandant Alan B. Shepard Junior, il va rester 33 h et 31 mn à la surface de la Lune, explorant par 2 fois des régions lunaires, parcourant plus de 1 mile et recueillant 42,6 kg (94 livres) d'échantillons lunaires. D'abord la région au nord du cratère Fra Mauro. Intéressé par les phénomènes psychiques aMitchell, E. D. & White, John: Psychic Exploration: A Challenge for Science, 1974, Mitchell aurait mené au cours de sa mission et sans autorisation quelques expériences de perception extrasensorielle, telle que des tentatives de transmettre des images télépathiquement à des gens sur Terre bSource ?. Le 9 février ils repartent vers la Terre.

Par la suite il sert dans les équipes de support et de doublure pour les missions suivantes, comme Apollo 16.

En octobre 1972, Mitchell quitte la Marine et le programme spatial. Il devient membre de l'AIAA.

Retraite paranormale

Mitchell
Edgar Mitchell

Intéressé par la parapsychologie, il fonde l'Institut des Sciences Noétiques à Palo Alto (Californie).

Mitchell a déclaré penser que les ovnis proviennent d'une autre dimension.

De 1974 à 1978, il est président de la Edgar Mitchell Corp. à Palm Beach (Floride).

Entrevue sur les ovnis

Le mercredi 9, il aurait eut des contacts avec des hauts membres du congrès qui lui auraient confirmé que les civilisations extraterrestres existent, et que le gouvernement le cache. Selon lui, 125 autres témoins disposant d'accréditations "Top Secret" seraient prêts à en témoigner.

De fait, à cette date il rencontre au Pentagone le vice-amiral Thomas Wilson :

Il m'a d'abord répondu qu'il n'était pas au courant, mais qu'il allait faire des recherches. Il m'a rappellé quelques semaines plus tard et m'a dit qu'il avait retrouvé la source du financement de ce programme secret. Il a ajouté qu'il allait poursuivre son enquête, parce que si tout celà était vrai, ça devrait faire partie de ses attributions d'en être informé. Ce furent ses propres mots.

Le samedi 10 octobre 1998, lors d'une convention annuelle intitulée The UFO Experience, Mitchell déclare :

Jusqu'à aujourd'hui, je m'étais montré très réservé à propos des expériences de type ovni, et j'avais toujours évité de participer à des conférences. Mais je pense maintenant qu'il y a suffisamment d'éléments justifiant des recherches scientifiques dans ce domaine (...).

Je dois d'abord vous dire que ceux qui prétendent qu'il y a des structures sur Mars ou sur la Lune, sont des mythomanes. J'en suis sûr au moins pour la Lune : j'y suis allé ! (...)

Toutefois, j'ai eu l'occasion durant ma carrière de discuter avec des gens ayant travaillé pour des agences et des organismes militaires. De ces conversations, j'ai acquis la conviction que le gouvernement américain continue à maintenir le secret sur les ovnis. Beaucoup de ces personnes étaient assujetties à un degré de sécurité élevé et avaient prêté sermet, ce qui ne leur a pas permis de révéler publiquement ce qu'elles savaient sur ce sujet cTom Rhodes, Aliens exist - Just ask the man on the moon, Sunday Times, New York, 11 octobre 1998.

Mitchell
Edgar Mitchell

Interrogé par un journaliste anglais, Mitchell répond :

A mon avis, des extraterrestres ont visité notre planète. Si j'en juge par les propos que m'ont tenus certains informateurs hautement qualifiés, cela ne fait aucun doute dans mon esprit. Le gouvernement américain, tout comme d'autres gouvernements dans le monde, possède des milliers de dossiers sur des observations d'ovnis qui ne peuvent être expliquées. Aussi, je pars du principe que certains des témoins ont dû voir un appareil extraterrestre. (...) Lorsque j'ai appris que les extraterrestres existaient vraiment, je n'ai pas été trop surpris, car j'ai parfaitement conscience que la vie peut être très répandue dans l'univers. Par contre, ce qui m'a choqué, c'est quand il y a 10 ans j'ai commencé à mener des recherches sur les rapports faisant état de ces visites extraterrestres. Elles me montraient que des preuves de ces intrusions avaient été étouffées. Il n'y a pas que le gouvernement américain qui a dissimulé ces preuves, d'autres ont fait de même, dont le gouvernement britannique.

Il déclarera également :

L'ère moderne des ovnis a réellement commencé avec un incident qui s'est produit en 1947, quand un appareil accidenté contenant les corps de plusieurs extraterrestres a été découvert près de Roswell au Nouveau-Mexique. Non, je ne fais pas d'erreur, l'affaire de Roswell s'est bien produite. J'ai vu des dossiers secrets qui montrent que le gouvernement savait tout à ce sujet, mais qu'il avait décidé de cacher l'information au public. Il y a de bonnes raisons pour expliquer ce silence, des raisons de sécurité essentiellement. Par exemple, avouer une telle chose pouvait provoquer une panique au sein des populations. (...) Le problème le plus difficile à résoudre est de savoir si nous sommes toujours visités par des extraterrestres à l'heure actuelle. Pour ce qui me concerne, je vous dirai qu'il est tout à fait possible que nous soyons encore actuellement visités par de telles créaturesdThe People, 25 octobre 1998, Londres eSvahn, Clas: "An Alien Spaceship Crashed on the Moon", UFO Actuellt, 2005-11-05.

En juillet 2008, 10 ans après ses premières déclarations sur le sujet, Mitchell réitère ses affirmations, toujours sur la base de confidences de mystérieux contacts gouvernementaux, sur la nature extraterrestre de certains ovnis et d'une conspiration mondiale pour le cacher tout en avançant l'idée d'une divulgation progressive f"Astronaut Says Aliens Are Real", Kerrang Radio, 23 juillet 2008 gMoulton Howe, L.: "Apollo Astronaut Edgar Mitchell Says Governments Covering Up E. T.s", EarthFiles, juillet 2008.

En l'année suivante, en parallèle de son institut, il co-fonde Quantrek, une organisation dédiée à la recherche sur la ZPE, la conscience et les extraterrestres.

Le mercredi 25, Mitchell envoie un mail à John Podesta lui proposant une conversation avec lui et le président Obama au sujet du besoin de divulgation extraterrestre Eryn M. Sepp (assistante spéciale de Podesta) ne lui répond que lundi 18 juillet, proposant une 1ère rencontre avec Podesta seul en le mois suivant. Mitchell ne pourra cependant se déplacer à Washington (DC), et propose de joindre la réunion avec Rebecca Hardcastle Wright (fondatrice de l'Institut d'Exoconscience) par Skype h"Re: Apollo Astronaut, Dr. Edgar Mitchell’s, Request for Meeting to discuss Disclosure", Wikileaks.

Le jeudi 30 avril 2015, c'est Terri Donovan Mansfield ("directeur de la task force sur la paix avec les intelligences extraterrestres") qui demande par mail au nom de Mitchell une discussion Skype avec Podesta ASAP sur la différence entre les êtres célestes de notre système solaire et leur domination par ceux de l'univers contigu non-violent i"email for John Podesta re talk with Edgar Mitchell cc: Eryn", Wikileaks.

Mitchell meurt en Floride le jeudi 4 février 2016, la veille du 45ᵉ anniversaire de son allunissage.

En 2019 Jeremy Corbell sort un documentaire sur Mitchell jCorbell, J.: Moonwalker, 2019.

kMitchell, E. D. & Williams, Dwight: The Way of the Explorer,>1996