Douglas McArthur
Douglas McArthur"

MacArthur naît le à Little Rock (Arkansas). Fils d'un père officier et d'une mère ambitieuse qui l'influencera beaucoup, MacArthur n'est pas très bon élève. Il sera cependant diplômé de West Point en 1903 avec les plus hauts honneurs de sa classe.

Il sert ensuite dans l'Armée aux Philippines, où il va bâtir la plupart de sa carrière. En 1917 lors de la 1ère guerre mondiale il intègre la 42ème Division qu'il va commander en France, où il est décoré à de multiples reprises.

Après la guerre MacArthur retourne aux États-Unis et devient superintendant à West Point, où il entâme des réformes. A partir de , il est en charge de 2 commandements aux Philippines, et de 2 secteurs de troupes US, jusqu'en . En 1928 il est chargé de diriger la Commission Olympique Américaine. Il commande le département des Philippines jusqu'en , où il est nommé chef d'état-major des armées.

Ses efforts comme chef militaire dans les 5 années suivantes seront largement orientés vers la préservation de la puissance de l'armée durant la crise. Il éprouve une haine féroce du pacifisme et du communisme. Au milieu de 1932, lorsqu'il est fortement critiqué pour avoir envoyé de s troupes régulières déloger l'armée Bonus des vétérans de Washington, il justifie son attaque en déclarant que le pays était menacé d'une révolution communiste.

En 1935 il est envoyé par Franklin Delano Roosevelt organiser la défense des Philippines en prévision de l'indépendance des îles. En il est nommé marshall de la région. Attaché à cette région et craignant d'être affecté à d'autres postes avant d'avoir accompli sa tâche, il prèfère démissionner de l'armée en . Il reste en tant que commandant des forces philippines, qui fusionnent avec les forces US.

La crise de la 2nde guerre mondiale prend de l'ampleur et, en , MacArthur est rappelé au service actif. En , le Japon bombarde Pearl Habor et envahi les Philippines. Bien qu'averti de la possibilité d'une invasion japonaise, MacArthur est pris par surprise. Ses forces subissent une sérieuse défaite et battent en retraite. Les forces japonaises progressent toujours, et en MacArthur reçoit l'ordre de laisser ses troupes pour partir en Australie prendre le commandement des forces alliées du Pacifique.

De 1943 à 1944, il mène une série d'opérations qui va permettre de s'emparer de points stratégiques en Nouvelle-Guinée, et aux Philippines. Il manifeste ses premières défiances envers ses dirigeants, en mettant sérieusement en doute la décision de ses supérieurs de donner priorité à la guerre en Europe par rapport au conflit dans le Pacifique. Là-bas, il autorise le personnel de renseignement (le TLD puis le département T-2) à prendre totalement en charge tout personnel ou appareil ennemi écrasé ou capturé. Les groupes conservateurs républicains essaient à nouveau d'obtenir sa nomination à la présidence, sans succès. Mac Arthur, nommé commandant de l'ensemble des forces armées US du Pacifique, s'attaque ensuite au Japon avec autant de succès. Il accepte sa reddition en .

MacArthur en 1945
MacArthur en 1945

De 1945 à 1951, MacArthur est commandant allié de l'occupation Japonaise. Il éradique les militaires locaux, restaure l'économie, et ébauche une constitution libérale. Des reformes significatives sont entreprises dans les domaines de la redistribution des terres, l'éducation, le travail, la santé publique, et les droits de la femme. Selon certains militaires américains, MacArthur est amené à diriger l'IPU dès 1947. En 1948 les groupes conservateurs Républicain tentent à nouveau de propulser MacArthur à la présidence, sans succès. Vainqueurs de la guerre, les américains se répartissent la République Démocratique du Peuple de Corée du Nord (URSS) et la République de Corée du Sud (USA).

En , les américains commencent à se retirer de la Corée du Sud. Le , le dictateur de Corée du Nord Kim Il-sung lance une attaque surprise sur la Corée du Sud. 3 jours plus tard les communistes s'emparent de Séoul, la capitale de Corée du Sud. L'ONU prend la résolution d'envoyer des troupes défendre la Corée du Sud. L'URSS qui boycotte l'ONU à cette époque ne peut opposer son véto et MacArthur est sélectionné pour le commandement des forces des Nations Unies.

L'attaque surprise de la Corée du Nord leur a permis d'occuper toute la Corée du Sud, à l'exception de la région près du port de Pusan, que MacArthur réussi à défendre. Le 15 septembre, MaArthur entreprend un démarquement audacieux à Inch'on et progresse en Corée du Nord en Octobre avec la désintégration rapide de l'armée de Corée du Nord. Il progresse tant vers le Nord qu'il atteint la frontière avec la Chine le 24 octobre. En Novembre cependant, d'importantes forces chinoises attaquent l'armée divisée de MacArthur au-dessus du 38ème parallèle et le force à battre en retraite derrière Seoul. Deux mois plus tard, les troupes de MacArthur retournent à l'attaquent, à nouveau à l'intérieur de la Corée du Nord.

Cependant Harry S. Truman et son Secrétaire d'État Dean Acheson ne souhaitent pas d'embrasement et veulent limiter la guerre à la Corée. MacArthur n'est pas d'accord, soutenu par certains républicains aux États-Unis tels que Joe McCarty. Le , il fait part de sa colère et de sa frustration de se voir imposé une guerre "limitée" lors d'un entretien confidentiel avec des diplomates espagnols et portugais à Tokyo (Japon) . En résumé, il souhaite mener (et commander) une guerre totale avec la Russie - il lâcherait d'abord des bombes A sur toute la Chine puis négocierait avec les russes. Et la Corée du Nord ? MacArthur la noierait aussi sous les bombes atomiques.

Cependant MacArthur ignore que la NSA espionne l'ensemble des transmissions diplomatiques à Tokyo. La station principale de la NSA au Japon est à la base de l'USAF de Atsugi (également à la base OPC de la CIA). La mission première de la NSA est d'écouter les câbles des commandements chinois, mais les câbles diplomatiques sont également réguilièrement interceptés. La NSA expédie le résultat des écoutes directement à la Maison Blanche, où MacArthur se vante d'impliquer la Chine dans la guerre. Truman alors décide de congédier MacArthur. Cependant il ne peut révéler l'existence des câbles interceptés sans nuire à la sécurité nationale (à cette époque peu de gens connaissent la NSA ou l'espionnage des câbles diplomatiques des alliés). Truman doit donc trouver d'autres raisons "officielles" pour relever MacArthur de ses fonctions.

Le , Truman renvoie officiellement MacArthur pour insubordination (et incompétence). L'ordre est donné via le canal militaire, qui semble moins efficace que celui des médias puisque c'est la femme de MacArthur qui apprend la nouvelle par la radio.

MacArthur est outré et s'emporte dans des déclarations peu respectueuse pour Truman. Durant ses fonctions de Commandant des Nations Unies, Mac perd la notion de la réalité. Il veut des crédits pour les batailles remportées mais blâme les autres pour celles qui ont été perdues. Il se comporte comme s'il était le président des États-Unis et a un profond mépris pour ses supérieurs (États-Majors, Ministre de la Défense, Président, etc.). Il est obsédé par l'idée de "victoire à tout prix", quand bien même cela signifierait-il de tous les hommes sur Terre.

De retour aux États-Unis, pour la première fois depuis la 2nde guerre mondiale, MacArthur commence par recevoir un large soutien populaire; l'excitation s'apaise après une enquête publique du Sénat de son renvoi.

En 1952, les groupes conservateurs républicains tentent à nouveau et en vain d'obtenir la nomination de MacArthur à la présidence. C'est cependant un républicain de son bord qui est élu : Dwight David Eisenhower. Celui-ci consulte MacArthur peu après son élection au sujet de la guerre de Corée. Le conseil de MacArthur est le "bombardement atomique des concentrations et installations militaires ennemies en Corée du Nord" et une attaque de la Chine. Eisenhower rejette le conseil et MacArthur ne joue aucun rôle dans l'administration républicaine de Eisenhower.

Cette année-là MacArthur accepte la présidence du conseil d'administration de la Remington Rand Corporation; par la suite, à l'exception de ces charges et de quelques rares apparitions publiques, il vit reclut dans la suite 37-A de l'Hotel Waldorf-Astoria (New York).

En , MacArthur est invité par Achille Lauro, le maire de Naples, à l'hôtel Waldorf-Astoria de New York . Le jour suivant, Mauro relaie leur conversation de 45 mn à la presse, déclarant que MacArthur a exprimé la croyance qu'un jour le peuple de la Terre se trouvera face à une confrontation extraterrestre "M'Arthur Greets Mayor of Naples", New York Times, 8 octobre 1955, p. 7. D'après Lauro, les seuls commentaires que MacArthur a fait sur la prochaine guerre furent qu'il n'avait aucune idée de la forme qu'elle pourrait prendre.

Certains journaux ne reproduisent qu'une brève portion de ces commentaires sous le titre "MacArthur craint une guerre spatiale" Associated Press, "MacArthur Fears Space War: Visitor", Chicago Daily Tribune, 8 mars 1999, p. 11.

Le , MacArthur lors d'un discours (connu comme le discours "Devoir, Honneur, Pays") aux cadets de l'Académie Militaire U.S. à West Point, à l'occasion de sa réception du Prix Sylvanus Thayer, il fait une nouvelle fois allusion à la possibilité d'une confrontration extraterrestre dans le futur :

Nous avons maintenant affaire, non seulement à des choses de ce seul monde, mais aux distances illimitées et aux mystère jusqu'ici encore insondés de l'univers. Nous atteignons une nouvelle frontière sans limites. Nous parlons en termes étranges d'arnarcher l'énergie cosmique, de faire travailler pour nous les vents et les marées, de créer [unheard] de matériaux synthétiques pour compléter ou même remplacer nos vieilles bases standards ; de purifier l'eau de mer pour notre boisson ; d'extraire des fonds océaniques de nouveaux champs de richesse et de nourriture ; de préventions de maladies pour étendre la vie à une centaine d'années ; de contrôler le temps pour une distribution plus équitable de la chaleur et du froid, de la pluie et du Soleil ; de vaisseaux spatiaux sur la Lune ; de la cible principale dans la guerre, qui n'est plus limitée aux forces armées d'un ennemi, mais plutôt d'inclure ses populations civiles ; de conflit ultime entre une race humaine unie et les forces sinistres de quelque autre galaxie planétaire ; de ces rêves et fantaisies qui font la vie la plus excitante de tous les temps.

MacArthur meurt le 1964-04-05 au Water Reed Hospital de Washington, D.C et est enterré à Norfolk (Virginie).

"West Point Rites Honor M'Arthur," New York Times, 13 mai 1962. "Duty, Honor, Country, Address at the U. S. Academy, West Point, on the presentation of the Thayer Award by the Association of Graduates to General MacArthur, May 12, 1962." A Soldier Speaks, Public Papers and Speeches of General of the Army Douglas MacArthur. New York: Frederick A. Praeger, Inc., 1965 pp. 352-358. "Star Wars", Urban Legends Reference Pages: Questionable Quotes, Snopes.com, 17 août 2005.