Sigle de l'Air Defense Command, commandement de la défense aérienne créé le sous l'AAF (par la suite l'USAF).

Le , Steve MacKenzie, stationné à la Base Aérienne de l'Armée de Roswell, reçoit l'ordre de Martin Francis Scanlon, commandant de l'ADC, de rapporter aux sites radar de White Sands et de surveiller les mouvements d'un objet dans le ciel au-dessus de Roswell. Scanlon aurait organisé la récupération des débris de Roswell.

En 1952, au-dessus de l'Est de l'état de Washington, M. Y., spécialiste américain des radars, est en poste à la station de l'ADC de Great Falls (Montana) : L'équipe de M. Y. avait été prévenue par les stations radar canadiennes de la zone de Calgary que 3 ovnis se dirigaient vers le Sud, donc vers les États-Unis, à une vitesse peu élevée. Les radars détectèrent les ovnis et un chasseur de l'USAF fut envoyé d'une base de l'Est de l'état de Washington. Un contact radar et radio fut maintenu avec le pilote du chasseur pendant que celui-ci était guidé vers les ovnis, eux-même suivis par radar. Alors qu'il volait à 16000 pieds (environ 4800 m), le pilote affirma avoir 2 des ovnis en vue. Peu après, il disparut avec son avion, purement et simplement ! L'épave de l'appareil ne fut jamais retrouvée, bien qu'un avion de secours ait décollé immédiatement après vers la zone concernée et que les opérateurs radar aient eu la position exacte de l'avion à l'instant de sa disparition. Surveillés par des avions ayant désormais pour consigne de ne pas s'approcher à moins de 15 km, les ovnis finissent pas s'évaporer à leur tour. M. Y reçut pour consigne de ne pas envoyer les documents concernant ce cas au projet Blue Book — pourtant officiellement seul habilité à les traiter — mais directement à l'ADC Stanton T. Friedman, Canadian UFO Report].

Le , dans le New York Times, des responsables de l'ADC expliquent à la nation que l'opération Skywatch est rendue nécessaire en raison de la limitation des radars par rapport à la courbure de la terre et parce que les forces hostiles peuvent échapper au réseau radar en volant simplement à des altitudes inférieures à 5000 pieds.

Le 1952-08-01, près de Yaak (Montana), un radar de l'ADC repère un objet non-identifié, visuellement observé comme un cigare sombre [Robertson, LB]. Le 20 Août à la base de l'USAF de Congaree (S. C.), un radar de l'ADC repère un objet non-identifié se déplaçant à 4000 miles/h.

Le 20 Septembre 1952 en Mer du Nord, le porte-avion USS Franklin D. Roosevelt affecté au transport des armes nucléaires. Wallace Litwin, reporter pour un journal américain est à bord en train de photographier en couleur le décollage d'un avion depuis le pont. A un moment, il se retourne et voit une sphère argentée dans le ciel, juste derrière la flotte des navires. L'objet semble de grande taille, assez grand pour être montré sur une photo, et le journaliste en prend 3 photographies. Celles-ci sont rapidement développées et sont de très bonne qualité. On y voit la superstructure du porte-avion sur chacune d'entre elles et, à en juger par la taille de l'objet dans la succession de chaque photo, on peut constater à quel point l'objet se déplaçait rapidement. Les officiers de du renseignement à bord étudient les photos. L'objet ressemble à un ballon. D'après sa taille il semble que, s'il s'agit d'un ballon, il a du être lancé d'un autre bateau, et l'annonce est donc faite à la radio TBS : Qui a lancé un ballon ? Une réponse arrive à la TBS : Personne. Le Renseignement Naval effectue des vérifications, 2, 3, jusqu'à 4 fois sur chaque navire présent près du porte-avion mais ne trouve personne ayant lancé un tel objet. Les pilotes sur le pont d'envol qui ont pu voir l'objet ont des sentiments mitigés - certains sont sûrs qu'il s'agissait d'un ballon tandis que d'autres sont tout aussi sûr que ce n'en était pas un. Il se déplaçait trop rapidement, et bien qu'il ressemblait à un ballon par certains aspects, il était bien loin d'être identique aux centaines de ballons que l'équipage a vu lancés par les aérologues. On recherchera ardamment une réponse à ces photos, en grande partie en raison des observations qui surviendront lors de la suite de l'opération, comme l'expliquera Edward J. Ruppelt à un groupe d'officiers de l'ADC. Les photos ne seront jamais diffusées au public, sauf dans les archives du projet Blue Book où on en voit une reproduction de mauvaise qualité, mais sans rapport d'analyse apparent.

Le 1953-11-23 sur l'écran radar de l'ADC, la vitesse (plus de 800 km/h) de l'objet qui se déplace au-dessus du Lac Supérieur, à la frontière canadienne, attire l'attention de l'opérateur. Une rapide vérification permet à ce dernier d'établir qu'aucun avion civil ou militaire en vol dans la région ne correspond au signal qu'a détecté le radar. Comme l'observation se situe dans une zone déclarée interdite à toute navigation aérienne civile, suivant la procédure habituelle, l'ADC contacte alors la base de Kinross au Nord-Est de l'état du Michigan (États-Unis). Le lieutenant Felix Moncla Junior et son observateur radar, le lieutenant R. R. Wilson, décollent dans leur F-89C Scorpion afin d'intercepter d'intrus et le faire changer de cap. Lorsque les 2 hommes, guidés par le radar de l'ADC, arrivent en vue de leur cible, celle-ci change de direction. 9 mn plus tard, alors que le F-89 se trouve à 2400 m d'altitude au-dessus du Lac Supérieur et à environ 250 km de sa base, les opérateurs voient sur l'écran sa trace se rapprocher de celle de l'objet et se confondre avec elle, comme si les 2 aéronefs étaient entrés en collision. Peu de temps après, la trace de l'ovni s'éloigne et disparaît... Le contrôleur de l'ADC alerte immédiatement les unités de sauvetage. Les recherches durent toute la nuit. Le 25 Novembre au Pentagone, l'un des portes-paroles declare que l'objet non identifié était un C-47 de la RCAF qui se dirigeait vers l'Ontario. Le Scorpion parti à sa rencontre ne l'avait jamais approché à moins de quelques kilomètres et s'était écrasé pour des raisons non élucidées. De leur côté, les Canadiens nieront nié à plusieurs reprises par la suite la présence d'un de leurs C-47 ou de tout autre avion dans la zone concernée. La version définitive de l'USAF sera que le lieutenant Moncla a été pris de vertige et a perdu le contrôle de son appareil. Or, les enregistrements montrent qu'il volait aux instruments au moment de la disparition. Il n'était donc victime d'aucun "vertige". Quand à l'hypothèse qu'il pourchaissait un C-47, elle ne tient pas d'avantage puisque cet avion de transport était incapable d'atteindre ne fût-ce que la moitié de la vitesse (800 km/h) attribuée par les radars de l'ADC à l'ovni. Le refus de l'USAF de révéler la teneur des conversations entre le pilote et le sol ne fera rien pour dissiper les doutes. Comme l'a déclaré un officier radariste témoin de l'incident : Cela semble incroyable, mais c'est comme si le "blip" avait avalé notre F-89...

Le 1er août 1957, les portions Est et Ouest de la ligne DEW sont respectivement placées sous le contrôle opérationnel de l'ADC et de l'AAC.