Suite au FOIA, et ressentant une mauvaise volonté des autorités militaires quant à la diffusion des informations liées aux ovnis, Todd Zechel, Peter Gersten et Brad Sparks fondent à la fin des années 1970s le Citizens Against UFO Secrecy, une association d'enquêteurs.

Le CAUS est fondé sur les principes suivants :

  1. cette planète et le peuple qui s'y trouve interragissent et sont en contact avec une forme d'intelligence non-humaine
  2. il ne pas y avoir de secret autour de, impliqué par, ou lié à ce contact
  3. le peuple a un droit absolu et inconditionnel de connaître la vérité au sujet de ce contact
  4. la vérité sera dévoilée et le secret terminé par le processus juridique

Zechel quittant l'organisation en 1979, Gersten reprend la présidence.

Au début des années 1980s, le CAUS est donc principalement connu pour ses plaintes en justice contre :

Cependant, par la suite Gersten s'éloigne et le CAUS connaît une période de quasi-inactivité.

Greenwood en roue libre (1984-1998)

En , Larry Fawcett et Barry Greenwood ont l'idée de publier une mise à jour du Clear Intent sous le sceau du CAUS. Ils demandent l'autorisation à Gersten de raviver l'association et son bulletin. L'accord de Gersten reçu, une nouvelle version du bulletin Just Cause apparaît en Septembre, avec Fawcett comme éditeur et Greenwood comme rédacteur-en-chef. Parfois paraît avec le bulletin un CAUS Washington Report (CWR, qui s'arrêtera en après une douzaine de numéros) de Larry Bryant, donnant son point de vue sur des sujets ufologiques. Pendant plus de 13 ans, l'ensembles des décisions et opinions du CAUS sont alors en fait celles de Greenwood, Gersten ne s'en occupant plus du tout. Pendant quelques années Fawcett part lui aussi, en Floride, laissant les commandes à Greenwood.

Coup d'état (1998)

Début , Greenwood apprend par Jan Aldrich que le CSETI de Steven Greer publie une série de lettres ouvertes avec les adresses d'organisations, dont le CAUS, alors que ni Greenwood ni le CAUS n'ont jamais soutenu le CSETI. Il trouve même à côté du CAUS un numéro de téléphone, mais celui d'un chargé de relations publiques du MUFON. Greenwood n'ayant pas accès à Internet à l'époque, il demande au responsable du site, Steven Bassett, de supprimer toute référence au CAUS.

Le 18 Janvier, Greenwood apprend que Peter Gersten annonce reprendre autorité sur le CAUS de manière rétroactive depuis le 1er Janvier pour faire du CAUS une organisation efficace et activiste dédiée à la fin du secret sur le cotnact extraterrestre et ajoute J'espère reprendre là où Barry a laissé tomber et qu'il devra être consulté pour toute déclaration au nom du CAUS.

Gersten engage même Steven Bassett comme consultant pour le CAUS, entâmant une connexion CAUS-CSETI/Greer. Greenwood envoie sa démission à Gersten. Ce dernier accepte et annonce une nouvelle publication de Just Cause.

En Greenwood et Gersten quittent définitivement le CAUS.

Suite aux déclarations fracassantes du colonel Corso dans son livre en , le CAUS entâme le des poursuites cas civil 98-0538PHXROS contre l'US Army pour obtenir tout les documents que Corso déclare avoir pu voir et lire. Pour aider le CAUS dans cette démarche, Corso signe un affidavit où il jure sous serment ce qu'il a déclaré dans son livre. Le parjure, ou mentir sous serment, est punissable comme une offense criminelle encourant généralement une peine de prison pour la personne coinvaincue de parjure.