Il est 5 h... Laurent s'�veille

Renaud MarhicMarhic, Renaud: Ovni-prèsence n� 39, février 1988

Nort-sur-Erdre, lundi 7 septembre 1987

Il est 5 h... Laurent s'�veille

A l'heure où certains se r�signaient à devoir étudier un ph�nom�ne sociologique devenu inerte, à la bourse de l'irrationnel les valeurs ufologiques ont subitement connu un fort regain d'intérêt : t�l�portation d'un véhicule et de ses occupants en Italie, observations en Chine, en Suisse, en Martinique... En France, c'est de Loire-Atlantique que nous sont parvenus les premiers bruits de la reprise.

Une chronologie exemplaire

Ovni à Nort-sur-Erdre : croquis effectué par Laurent
Ovni à Nort-sur-Erdre : croquis effectué par Laurent

Nantes, 10 sept. (AFP). Un gar�on de 10 ans de Nort-sur-Erdre (Loire-Atlantique) affirme avoir vu un ovni lundi matin vers 5 h, et il d�tient un enregistrement qui, selon lui, reprèsente le bruit �mis par l'objet volant non identifi�, a-t-on appris jeudi auprès des gendarmes (...)

Les Vigneaux, 5 km du gros bourg de Nort-sur-Erdre, au nord de la ville de Nantes, 12 septembre : le Groupe d'Etude des Ph�nom�nes Spatiaux Inexpliqu�s (GEPSI) est sur place, l'enquête vient de commencer.

Laurent X, témoin : Il était 5 h, j'ai entendu du bruit, j'ai ouvert les volets et j'ai enregistr� un genre de bip-bip. Je suis rest� le temps que �a a dur� sur ma fenêtre, enfin... sur le rebord et puis quand la musique s'est arrêt�e, il y avait encore de la lumière. La lumière s'est déplacée très lentement, très droit et puis a disparu. C'était ovale à peu près. On avait dit que �a pouvait faire 5 m de diamêtre, avec les gendarmes, en mesurant. �a glignotait en restant toujours pareil, à la hauteur des fils �lectriques, c'est comme �a que je m'�tais rep�r�. Il y avait un truc qui d�passait avec des points jaunes tout autour, c'était assez carr�. C'était tout orange, sauf les petits points jaunes autour. Il y avait comme une ligne autour, je sais pas si c'est un rayon lumineux. Je dois préciser qu'on ne voyait pas les bouleaux avec la lumière. Elle allait jusqu'au sol. On voyait rien à travers, comme quand le soleil passe à travers une t�le à la ferme. �a a dur� 4 à 5 mn. �a a travers� le champ et à la route, hop, je voyais plus rien. J'ai eu peur, puis très peur, mais je n'ai pas r�veill� mes parents.

Nantes, samedi 12 - dimanche 13 septembre : dans son �dition du week-end, le quotidien Presse-Oc�an fait était de 2 nouveaux témoignages. Le ph�nom�ne de Nort observ� à Couëron et à Nantes. Laurent n'est pas le seul ! La brigade de Nort-sur-Erdre a en effet enregistr� hier de nouveaux témoignages qui viennent conforter les d�clarations de ce jeune gar�on de 10 ans. (...) Cette nouvelle a caus�, on s'en doute, un certain �moi dans la commune, mais également dans toute la région.

Le 3 octobre, ce sera au tour d'Ouest-France de rapporter de nouvelles observations � Saint-Etienne-de-Montluc, Vigneux-de-Bretagne et Nantes.

Passent les ovnis et arrive le GEPAN (Groupe d'Etude des Ph�nom�nes A�rospatiaux Non-identifi�s), organisme officiel et partie int�grante du CNES. A leur tour, Jean-Jacques V�lasco et son équipe m�nent l'enquête. Depuis le début, l'omniprèsence des m�dias p�sera de tout son poids, les parents X répondent au t�l�phone et refoulent les équipes de t�l�vision. Qu'importe ! On les filmera "sous le manteau" (mais leur image ne passera pas à l'antenne). Thank you La 5 ! Le "bruit" de Laurent semble bien parti pour faire le tour du pays, si ce n'est de la planète...

Voyage sur l'oc�an m�diatique

Le 7 septembre au matin, la famille X décide spontan�ment de faire part du récit de Laurent à Radio France Loire Oc�an, une radio sérieuse. Et vlan ! Le PAF (Paysage Audiovisuel Fran�ais) se d�cha�ne. Des copies de l'enregistrement circulent vers France Inter et France Info mais aussi RTL, Europe 1, RMC. Les gendarmes, alert�s à leur tour, ont heureusement conserv� l'original qui sera envoy� au GEPAN. Des gendarmes qui se pr�teront d'ailleurs avec beaucoup de bonne volont� aux "reconstitutions" des cha�nes de TV, qui après s'être vues interdire l'acc�s des lieux de l'observation, iront gaillardement tourner ailleurs leur reportage. Le gendarme et les extraterrestres... on n'allait pas louper �� !

Dans son �mission "L'Assiette anglaise", Antenne 2 situera l'observation le 10 au lieu du 7. Pas mal, mais on pouvait sans conteste faire mieux. Radio Fun (r�seau FM du groupe Hersant) va s'en charger en situant cette fois-ci le ph�nom�ne aux USA. No comment ! C'est du côté de la presse �crite qu'il faut, une fois n'est pas coutume, aller chercher un peu de mod�ration. Les articles des 2 quotidiens régionaux Presse-Oc�an et Ouest-France rendent généralement bien compte des événements.

Il en est de m�me pour la d�p�che AFP du 10 qui a servi de base à la plupart des journaux. Au total, plus d'une cinquantaine d'hebdomadaires et quotidiens se feront l'�cho du "miracle"...

En qu�te de points et de traits

Au premier plan : les bouleaux à la hauteur desquels Laurent situe la lumière s1Renaud Marhic
Au premier plan : les bouleaux à la hauteur desquels Laurent situe la lumière s1Renaud Marhic

Toutes les pages de la revue que vous tenez en main ne suffiraient pas pour prèsenter le volumineux rapport d'enquête produit par le GEPSI et l'AESV et qui fera l'objet d'une prochaine diffusion n1Il n'est pas inutile de préciser que cet article ne constitue �videmment pas une enquête, ni m�me un r�sum� d'enquête. Il ne s'agit que d'un survol général prèsentant certains éléments du dossier qui sera intégralement publié dans le bulletin n� 3 du C. U. B. : GEPSI, 89 rue de Siam, 29 200 Brest. T�l.: 98.80.41.98.

Après l'interview du témoin et la reconstitution sur le terrain, après s'être enfin procur� une copie du "bruit" venu d'ailleurs, il nous est permis d'avancer quelques éléments des plus int�ressants. Selon la formule consacr�e, nous vous laisserons seuls juges de leur �loquence.

Ca a l'air vraisemblable devaient d�clarer les gendarmes, et nous, mauvaises langues comme pas un, d'ajouter que leurs coll�gues de Cergy-Pontoise port�rent (pour certains) peu de chose près le m�me jugement sur le récit d'un enl�v� que personne n'a oubli�. On ne leur en voudra pas. Il est bien connu que l'on n'enquête pas sur un ph�nom�ne a�rien non identifi� comme sur un vol à la tire. Toute orn�e qu'elle soit d'une belle soucoupe "t�le et boulons", la page ovni du m�mento du gendarme ne suffit pas.

A notre humble avis, l'analyse du témoignage de Laurent ne trompes pas : certes, il n'est pas question ici de vaisseau spatial, mais d'ovni et le témoin souligne son attachement au sens propre du terme, allant jusqu'� reprendre ceux qui lui parlent de soucoupe volante. Certes, il ne conna�t Spielberg que de nom et envisage m�me d'avoir assist� à un ph�nom�ne naturel. Certes encore, nous avons affaire à un charmant petit gar�on dont la bonne foi peut troubler. Mais...

La maison d'où Laurent effectua son enregistrement s2Renaud Marhic
La maison d'où Laurent effectua son enregistrement s2Renaud Marhic

Mais reprenons les faits. Laurent vient d'entendre son "bip-bip", celui-ci s'est arrêt� et au cas où �a reviendrait il ouvre sa fenêtre et pose sa radiocassette (�quip�e d'un micro int�gr�, NDLR) sur le rebord. Le "bib-bip" revient en effet, la touche enregistrement est enclench�e et quand une lumière filtre au travers des volets, Laurent les ouvre, contemple son ovni, puis grimpe sur ledit rebord. Il est à cet instant agenouill� à une vingtaine de mêtres d'un ph�nom�ne lumineux de grande ampleur vers lequel il oriente son appareil pour mieux saisir le son. Au bout de 4 à 5 mn, le tout va disparaêtre, laissant pour seule trace de son passage un curieux enregistrement.

Et bien non, Laurent ! Pas à nous. à qui tu veux, et ils sont nombreux ceux qui n'h�siteront pas à crier au signe venu tout droit de quelque part dans l'ailleurs — ce dont tu as toi-même sur te garder — mais nous, on ne peut franchement pas te suivre.

Parce que vois-tu, ton "bip-bip" ne dure que 20 s et tu t'en �tonnais toi-même lors de notre rencontre : Je dis toujours que �a a dur� 4 à 5 mn mais je sais pas exactement et puis c'est marrant parce que le bruit ne s'arrête jamais, pourtant moi je dis 4 à 5 mn et pourtant le bruit a dur� 40 s sur mon truc (faux : 20 s, NDLR) et j'ai enregistr� le temps que c'était. Tu nous dis aujourd'hui avoir cess� d'enregistrer quand tu as estimé avoir assez de bruit. Nonobstant la contradiction avec tes premiers propos, ceci expliquerait que ta cassette ne comporte pas de blanc entre la fin du bruit et la chanson de Vanessa Paradis au milieu de laquelle tu l'as emprisonn�. Mais comment as-tu fait alors pour accomplir les gestes que tu nous as décrits en 20 s ? Il faut du temps pour ouvrir les volets, comprendre ce qui se passe, grimper sur la fenêtre, orienter le magnéto...

Tu n'as jamais parlé de l'empressement nécessaire à cela et, le cas �ch�ant, pourquoi les bruits que tu n'aurais pas manqu� de produire ne figurent-ils pas sur la cassette ? n2La reconstitution "grandeur nature" de l'observation a montré qu'avec un très forte source sonore placée à 10 m, l'appareil du témoin enregistre nettement le bruit de l'ouverture des volets et la plupart des bruits provoqu�s par les déplacements à proximité. De plus, l'intensit� sonore varie une fois les volets ouverts. Le souffle, très près sur notre enregistrement témoin, est également modifi� à cet instant. Toutes choses absentes sur la cassette de Laurent.

Peut-être parce que le "bruit" a une tout autre origine. On entend des trucs pareils sur les ondes courtes t'es-tu empress� de nous préciser lors de notre enquête n3Cette propension à anticiper les questions g�nantes est caractéristique du discours de Laurent. Devant les enquêteurs, il s'interroge sur la courte durée de son enregistrement et sur l'absence de bruits extérieurs. Il situe le ph�nom�ne devant un poirier de 8 m de haut et précise aussit�t qu'il lui a sembl� entendre un cassement de branche au d�part de l'ovni, celui-ci devant logiquement heurter l'arbre. Enfin, il souligne sa connaissance des ondes courtes.

Exact Laurent, et bien jou� ! Mais le fait que tu aies toi-même indiqu� la piste à suivre ne nous a pas fait perdre notre chemin.

Soumis à l'oreille attentive des professionnels des ondes, le "bip-bip" s'est transform� en signal morse : apparemment un morceau d'une �mission continue de la lettre "A" (point-trait). Bien que nous ayons pu établir qu'il existe des diffusions de lettres uniques sur ondes courtes de ce "A". En contrepartie, nous avons eu plus de chance avec la "moulinette à caviar", �mission radar au son caractéristique de rotor d'hélicoptère (voir encadr�). Ce m�me son qui accompagne les points-traits en question, marquant ainsi l'enregistrement de Laurent du sceau ind�l�bile de la diffusion hertzienne n4L'effet de "fading" très net (variation apériodique de l'intensit� d'un signal sonore) le laissait d�j� envisager. Point-trait à la ligne.

Conclure ? Pourquoi faire ?

La moulinette à caviar ou E.T. en Transylvanie

Indépendamment de nos propres observations, nous avons fait appel à divers organismes spécialis�s dans la radio-�mission et réception.

Il est ressorti de ces entretiens qu'il existe bien une infinit� de transmissions en morse en provenance du monde entier, susceptibles d'être capt�es sur un simple récepteur �quip� des ondes courtes. Il arrive fr�quemment que 2 ou plusieurs signaux se chevauchent ou se superposent.

Quand au bruit de fond prèsent sur l'enregistrement (le "rotor d'hélicoptère"), il correspond apparemment bien � l'�mission d'un radar sovi�tique installé en Transylvanie (région centrale de la Roumanie) qualifié de "trans-horizon" et plus c�l�bre chez les radioamateurs sous le nom de "moulinette à caviar" en raison de sa provenance et de sa capacité à "hacher" les conversations. Gr�ce au ph�nom�ne des harmoniques, ce radar est audible sur plusieurs fr�quences. Il nous a été facile de l'enregistrer alors qu'il se superposait à divers autres signaux.

Les analyses effectuées par un laboratoire du CNRS à la demande de l'AESV ont montré une similitude frappante entre les sonagrammes (véritables cartes d'identit� des bruits) de l'enregistrement effectué par Laurent et celui de la "moulinette à caviar" effectué par nos soins.

R. M.

L'habitude veut qu'après avoir prèsent� les faits, il faille conclure et prendre position. Je ferai mine de me soumettre à la règle pour mieux y échapper. à n'en pas douter, la bruyante apparition de Nort-sur-Erdre ne changera pas la vision du monde. Ceux qui chercheront l� une preuve d'"autre chose" en seront pour leurs frais. à d�faut d'E.T., ce cas constitue un bon cours de radiodiffusion et c'est toujours �a de pris.

Et l'ovni dans tout cela, dirons certains. L'ovni ? Envolé, disparu dans le sbrumes d'un témoignage douteux et d'une preuve bidon.

Canular alors ? Peut-être est-ce l� un terme impropre, mais si c'est le cas, sachons en respecter les motivations. Le sommeil des enfants est peupl� de choses bizarres et d'animaux qui parlent.

Le 6 septembre à 7 h du matin, Laurent avait entendu un bruit semblable à celui du vent et avait observ� une lumière, tels les rayons du Soleil, qui filtrait par une porte vitr�e. Je ne sais pas pourquoi �a m'a fait peur (...), j'en ai parlé à maman et à papa, mais ils m'ont pas cru.

On est sensible à 10 ans et puis cela fait tellement mal quand on ne vous croit pas... Si mal que pour être cru, on peut aller jusqu'� tricher un peu. à moins bien sûr que quelques extraterrestres farceurs soient descendus sur Terre pour s'amuser aux d�pens d'un petit gar�on plein d'imagination, tout comme le faisaient leurs cousins farfadets.

Le sommeil des enfants est peupl� de choses bizarres et d'animaux qui parlent...

n5Remerciements : T�l�diffusion de France, Radio France International, R�seau des Emetteurs Fran�ais, Club Radioamateur Brestois, Comit� Amiti� Radio, Action généralis�e d'Intervention Radio, Radio Conquet (PTT), Services des Radiobalises de Brest, EPSHOM - section navigation, Service Hydrographique et Oc�anographique de la Marine Nationale, Services Techniques des Phares et Balises, A�rodrome et bureau de piste - Nantes, Centre de contrôle en Route de Brest et Aix-en-Provence, Service Technique de la Navigation Aérienne, le personnel des phares de Belle-�le, �le-de-Groix et �le d'Yeu. CROSS-CORSEN, CROSS ETEL, Presse-Oc�an, l'Eclaireur, la 4�me R�gion Aérienne, G�rard Marti - Radio France Loire Oc�an, M. J.-J. V�lasco, sans oublier M. Teston et les membres du laboratoire de phon�tique du CNRS - Aix-en-Provence.