Le matin du 1973-11-03, un banquier mexicain, son épouse et leur fils en bas âge, accompagné de Rosa, une nourrice, se reposent à la station thermale de Cocoyoc, dans l'état de Morelos (Mexique). Ils décident de rentrer à Mexico en milieu d'après-midi, afin d'éviter les embouteillages.

Observation

1ère photographie
L'objet photographié à Cocoyoc (Mexique)

Vers 16:45, ce bel après-midi, sur la route entre Cocoyoc et Caxtepec, sa femme remarque un objet étrange approcher rapidement de l'est, qu'elle prend d'abord pour un hélicoptère. Puis, la distance avec l'objet se réduisant, elle s'apperçoit que l'objet a une forme ronde, qui n'est pas être celle d'un hélicoptère, ni d'un avion, ou même d'un ballon de compétition. Elle fait alors remarquer sa présence à son mari et à la nourrice.

Le banquier décide alors d'arrêter la voiture sur le bord de la route pour voir ce qui se passe :

J'ai arrêté la voiture, je suis sorti et ai vu un objet vraiment étrange. Il avait une forme de poire, le sommet vers le bas. Autour étaient accrochés 5 tentacules ou quelque chose comme çà...

L'objet s'est arrêté à quelques 100 m de hauteur, bien que je ne me considère pas très bon pour le calcul de distances...

J'ai eu l'impression qu'il nous observait...

Avec tout çà, ma femme et la nourrice étaient déjà sorties de la voiture et le voyaient tout comme moi.

Nous étions émus et, en même temps, craintifs. C'était une espèce de mélange de curiosité et de peur. Je crois que cette situation a fait que ma femme me demande que l'on parte. Mais je ne l'écoutais pratiquement pas. Je lui ai demandé mon appareil photo et elle m'a crié qu'il était à l'arrière de la camionnette et que nous partions de là.

Je suis alors allé chercher l'appareil et ai fait une 1ère photo. J'ai changé l'objectif pour le remplacer par un telefoto (un téléobjectif). Et j'ai ainsi pu plus le photographier par 2 fois.

Je dois faire remarquer qu'on aurait dit que ces tentacules lui servaient comme d'un moyen de locomotion dans les airs. Comme s'il nageait. Il les projetait dans le sens opposé à sa marche.

En nous éloignant nous avons vu un 2nd objet, tout à fait identique au 1er. Il volait au ras des cîmes des arbres et a un peu disparu au milieu de la végétation.

Nous avons ensuite vu à nouveau le 1er objet — que j'avais photographié — et remarquèrent qu'il se disposait à atterrir. Derrière le nôtre il y avait 2 petites filles de la campagne qui regardaient aussi l'objet. Une d'elles est sortie en courant en direction de l'appareil, qui était à ce moment-là à quelques 250 ou 300 m de ma voiture et posé à côté d'un arbre. Bien qu'il y ait eu des broussailles entre l'ovni et nous, la vérité est que nous pouvions le voir à la perfection. Je suis encore resté quelques secondes — par s'il sortait "quelqu'un" — mais nous avons fini par rentrer dans la voiture et partir au plus vite. Nous étions très effrayés !

L'objet "en déplacement" vers la gauche
L'objet "en déplacement" vers la gauche

Les témoignages de l'épouse du photographe comme de la bonne d'enfant coïncident avec ce récit. Tous indiquent avoir eu l'impression qu'ils (les) observait, une "sensation" plus intense au moment où l'ovni s'était arrêté à peu plus de 100 m au-dessus d'eux.

En sortant mon appareil — a ajouté le mari — j'ai eu une autre idée : peut-être le prenaient-ils pour une arme ?

Bien que le couple de Cocoyoc ne soit pas fanatique d'ouvrages sur les ovnis, ils parleront de l'objet comme s'il était manié intelligemment. Pour sa part, Rosa, donne un récit plus simple et spontané :

C'était une boule avec des piques sur les côtés. Monsieur nous demandait où était l'appareil photo Madame criait pour que nous rentrions dans la voiture et nous en allions.

Selon toutes les estimations et il est important de souligner que le photographe avait le soleil à ses dos l'objet avait une couleur vert foncé mat, comme celui des unités militaires. En dépit de l'interprétation de "réacteurs" des 5 "tentacules" ou prolongations qui l'entouraient, à aucun moment les témoins ne virent de fumée, flammes ou gaz. Simplement, l'ovni se déplaçait dans le sens contraire de celui où étaient déployés ces "tentacules".

3ème photographie
L'objet photographié à Cocoyoc (Mexique)

En atterrissant, ces "extrémités" ont agi comme des pieds ou trains d'atterrissage. Sa taille sera estimée à 12 m de haut et 8 m pour le diamètre le plus large de la "poire". Cependant aucune photo ne fut faite de l'objet atterri.

Selon tous les calculs, le temps total d'observation a été de 8 mn environ.

Le lendemain, à Mexico, le banquier termine la pellicule avec des photos de famille classiques puis l'apporte à développer au drugstore de la ville le plus proche. Les tirages sont prêts le soir-même et la famille, qui en discute en les regardant, finit par les ranger dans un tiroir et les oublier. Le banquier expliquera plus tard que les ovnis n'étaient pas quelque chose qui l'intéressaient.

Enquête

Début 1977, un ami de la famille qui a vu les photographies informe Fernando J. Téllez, représentant du MUFON au Mexique, de l'existence de ces clichés. Téllez prend contact avec les témoins qui acceptent de lui remettre la pellicule comprenant les négatifs à fin d'analyse. Celle-ci est confiée à Roberto Padilla, directeur des Services Spéciaux de la société Kodak au Mexique, qui en fait une analyse. Il commence par une amplification des négatifs, puis s'intéresse au grain des clichés, pour finir avec d'autres essais. Son rapport, communiqué à Téllez, est le suivant :

Les négatifs sont authentiques. L'appareil utilisé pour prendre les photos a été un Minolta SRT 101. La première photographie a été prise avec un objectif de 50 mm (normal) et les nombres 2 et 3, avec un telefoto (téléobjectif) de 135 mm, avec film Kodacolor 80 ASA-20 DIN.

  1. L'obturateur de l'appareil est mal ajusté et projette une légère ombre sur le négatif, qui apparaît dans toutes les photographies de la pellicule, y compris les 3 de l'ovni, ce qui indique qu'il a été pris en une seule séquence et avec le même appareil.
  2. Il apparaît sur les photos 2 et 3 un nuage qui sert de référence pour voir la trajectoire de descente de l'objet.
  3. Le négatif n° 14, une des photos de l'ovni, a une série de petites bulles, pour les nommer ainsi, mais qui sont dues à l'usure, cet accident n'a pas été considéré pour déterminer si la photo est ou non véridique.
  4. Le plus caractéristique des photos est qu'une personne prend des photos de sa famille dans une station thermale ; suivent 3 photos d'un objet étrange et continuent les photos familiales. Si j'avais voulu falsifier des photos il aurait pris plusieurs rouleaux de pellicule et n'aurait montré que les meilleures. Non seulement les 3 s'y trouvent entre les photos familiales, ce qui est illogique.

En résumé la séquence de la pellicule est logique ; le défaut d'obturation est continu ; le fait que les photos 2 et 3 soient plus claires est dû au fait qu'en changeant la lentille (objectif) par un telefoto on a ouvert un pas plus de diaphragme pour laisser entrer davantage de lumière.

Ma conclusion est : ces négatifs sont authentiques. Ils n'ont pas été touchés.

Les photographies sont vraies et honnêtes. S'il s'agissait d'un trucage je l'aurai rendu meilleur sans tant de limitations. Je lui donne 98 % de possibilités qu'elles soient véridiques.

Téllez informe le siège du MUFON ainsi que l'APRO, qui la relate APRO Bulletin, vol. 25, n° 11, mai 1977. Il souligne que le témoin et le photographe n'a pas souhaité apparaître jamais avec son nom et noms de famille, ni non plus a demandé de l'argent pour les négatifs ou les copies. Toujours selon Téllez, cette homme de conduite irréprochable aurait vu sa vie changée sensiblement par cet événement.

L'ufologue argentin Guillermo Carlos Roncoroni, directeur du SIU à Buenos Aires et éditeur de la revue UFOPress vérifie encore l'authenticité de l'affaire.

Interprétation hors contexte

L'interprétation de Kelly, où l'art de juger un cas d'ovni d'après sur la seule base d'une photo
L'interprétation de Kelly, où l'art de juger un cas d'ovni d'après sur la seule base d'une photo

G. M. Kelly, qui s'intéresse à l'occultisme et accessoirement aux ovnis, tombe sur un agrandissement de l'objet publié dans The UFO Encyclopedia de Margaret Sachs. Kelly J'ai a passé beaucoup d'heures devant des réservoirs au zoo de Pittsburgh a expérimenter la communication entre les êtres humains et les dauphins, et l'image lui fait tout de suite penser à celle d'un dauphin vu de quasi-face. Il va même jusqu'à diagnostiquer un dauphin femelle, et s'étonne qu'une telle photo soit restée non-identifiée depuis si longtemps Kelly, G. M.: "UFOs - The Truth is Not 'Out There'", Castle of the Silver Star.

Kelly nous apprend surtout qu'un ovni dans le ciel, extrait de son contexte, peut ressembler à un dauphin dans l'eau, et vice cersa. Il nous confirme en outre que l'analyse intuitive d'une photo se fait toujours par reconnaissance, par comparaison avec ce que l'on connaît. Enfin, il montre que l'on peut toujours voir ce que l'on veut voir, extraterrestre ou non.

Interprétation d'interprétation

Tentative de corrélation l'objet de Cocoyoc et l'interprétation de Blumrich de la vision d'Ezechiel, en oubliant les tailles estimée et la forme de poire
Tentative de corrélation l'objet de Cocoyoc et l'interprétation de Blumrich du récit d'Ezechiel

Plus tard, certains feront un rapprochement entre la forme et les "tentacules" de l'objet et l'interprétation faite par l'ingénieur Josef F. Blumrich Blumrich, Josef F.: "The spaceships of the Prophet Ezekiel", 1974 (à partir du livre de Erik VonDäniken) de la vision d'Ezechiel. Cependant, outre le fait qu'il s'agisse de comparer une photo encore non-identifiée avec une interprétation libre parmi d'autres, les dimensions ne concordent pas vraiment (18 m de diamètre dans l'idée de Blumrich au lieu de 8 m estimés par le témoin de Cocoyoc).

Etranges ballons

A la vue des images, l'hypothèse d'un ballon est celle qui vient en 1er à l'esprit. Mais quel type de ballon possèderait de tels appendices ? Ce pourrait être le cas pour un ballon farceur, avec ses dispositifs porteurs de chandelles. Cela pourrait expliquer la présence d'un autre objet identique, disparaissant dans les arbres, et rester cohérent avec l'absence de bruit ou de quelconques traînées d'échappement.

Mais cette hypothèse n'est pas non plus sans soulever des difficultés. En premier lieu, les mouvements décrits de l'objet. On ne sait s'ils étaient rapides, et compatibles avec un ballon poussé par des bourrasques en hauteur. Ensuite faudrait-il expliquer ce que faisaient de tels ballons en plein jour, alors qu'ils sont habituellement lancés de nuit pour être vus éclairés, et qu'ils ne sont pas censés se maintenir en vol plus qu'une poignée d'heures. Or ce n'est pas moins de 5 jours plus tôt, le 28 octobre, que les festivités locales de Saint Judas Tadeo, lors desquelles sont lancées de tels ballons, se tenaient.

Une explication pourrait cependant être avancée, appuyée par un fait crucial : la présence des 2 fillettes observant l'objet, dont une, visiblement pas du tout effrayée, court vers lui lorsqu'il atterrit. Peut-être ces enfants jouaient-elles, de jour, avec les ballons récupérés du 28 octobre. Mais est-il possible que la famille de banquiers de Mexico n'ait pas reconnu les artefacts d'une tradition de leur pays ? Enfin la taille estimée par les témoins est supérieure à celle habituelle de ces ballons.

Benitez, J.: "1973 : El ovni 'tentacular' mexicano: otro mazazo a nuestros 'esquemas mentales'", Planeta Benitez