Phobos

Sattelite naturel de Mars, Phobos ("FOH bus"), découvert par Asaph Hall le a une masse de 1,08e16 kg.

Phobos est le plus grand (22 km de diamètre : 27 x 21.6 x 18.8) et le plus proche satellite de Mars : à moins de 6000 km de la surface de cette dernière (9378 km du centre de la planète), il est le satellite le plus proche et aussi l'un des plus petits sur l'ensemble des planètes.

Dans la mythologie grecque, Phobos est l'un des fils de Ares (Mars) et d'Aphrodite (Vénus). "Phobos" est le mot grec pour "peur" (la racine de "phobie").

Il est photographié la 1ère fois en par Mariner 9, puis par Viking 1 en , et la sonde Phobos en .

Phobos orbite autour de Mars selon un rayon inférieur à l'orbite synchrone. Il se lève donc à l'Ouest, se déplace très rapidement dans le ciel et se couche à l'Est, généralement 2 fois par jour. Il est si proche de la surface qu'il ne peut être vu au-dessus de l'horizon depuis tous les points à la surface de Mars. Cette orbite inférieure à l'altitude synchrone implique que les forces de marée abaissent son orbite. A raison de 1,8 m par siècle actuellement, il s'écrasera sur la planète ou se désagregera plutot en anneau d'ici 50 millions d'années (un processus en fait inverse à celui qui a augmenté l'orbite de notre Lune).

Comme Deimos, Phobos est constellé de cratères, et peut-être composé de roche riche en carbone comme les astéroides de type C. Mais sa densité est si faible qu'il ne peut s'agir de roche pure, mais plutôt d'un mélange de roche et de glace.

La caractéristique la plus visible de Phobos est le grand cratère Stickney (le nom de jeune fille de la femme de Hall) dont l'impact a du, comme pour Mimas et son cratère Herschel à une plus petite échelle, briser Phobos. Les cannelures et stries à la surface ont probablement aussi été causées par l'impact de Stickney.

On pense que Phobos et Deimos sont des astéroïdes capturés par Mars. Ils pourraient provenir de l'extérieur du système solaire plutôt que de la ceinture d'asteroïdes. Leur "capture" aurait alors été possible à l'époque où Mars possédait une atmosphère plus épaisse, il y a bien longtemps.

Phobos comme Deimos pourrait constituer un jour des "stations spatiales" fort utiles, pour l'étude de Mars et comme étape à l'aller et au retour de Mars, en particulier si la présence de glace est confirmée.

Villa

Phobos sera l'objet de suspicions dès 1953, lors que les visiteurs extraterrestres de Paul Villa lui annonceront que le satellite est en fait artificiel et creux.

Missions Phobos 1 et 2

Photographie au t�lescope d'Adamski, le 5 Mars 1951
Une des images de Phobos 2

Le Phobos 1 est lancé par une fusée soviétique Proton-K, puis Phobos 2 le . Le on s'apperçoit d'un problème quant une communication attendue de Phobos 1 n'intervient pas. Le téléchargement du logiciel quelques jours plus tôt à mal orienté les panneaux solaires et déchargé les batteries.

Phobos 2 détecte une émission de gaz faible mais régulière. Cependant, on pert le contact avant la phase finale de sa mission, et avan t d'avoir pu déterminer la nature de ce matériau ; le meilleur pronostic est de l'eau. Phobos 2 a cependant pu retourner quelques images, mais la dernière sera à 188 km de distance. Le , alors que la sonde est à 50 m (160 pieds), on perd le contact pour toujours. Les rapports de l'équipe Phobos 2 qui suivront, comme dans le numéro de Nature du , indiquent que le vaisseau était en rotation en raison d'une défaillance informatique ou d'un "événement d'impact" par un objet inconnu.

Un ovni ?

Dessin d'Adamski en 1952
La supposée dernière image de Phobos 2, prise le Don Ecker, UFO Magazine Volume 7 n°1, 1992

En , la colonel et docteur Marina Popovich - ancienne pilote d'essai réputée parfois qualifiée de "Chuck Yeager russe" en raison de ses 17 records du monde d'aviation — faisant régulièrement des voyages aux USA pour partager son point de vue sur les ovnis, déclare que l'incident a été discuté à la conférence de Malte entre Mikhail Gorbatchev et George Herbert Walker Bush. En , elle aurait reçu de son ami Alexei A. Leonov — le 1er homme à marcher dans l'espace et haut responsable du programme spatial soviétique — la dernière photo infrarouge de Phobos 2, montrant un objet allongé et qui, selon l'échelle, mesurerait 25 km (15, 5 miles).

Le , Don Ecker est interviewé à ce sujet avec Keith Thompson dans l'émission Larry King Live.

En , Popovich présente la photo à une conférence sur les ovnis aux USA, déclarant l'avoir fait sortir cq>stinement d'URSS.

Personne ne peut précisément dire de quoi il s'agit, indique James A. Harder. Cela peut être un artefact de la caméra de Phobos 2, ou un satellite jusqu'ici inconnu, ou un d'ovni.

MGS

Les images de Mars Global Surveyor (MGS) indiquent que Phobos est recouvert d'une couche de fine poussière épaisse d'environ 1 m, semblable au regolithe de notre Lune.

Le , la Mars Orbiter Camera (MOC) de MGS capture l'ombre de Phobos sur Mars, qui sera également interprétée par certains comme l'ombre potentielle d'un vaisseau extraterrestre.

"Monolithe"

Le "monolithe" de Phobos, extrait d'une photo prise par MGS (MOC Image 55103) en . Il est situé près de 15°N, 14°O, à quelques km à l'Est du cratère Stickney
Le 'monolithe' de Phobos

Le à Washington, Buzz Aldrin, invité pour le 40ème anniversaire de la mission Apollo 11, parle d'un monolithe intéressant sur Phobos, mais souligne son origine naturelle :

Nous devrions tout faire pour aller là où l'Homme n'est jamais allé. Survoler les comètes, visiter les astéroïdes, visiter la lune de Mars. Il y a un monolithe ; il y une structure très inhabituelle sur ce... petit objet en forme de patate qui fait le tour de Mars en . Quand les gens vont découvrir ça, ils vont dire Qui a mis ça là ? Qui a mis ça là ? Eh bien... l'Univers l'a mis là. Si vous voulez, Dieu l'a mis là. Peut-être que nous devrions aller voir ? "Buzz Aldrin on the 40th Anniversary of Apollo 11", C-Span, 2009-07-19, 53:30

Par la suite cette citation sera reprise sans préciser l'origine naturelle du "monolithe" (en fait un gros rocher de 30 à 50 m de diamètre et 90 m de haut, comme il y en sur Terre, probablement le reste d'un impact d'astéroïde sur Phobos Lunartic: "Debunking the Phobos Monolith", Youtube, 2018-04-04, parfois accompagnée de photos d'autres protubérances semblables mais non situées sur Phobos (sur Mars par ex).

Références :