William T. Coleman

William T. Coleman.

Observation (1955)

En 1955, Coleman et son �quipage de 4 personnes sont en route depuis l'A�roport International de Miami vers la base USAF de Greenville (Missouri) dans un vieux B-25. L'�quipage remarque un disque argent� brillant dans le Soleil : Nous volions � 10000 pieds lorsque nous rep�r�rent une cible quelque part entre 20000 et 25000 pieds. Elle �tait � environ 7 miles devant nous sur notre droite, et nous la d�passions. Apr�s une tenative de contact radio sold�e par un �chec, Coleman le prend en chasse : Elle commen�a � descendre avec le risque de croiser notre trajectoire de vol, et je d�cidais d'y regarder de plus pr�s. J'augmentai donc la puissance et commen�ai � me rapprocher un peu plus vite et en descente. Nous continu�rent � nous rapprocher et tr�s rapidement nous �tions � 1 mile de l'objet, volant au-dessus � des arbres � 345 miles/h. Il se rapproche par l'arri�re, jusqu'� 1/8�me de mile de l'objet, virant pour �viter une collision, puis se repositionne pour s'apercevoir que l'ovni a disparu. Il faisait environ 60 pieds de diam�tre et 10 ou 11 pieds d'�paisseur au centre, dit-il. Il avait ce qui pouvait ressembler � une finition de type titanium (gris argent�). J'ai tir� le manche et fait un virage serr� qui le mit hors de vue pour 4 bonnes secondes. Coleman remonte � 2000 pieds, et voit alors l'ovni filer le long d'une zone rurale, projetant une ombre ronde � environ 100 pieds au-dessus de champs labour�s. Je zoomed up jusqu'� 1500 pieds. "Il est l�" dis-je. Il �tait � environ 2 miles en face de nous volant au-dessus d'un champ et laissant une tra�n�e poussi�reuse derri�re lui. J'�valuai sa vitesse � environ 170 miles/h. Il tombe derri�re lui, virant de bord pour ent�mer une manoeuvre de contournement, et lorsqu'il revire pour lui couper le chemin, le disque est parti. Tout ce que vous pouviez voir �tait ces 2 colonnes de poussi�re qui montraient d'o� il �tait parti juste depuis le milieu du champ se rappelle-t-il. Il n'y avait rien en vue.

Entre 45 et 50 minutes plus tard, lorsque le bombardier ent�me sa descente vers Greenville, l'ovni r�apparait. Il �tait comme le premier que nous avions vu, � environ 2 h en haut, traversant notre trajectoire de vol. Cette fois, Coleman d�cide de ne pas jouer. Le jour suivant, Coleman collecte les 5 rapports des t�moins visuels, dont le sien, et les exp�die au Projet Blue Book. Coleman aura jou� au chat et � la souris avec cet objet durant 11 mn au-dessus de la Floride du Nord et du Sud de l'Alabama.

Apr�s une autre plong�e, l'�quipage perd l'objet de vue.

Blue Book (1962-1964)

En 1961, on propose que Coleman int�gre l'�quipe de Blue Book, en tant charg� des relations publiques du projet. Coleman se souvient de cette proposition du Secr�taire de l'USAF de l'�poque, le g�n�ral Eugene Zukert. Coleman se souvient :

Avant d'accepter le boulot, je savais que je devais lui expliquer ma propre observation. Apr�s que je lui ait racont� l'histoire, il dit : "Bien, vous �tes exactement l'homme pour ce travail. Vous �tes rest� objectif, et c'est ce que nous voulons pour ce programme — dire la v�rit�."

Il profite de l'occasion pour demander au directeur du projet, Robert J. Friend, le rapport qu'il avait envoy� en 1955, sans succ�s. Je pensai que c'�tait plut�t un bon cas, parce qu'il y avait 5 rapports de t�moins visuels cr�dibles recoupant le m�me �v�nement d�clare-t-il. Il attribue cela au traitement bureaucratique du projet. En 1964, Coleman quitte le projet.

A propos de Blue Book, Coleman raconte :

Au cours des presque 21 ans de son existence, le projet � examin� plus de 12800 rapports d'observation. Tous furent expliqu� sauf 728 cas. Parmi ceux-l�, l'Air Force restait avec 130 cas qui �taient relativement pr�occupants et non r�solus.

C'est-�-dire, que ces cas contenaient deux caract�ristiques vitales qui les pla�aient en marge de tous les autres.

Tout d'abord, ils faisaient preuve de hauts facteurs de cr�dibilit�, comme la pr�sence plusieurs t�moins hautement qualifi�s. Ensuite, ils �taient qualifi� de ce que nous appelions "haute �tranget�". Cela signifie que les t�moins avaient observ� quelque chose qu'ils n'avaient jamais vu auparavant m�me s'ils avaient une grande exp�rience de l'observation des ph�nom�nes a�riens.

Qu'est-ce que je crois ?

La possibilit� d'une vie intelligence manipulatrice dans notre univers est tr�s probable, peut-�tre m�me dans notre propre galaxie de la Voie Lact�e. Parmi les 10 classes d'�toiles qui existent, trois pourraient fournir le type de chaleur stable et les environs qui pourraient soutenir des plan�tes comme la n�tre.

Avons-nous �t�s visit�s par des �tres extraterrestres ?

Au cours du projet Blue Book, nous n'avons trouv� aucun �l�ment qui permettrait de conclure � la preuve que oui. Cela ne signifie pas que nous n'ayons pas eu de telles visites. Cela signifie seulement que nous n'en avons pas trouv� de preuve.

Tout visiteur extraterrestre induirait - et lui ou sa propre race - divers probl�mes majeurs. En dehors de ceux li�s aux questions g�opolitiques, th�ologiques et autres, la plus importante serait peut-�tre d'ordre biologique.

Cela veut dire l'introduction possible de bat�ries et virus inconnus dans notre population et pour lesquels nous n'avons aucune d�fense naturelle. De plus, un extraterrestre pourrait tr�s bien �tre confront� � un tel probl�me s'il ou elle �tait infect�(e) par des germes provenant de la Terre.

(...)

Nommes-nous seuls ? Je pense que non. J'ai toujours trouv� excitant le passage des Ecritures Saintes de la Bible "Tu n'es pas la seule brebis dans mon troupeau."
a [Florida Today, 24 Octobre 1999].

Porte-parole de l'USAF (1971-1974)

A partir de 1971, Coleman travaille du Bureau des Affaires Publiques du Pentagone.

Le film de Holloman (1973)

En 1973, Bob Emenegger et Alan Sandler, lanc�s dans la r�alisation d'une s�rie de documentaires financ�s par le DoD sur les relations de l'arm�e et des ovnis, rencontrent au Pentagone Coleman et d'autres responsables, pour faire valider l'exactitude technique de leur script.

Par la suite, Coleman d�clarera que le film en question ne concernait pas les ovnis :

Il n'y avait l� rien que je puisse consid�rer extraordinaire. Tout ce que je sais est que nous n'aurions pas diffus� le film parce qu'il y avait des lentilles sp�ciales sur les cam�ras concern�es, et que nous ne voulions pas que nos capacit�s technologiques se trouvent dans le domaine publicb [Interview� par Billy Cox dans Florida Today, Network joins search for 'truth' ].

Production de films

Project UFO (1978-1979)

A partir de F�vrier 1978 Coleman produit la s�rie Project UFO qui passe sur NBC. En Juin, lors de la promotion de sa nouvelle �mission t�l�vis�e sur le Merv Griffin show, Coleman raconte son observation. La s�rie Project UFO est diffus�e durant 2 saisons, jusqu'en Juillet 1979.

Coleman habite � Indian Harbour Beach.