Dès Bosson s'occupe avec Serge Leuba à Neuchâtel de la section suisse de l'AESV. Par la suite il étudie la photographie à Vevey (Suisse), déportant la publication de Ovni-Présence là-bas. Par la suite Bosson émigre à Marseille, mais la boîte postale d'Ovni-Présence reste encore plusieurs années à Vevey.

A partir de , Perry Petrakis voit OVNI-Présence s'éloigner peu à peu de sa façon de voir : il commence à publier une circulaire interne à l'AESV, intitulée En direct. Faite de simples photocopies agrafées mais fréquente et collant à l'actualité ufologique, c'est l'opposé d'Ovni-Présence tel que le voit Bosson, un produit très bien fini mais finissant par ne paraître qu'une fois l'an, et se diversifiant vers d'autres sujets ésotériques ou sociologiques.

Alors qu'en , la séparation des 2 équipes s'achève (Renaud Marhic et Petrakis partent se consacrer exclusivement à Phénomèna), Bosson continue à écrire sur les ovnis Bosson, Y.: "Prémanon ou l'innocence : enquête sur un cas au-dessus de tout soupçon", OVNI, vers une anthropologie d'un mythe contemporain, collectif, Heimdal, Paris 1993, pp. 123-146 et faire vivre Ovni-Présence jusqu'en . Cette année-là, Ovni-présence est remplacé par Anomalies, au titre reflétant plus son contenu (ovnis mais aussi sujets autres comme cryptozoologie, etc.), et qui va vivre jusqu'en .

Par la suite Bosson se focalise sur l'iconographie ufologique et de science-fiction en général, au travers de l'Agence Martienne et de publications Bosson, Y. & Abdelouahab, Farid: Dictionnaire visuel des mondes Extra-Terrestres, Flammarion, 29 septembre 2010.