A. S. A. (1945-1976)

Home

L'U.S. Army a soutenu ses forces de combat avec un renseignement des signaux depuis la 1ère guerre mondiale. La 1ère organisation permanente pour faire cela est établie en 1930 sous la forme du Signal Intelligence Service. Durant la 2nde guerre mondiale, ce SIS (renommé Signal Security Service en 1943 et plus tard Signal Security Agency - SSA) exploitait les communications de l'Allemagne comme du Japon, raccourcissant la guerre et sauvant de nombreux milliers de vies américaines.

La SSA est réorganisée en Army Security Agency (ASA) à Arlington Hall Station, en Virginie, le 15 septembre 1945. Opérant sous le commandement du Directeur du Renseignement Militaire, la nouvelle agence had a sweeping charter. Elle exerce les fonctions contrôle à travers une structure de commandement verticale. L'ASA établit une chaîne mondiale de sites fixes - "les stations de terrain" - tout en maintenant des grands sièges dans les théâtres de l'extrême orient et de l'Europe.

En 1949, l'ensemble des 3 services cryptologiques militaires sont centralisés sous la nouvelle AFSA, le précurseur de la NSA d'aujourd'hui. L'ASA transferre la plupart des membres de son grand siège civil à l'AFSA lors de ce processus.

En 1955, l'ASA prend la charge du renseignement électronique (ELINT) et des fonction de guerre électronique auparavant menées par le Corps des Signaux. Sa mission n'étant plus exclusivement identifiée avec le renseignement et la sécurité, l'ASA est retirée du contrôle du G-2 et resubordonnée au Chef d'Etat-Major de l'Armée comme agence opérant sur le terrain.

De 1963 à 1966, Todd Zechel partie de l'ASA.

En 1975, le Chef d'Etat-Major de l'Armée accepte les recommandations de l'Etude sur l'Organisation et le Stationnement du Renseignement et accepte une réorganisation globale du Renseignement de l'Armée. La décision est prise de créer des organisations de renseignement multidisciplinaires au sein de l'Armée aussi bien aux niveaux tactiques que départmentaux. En conséquence, l'ASA est de fait démantelée. Ses unités tactiques sont resubordinées au commandant local, ses responsabilités fonctionnelles pour la formation et la recherche et développement reorientées vers les autres commandements principaux de l'armée (MACOMs), et son Q.G. et ses sites fixes utilisés comme noyau d'un nouveau MACOM de renseignement et de sécurité. Le 1er janvier 1977, le Q.G. de l'U.S. Army Security Agency est redésigné Q.G. de l'U.S. Army Intelligence and Security Command.

Home