La SOciété BElge d'Etude des Phénomènes Spatiaux est une association belge de recherche sur les ovnis fondée le jeudi 20 mai 1971 par Lucien Clerebaut et quelques amis (Patrick Ferryn, Jean-Luc Vertongen notamment). Le siège est alors basé dans un bâtiment au fond du jardin de Clerebaut, à Bruxelles.

La SOBEPS s'est entourée d'un certain nombre de conseillers scientifiques qui collaborent activement au développement et au contrôle de ses activités. Feront notamment partie de la SOBEPS :

Peu après sa création la SOBEPS enquête (publie un dossier photo) sur l'affaire de Barra da Tijuca.

<

Vague Belge

Sur le parking du GB d'Eupen (Belgique), le dimanche 3 décembre 1989, ce qui reste de l'équipe des enquêteurs de la SOBEPS au début de la vague. De gauche à droite : MM. M. Vander Elst, enquêteur ; C. Verhoeven, assistant de laboratoire ; Boitte, Vertongen, Bougard, Clerebaut. A l'avant plan : Mme C. P., abductée en France au début des années 1970s Boitte, F.
Sur le parking du GB d'Eupen, le dimanche 3 décembre 1989, ce qui reste de l'équipe des enquêteurs de la SOBEPS au début de la vague. De gauche à droite : MM. M. Vander Elst, enquêteur ; C. Verhoeven, assistant de laboratoire ; Franck Boitte, J.-L. Vertongen, Michel Bougard, Lucien Clerebaut. A l'avant plan : Mme C. P., abductée en France au début des années 1970s

La SOBEPS a réalisé un impressionnant travail d'enquête concernant ce qu'on appelle la "vague belge" d'observations d'ovnis. Ce travail des ufologues belges couvre 4 années d'observations, entre septembre et fin 1993, avec une pointe de 143 observations pour la seule journée du mercredi 29 novembre 1989. En septembre 1990, elle fait faire une analyse informatique de la photo de Petit Rechain par le professeur Marc Acheroy, de l'Ecole royale militaire de Bruxelles. Celle-ci concluera à la matérialité de l'objet.

Outre sa revue Inforespace, la SOBEPS a notamment publié :

Le lundi 11 juin 2007, l'assemblée générale des membres effectifs de la SOBEPS décide, à l'unanimité, de dissoudre l'association. Subsite cependant un comité informel, le COBEPS.