La nuit du dimanche , près de sa maison de Brighton Township (comté de Beaver, Pennsylvanie), James Lucci 17 ans, fils d'un photographe professionnel pour la Garde Nationale Aérienne fait des photographies A l'aide d'un appareil Yashika 635 avec un film Altipan 120 (ASA 100). L'ouverture est fixée f3.5, la mise au point à l'infini, et l'exposition est de 6 s de la Lune avec un long temps de pose. Il est rejoint par son frère aîné John 20 ans. L'appareil photo est installé sur un trépied dans l'allée qui mene au garage, l'objectif pointé vers le sommet d'une colline derrière la maison. Le ciel est légèrement brumeux ce soir-là, et James voulait prendre des photos inhabituelles de la Lune, luisant à travers le rideau de brume.

Observation

1ère photo de Lucci. Des étoiles sont visibles, indiquant que la brume était mince. Sous la soucoupe, ce que les Lucci décriront comme une brume visible lors de l'observation.
La photo de Lucci

Vers , alors que James commence une autre longue exposition, un objet rond et épais, plus brillant que la Lune, approche des arbres sur la gauche. Réalisant que son appareil photo doit l'avoir saisi, James ferme l'obturateur et rembobine rapidement le film pour un autre cliché, l'ovni en mouvement lent n'étant alors qu'à 0.25 mile environ de distance. Avant qu'il puisse obtenir un 3ème cliché, l'étrange appareil monte rapide hors de vue. Son ascension rapide est alors également vue à travers la route par un 3ème témoin, Michael Grove, depuis chez lui.

2ème photographie
La photo de Lucci

Tout d'abord, les Lucci ne parlent pas de l'événement, de peur du ridicule. Au bout de 2 jours, cependant, des amis les persuadent de montrer les clichés au Times du comté de Beaver.

Les Luccis estiment le diamètre du disque entre 40 et 50 pieds environ Edwards, F.: 1966, qui avait l'air plus grand qu'un avion Piper Cub.

Une observation semblable aura lieu le .

Enquête

Times

Les 3 photographes du journal surimposent les négatifs et font d'autres tests, montrant que l'ovni s'est lentement rapproché, de gauche à droite, comme décrit par les témoins. Après une évaluation complète, ils qualifient les photos d'authentique. Ce sera par la suite confirmé par Ralph Rankow, conseiller en photographie du NICAP.

NICAP

Après la parution de l'histoire dans le Times, William B. Weitzel, président du sous-comité de Pittsburgh du NICAP, obtient rapidement les négatifs pour analyse. Aidé par l'équipe du Times, Weitzel et le membre du sous-comité Rober Brown passent 5 jours à recouper les déclarations des témoins, les photos et des cartes aériennes et de contour, et répertorier les éléments techniques de photographie. Les rédacteurs du Times leur déclarent :

Autant que l'on puisse en dire, et selon notre jugement considéré, les négatifs ne sont pas le résultat d'un faux photographique ou physique... par plus que l'image de l'ovni dessus n'est le résultat d'un quelconque accident photographique comme des reflets... reflets d'objectif... des bulles de développement et choses semblables... et l'image solide apparaît être le résultat de la photographie d'un objet ayant sa propre luminosité, positionné dans la champ de vision de l'appareil photographique.

Le NICAP proclame donc les photographies examinées par 3 photographes professionnels authentiques, au sens où le négatif n'a pas été manipulé. Des spéculations sont faites sur le mode de propulsion que semble suggérer le double échappement en-dessous de la soucoupe "New UFO Photos Prove Genuine", The UFO Investigator, août-septembre 1965 (vol. 11), n° 4, p. 1.

Par la suite, l'USAF admet à la presse qu'un ovni a été signalé près de Pittsburgh, à peu près au même moment. Cependant, les détails ne sont pas fournis et on ne sait si ce signalement eut lieu avant ou après l'observation de 23:30.

En , le magazine True publie un article sur l'affaire "Beaver County Negatives Hold Up Under Scrutiny" in "A Collection of Miscellaneous Articles", The TRUE Report On Flying Saucers, 1967.

Klass

Klass à Beaver en , tentant de reproduire la photographie de Lucci
Philip Klass à Beaver en 1967, tentant de reproduire la photographie de Lucci

Cette même année, Philip Julian Klass se rend à Beaver pour tenter de reproduire la photographie de Lucci comme étant celle d'une main tenant une assiette.

Condon

En , William K. Hartmann mène mène une enquête pour le projet Colorado Hartmann, W. K.: "Case 53: Illuminated Model Fabrication" in "Photographic Case Studies", Scientific Study of Unidentified Flying Objects, 1968. Il conclut lui aussi à l'absence d'éléments probants d'un phénomène extraordinaire, reproduisant également des photographies similaires à l'aide d'un plat tenu à bout de bras, dans des conditions particulières d'éclairage et de temps d'exposition.

En , un autre article est publié sur l'affaire, le présentant cette fois-ci présenté comme un canular probable "Capturing UFOs on Film", TRUE Flying Saucers et UFO Quarterly p. 8, Vol 1., Printemps 1976.

30 ans plus tard, la revue Phénomèna Phénomèna n° 41 présente cette photo comme étant une supercherie avec la même explication.

Aveux

En , Mark Cashman retrouve John Lucci, qui après quelque hésitation lui admet Cashman, Mark: "The End of a Photographic Case", IUR, hiver 1998 < "The Beaver PA UFO Photo", Temporal Doorway que la photo était un canular monté avec son frère et 1 autre ami. Les garçons n'avaient à l'origine que l'intention de berner un de leurs amis, mais les choses leur échappèrent lorsque ce dernier apporta la photo au journal. Lucci indiquera quelle charge désagréable fut pour eux toute cette affaire, dont ils n'avaient pas soupçonné l'emballement Sheaffer, R. : "Aliens follow their leader - UFO claims", Skeptical Inquirer, septembre-octobre 1999.