Dès 1977 Bosson s'occupe avec Serge Leuba à Neuchâtel de la section suisse de l'AESV. Par la suite il étudie la photographie à Vevey (Suisse), déportant la publication de Ovni-Présence là-bas. Par la suite Bosson émigre à Marseille, mais la boîte postale d'Ovni-Présence reste encore plusieurs années à Vevey.

A partir de 1989, Perry Petrakis voit OVNI-Présence s'éloigner peu à peu de sa façon de voir : il commence à publier une circulaire interne à l'AESV, intitulée En direct. Faite de simples photocopies agrafées mais fréquente et collant à l'actualité ufologique, c'est l'opposé d'Ovni-Présence tel que le voit Bosson, un produit très bien fini, mais finissant par ne paraître qu'une fois l'an, et se diversifiant vers d'autres sujets ésotériques ou sociologiques.

Alors qu'en 1992, la séparation des 2 équipes s'achève (Renaud Marhic et Petrakis partent se consacrer exclusivement à Phénomèna), Bosson continue à écrire sur les ovnis Bosson, Y.: "Prémanon ou l'innocence : enquête sur un cas au-dessus de tout soupçon", OVNI, vers une anthropologie d'un mythe contemporain, collectif, Heimdal, Paris 1993, pp. 123-146 et faire vivre Ovni-Présence jusqu'en 1995. Cette année-là, Ovni-présence est remplacé par Anomalies, au titre reflétant plus son contenu (ovnis, mais aussi sujets autres comme cryptozoologie, etc.), et qui va vivre jusqu'en 1999.

Par la suite Bosson se focalise sur l'iconographie ufologique et de science-fiction en général, au travers de l'Agence Martienne et de publications Bosson, Y. & Abdelouahab, Farid: Dictionnaire visuel des mondes Extra-Terrestres , Flammarion, 29 septembre 2010.