Barker
Barker

Barker naît le dans le comté de Braxton, près de Rifle (Virginie Occidentale) dans une ferme isolée. Il est le seul de sa famille, très pauvre, à aller à l'université d'état de Glenville, où il découvre la science-fiction. Il obtient son diplôme en puis va enseigner l'anglais au lycée du Maryland, durant 1 an seulement, avant de partir gérer un petit théâtre à Clarksburg. Par la suite il monte une affaire de vente de matériel audiovisuel mais, après une faillite, se lance dans la distribution de films.

IFSB

En , Barker lit dans Other Worlds l'annonce de la création de l'IFSB de Albert K. Bender, qu'il contacte. Bender l'accueille à bras ouverts, et en fait son correspondant en Virginie Occidentale.

A l'automne , il entend parler de l'affaire du "monstre" de Flatwoods, non loin de là où il vit. Il s'intéresse à l'énigme, et propose un article sur l'affaire à Fate Barker, G. R.: "The Monster and the Saucer", Fate, 1953-01. Il part alors enquêter et, à partir de ce moment, ne pourra se défaire du virus de l'ufologie.

En , Barker publie son 1er article dans Space Review, la revue de l'IFSB. Barker raconte avoir reçu la visite d'une personne s'étant présentée comme agent du FBI enquêtant sur la mort d'un habitant de Floride, ayant succombé à d'une crise d'épilepsie. Il lui tend une carte de visite de Barker de l'IFSB, précisant l'avoir trouvée dans les affaires du défunt. Barker averti Bender de cette visite. Le 9 Septembre, Bender répond en s'étonnant de l'intérêt du FBI pour l'IFSB, et lui demande de ne plus rien faire avant d'avoir reçu le numéro d'Octobre de Space Review.

Fanzine

Gray Barker à une conférence de Giant Rock (Californie) en 1954
Gray Barker vers 1956

En , Barker lance un bulletin amateur, The Saucerian. On y trouve les histoires les plus fantastiques de l'ufologie de l'époque, tels que les MIB, des récits de contactés ou les histoires de Shaver.

A partir de , le journal devient The Saucerian Bulletin. Barker sort un livre Barker, G. R.: They knew too much about flying saucers (University Books Inc. 1956), traduit Ils en savaient trop sur les soucoupes volantes (Presses du Châtelet 2002), mettant l'accent sur les MIB, et qui remporte un succès certain. A partir de la fin de l'année, il est invité dans les émissions de radio nocturnes de WOR sur l'occulte et les paranormal, animées par Long John Nebel.

Gray Barker vers 1956

A partir de , surfant sur le succès de son livre, il dans le Flying Saucer Magazine de Ray Palmer une rubrique intitulée A la chasser aux soucoupes volantes.

En il rédige avec James Moseley, une fausse lettre, signée R. E. Straith, encourageant George Adamski au nom d'un Comité des Echanges Culturels que les adeptes d'Adamski ne trouveront jamais.

En notamment, il interviewe le témoin Peter Killian. Cette année-là, voit le dernier numéro du magazine, Barker revendant son journal à Moseley, qui l'intègre à son fanzine Saucer News.

Canular

Le film de Lost Creek

Début , il imagine avec son complice Moseley un autre canular fournissant un film de soucoupe volante. Le , ils attachent une fausse soucoupe en céramique de John Sheets (un des chercheurs de Barker) à une canne à pèche située à l'avant d'une voiture. Alors que Moseley conduit, Barker filme. Par la suite, Moseley montre le film dit de la soucoupe de Lost Creek à des conférences ufologiques, prétendant que Sheets a innocemment filmé cet atterrissage. Parallèlement, Barker en vend des copies via sa société d'envoi de vente de films par correspondance. Dans "Whispers from Space," le film est montré alors que Moseley parle de ses origines.

Maison d'édition

Barker devient alors éditeur et crée la maison Saucerian Press. Le premier livre qu'il publie est celui de Howard Menger. Le ton est donné, mais Barker en fait un argument commercial : Nous sommes les seuls à publier ce genre de livres, dit-il. Suivront la publication de récits sur l'homme-phalène. Les affaires marchent plutôt bien, et en Barker rachète Saucer News à Moseley, qu'il va publier jusqu'en 1972. Par la suite il publie un autre bulletin grand format, la Gray Barker's News letter. Au début des années 1980s, la maison d'édition devient New Age Press.

Grand fumeur, Barker meurt le d'une pneumonie au terme d'une affection pulmonaire chronique dans un hôpital de Charleston (Virginie Occidentale).

Auteur de :

Références :