Le General Accounting Office est le Bureau Général d'Audit.

Le paraît un article du Washington Post annonçant l'intention du Parlementaire Steven Schiff de demander au GAO de faire la lumière sur ce sujet controversé. Ayant été précédemment impliqué dans de nombreuses demandes liées au FOIA et de demandes du Parlement à propos d'appareil inhabituel et d'ovnis, le Directeur, l'Ommision de Programmes Spéciaux et de Sécurité, le Bureau du Secrétaire de l'Air Force (Secretary of the Air Force, ou SAF/AAZ) considéra que l'Air Force devait contribuer à tout effort du GAO conçernant cette question.

Le , le GAO avertit officiellement au Secrétaire à la Défense William J. Perry qu'il entame un audit sur les méthodes et procédures utilisées par le DoD pour acquérir, classifier, conserver, et se débarrasser de documents gouvernementaux officiels en rapport avec des incidents de ballon, d'appareil et de crashes similaires (Annexe 2). Cet avertissement est par la suite communiqué à l'Inspection Générale du Département de la Défense, qui en avertit à son tour les Secrétaires des Services et autres parties concernées par l'audit dans un mémo daté du (Annexe 3). Cette note indique que le GAO est soucieux de répondre à la requête du Représentant Steven Schiff et de dissiper tout doute quant à l'irresponsabilité du GAO. Ce sont les premiers documents officiels du Gouvernement des Etats-Unis indiquant que l'objectif du GAO est d'examiner les incidents de crashes impliquant des ballons météorologiques et des appareils inconnus, tels que des ovnis ou des appareils étrangers, ainsi que (2) les faits impliquant le crash rapporté d'un ovni en 1949 (sic, 1947) à Roswell, Nouveau Mexique ... (et d'une) supposée dissimulation du DoD.

Une réunion préliminaire des parties potentiellement concernées est tenue dans les quartiers de l'Inspection Générale du DoD le . On apprend lors de cette réunion que, lorsque l'audit prendra part à l'examen des fichiers de nombre d'entités du DoD (voire même d'autres Branches Exécutives), la plus grande part de l'effort se concentrera sur les enregistrements et systèmes de l'Air Force.

On apprend lors du processus de briefing avec le GAO que cet audit est, en fait, né de la requête spécifique de Steven Schiff, député du Nouveau Mexique. Auparavant, le Député Schiff écrivit au Bureau de Liaison Législatif du DoD pour obtenir des informations sur l'Incident de Roswell et fut informé qu'il s'agissait d'une partie de l'ancien "projet Blue Book" sur les ovnis qui fut précédemment réattribué au NARA par l'Air Force. Le Député Schiff apprit alors du NARA que, bien qu'ils possédaient en effet les documents "Blue Book", "l'Incident de Roswell" ne faisait pas partie de ce rapport. Le Député Schiff, sentant apparemment une volonté "d'obstruction" de la part du DoD, émis alors la requête quant à l'audit sus-mentionné.

Le code 701034 fut officiellement attribué par le GAO à cet audit, qui fut intitulé Procédures de Gestion des Enregistrements Concernant Les Ballons Météorologiques, Appareils Inconnus, et Incidents de Crashes Similaires. Il était clair, malgré l'aspect plutôt large de ce titre, que le véritable objectif était de tenter localiser des enregistrements et/ou des informations concernant "l'Incident de Roswell." Cet incident, décrit plus loin dans de plus grands détails, est généralement associé à la déclaration stipulant qu'en , l'USAAF récupéra une soucoupe volante et/ou ses occupants extraterrestres s'étant supposément écrasés près de Roswell, au Nouveau Mexique. Lorsque l'USAAF devient en fin de compte l'USAF en , l'USAF hérita de l'équipement, du personnel, des enregistrements, méhodes et procédures de l'AAF. Dans ce cas particulier, l'Air Force hérita également de l'allégation selon laquelle elle aurait couvert l'Incident de Roswell et continuera d'en hériter durant les 47 années suivantes.

Au sein de l'USAF, le Bureau de l'Assistant Administratif du Secrétaire de l'Air Force (SAF/AA) est responsable à la fois des procédures de gestion de l'information (SAF/AAI) et des politiques de sécurité et de surveillance (SAF/AAZ). En raison de cette organisation, le SAF/AA fut l'entité logique pour assister le GAO dans son audit et le SAF/AAZ fut officiellement nommé comme Point Central de Contact pour cette entreprise (annexe 4). L'Assistant Administratif, M. Robert J. McCormick, rédigea alors une liste des tâches dans une note datée du (annexe 5), adressée à un certain nombre de bureaux de l'Air Staff et de Secrétariat susceptibles de posséder des enregistrements en rapport avec un tel incident, si celui-ci avait réellement eut lieu. La cible de cette recherche d'enregistrements fut limitée aux enregistrements et systèmes de l'Air Force étant donné que :

  1. L'USAF ne dispose d'aucune autorité pouvant obliger d'autres agences à examiner leurs enregistrements;
  2. L'Air Force n'aurait aucun moyen de vérifier la complétude de leurs efforts; et que
  3. l'effort global était la tâche et la responsabilité du GAO -- non de l'Air Force

C'est dans ce contexte que les efforts de recherche et d'assistance suivants furent menés, soutenus par le GAO. Un rapport doit être considéré comme la réponse officielle finale à cette question :

INSPECTOR GENERAL
Département de la Défense
400 Army Navy Drive
Arlington, Virginie 22202-2884

4 mai 1995

Nr. Richard Davis
Directeur, Analyses de Sécurité Nationale
General Accounting Office
U.S. 441 G Street N.W.
Pièce 5025
Washington, D.C. 20548

Cher M. Davis:

Le rapport de du Département l'Air Force constitue la réponse du DoD aux questions posées dans votre lettre du 12 avril relative au Code GAO 701034.

Pour toutes questions, veuillez contacter mon officier d'activité, Pattie Cirino. Dans le cas où elle ne serait pas disponible, veuillez contacter Melle Merlene L. Scales.

/s/ Rathryn M. Truex
Deputy Assistant Inspector General
for GAO Report Analysis

En , de toute évidence, le film de "la créature de Roswell" arrive à 2 ans du 50ème anniversaire du crash et le GAO, organisme d'enquête du Congrès Américain, consacre une investigation spéciale aux événements de . Le de la même année, projeté pour la première fois, le film attire des journalistes de nombreux pays, venus découvrir "l'extraterrestre de Roswell". Cette projection est organisée par Ray Santilli, un producteur anglais travaillant pour la société Merlin Group. En temps normal, il se consacre à la conception de cassettes vidéo musicales. Selon lui, le film provient d'un caméraman militaire américain, rencontré lors d'un voyage aux Etats-Unis en , du nom de Jack Barnett. Le seul élément dont le public dispose est un curriculum vitae succint : Barnett aurait été un caméraman militaire en action lors de la première explosion atomique américaine, à Trinity (Nouveau-Mexique), le . Il aurait été convoqué par le général Clements McMullen à Roswell, mi-1947, alors qu'il se trouvait à Saint Louis (Missouri) en train de filmer pour l'USAF les essais d'un prototype d'hélicoptère de Mac Donnell, le "Little Henry". Ensuite, il aurait quitté l'armée et aurait filmé la première grande apparition sur scène d'Elvis Presley au milieu des années 1950s. Aujourd'hui, à plus de 80 ans, il coulerait une retraite paisible quelque part aux Etats-Unis.

Le rapport du GAO Les annexes du rapport par le Projet 1947