Je reconnais, M. le président, qu'une opinion, quelle que soit la perspicacité ou l'expérience sur laquelle elle est basée, ne constitue pas pour autant une preuve catégorique Hynek, Josef Allen: Déclaration à la 33ème session de l'Assemblée Générale de l'ONU, sous les couleurs de La Grenade, 27 novembre 1978

La compétence (la formation, les responsabilités, la profession) d'un témoin ou d'un enquêteur est parfois avancée pour accréditer (ou plus rarement réfuter) la thèse qu'il défend. Cet argument n'est cependant pas pertinent en soi, puisqu'aucune compétence n'est infaillible ni générale.

On remarquera qu'il est utilisé lorsque le fond des autres arguments ne porte pas ses fruits. (il masque le propos en lui-même), et qu'elle peut tout aussi bien être utilisée dans un sens négatif que positif.

Exemples d'arguments d'autorité
  • Profession/expérience infaillible : Je suis instituteur depuis 25 ans, je sais reconnaître quelqu'un qui ment, Mon ex-mari a été enquêteur du GEPAN, donc je sais de quoi je parle
  • Expérience généralisée : J'ai 50 ans, je sais reconnaître une étoile
  • le rapport du COMETA, composé d'anciens membres de l'IHEDN
  • C'est tel auteur (ou site web comme RR0 par exemple) qui le dit ; il s'y connait, donc c'est vrai
  • Vous n'êtes pas allé sur le terrain, donc vous avez tort (on peut aller sur le terrain et avoir tort)
  • Infallibilité de perception : J'ai dîné avec lui, je peux vous dire que c'est quelqu'un de sérieux
  • Profession : L'analyse par le professeur Michel Bounias des traces du cas de Nort-sur-Erdre, concluant à des anomalies alors que le cas se révèle être un canular
  • Un cas est sérieux parce qu'il a fait l'objet d'une enquête par des gendarmes

La première erreur consiste à considérer que quelqu'un de compétent est quelqu'un qui ne se trompe jamais. La compétence ne serait pas qu'un moyen (un ensemble de connaissances et d'expérience permettant de se forger un avis) mais une fin (un avis toujours bon) garantissant une autorité. Or on sait que des gens bardés de diplômes se sont déjà trompés Des docteurs pensent encore que le soleil tourne autour de la terre par exemple "Galileo Was Wrong: The Church Was Right".

Quelqu'un disposant d'une compétence particulière dispose évidemment d'un avantage sur celui qui ne l'a pas. Ses connaissances et ses réflexes méthodologiques comme analytiques, acquis dans son domaine d'expertise, lui permettent de construire rapidement des arguments fondés sur un corpus qu'il connait mieux qu'un néophyte.

Mais une fois élaborés, les arguments d'un expert et d'un néophyte doivent être évalués en tant que tels, et non pas en fonction de la personne, l'expérience ou la connaissance qui les a produits.

Ainsi, et même si l'on peut augurer d'une probabilité en faveur du premier, un spécialiste peut se tromper comme un néophyte. Plusieurs spécialistes aux niveaux de compétence comparables peuvent avoir des avis différents. Nul n'est infaillible.

On ne doit donc pas évaluer un argument sur son origine, mais son contenu.

Exemples d'erreurs (ou mensonges) avérés d'autorité
  • Gerald Anderson, microbiologiste
  • Un docteur auteur du canular de Willamette Pass
  • Monguzzi, ingénieur de la société Edison, auteur de photos truquées
  • Carl Gustav Jung, déclarant que les photos de Monguzzi sont authentiques Il finira toutefois par reconnaître son incompétence en la matière et déclarera par la suite se cantonner à son stricte domaine de compétence en psychologie et psychiatrie
  • L'analyse de Peter Stankiewicz, ancien analyste photo de l'USAF, gérant du plus grand laboratoire photographique de Las Vegas, qui s'est révélé incapable de déceler un fil soutenant une lampe sur la photo de Jack LeMonde
  • Les experts de la FAB, incapables de déceler les incohérences de lumières évidentes des photos de Barra da Tijuca
  • Photos prises aux alentours de Spokane (Washington) en 2003 par le juge Ed, qui n'étaient qu'un avion pris sur un long temps de pose
  • La trajectoire du phénomène du 5 novembre 1990 initialement indiquée par le SEPRA
  • A propos du film d'autopsie de Roswell, le docteur Patrick Braun, chirurgien international à Paris, interrogé dans le bloc opératoire de la clinique Pereire de Levallois-Perret, Hauts-de-Seine, se dit convaincu que l'autopsie a été faite sur un corps véritable et non sur un mannequin.
  • Des "experts en photographie" décrêtant n'avoir décelé aucun trucage ni méprise dans la photo de Jack Le Monde

La compétence offre un fondement accréditant telle ou telle capacité physique ou intellectuelle. Il arrive cependant que l'on "fasse son marché" parmi ces capacités dans le but de faire ressortir tel ou tel aspect d'une analyse, voire telle ou telle conclusion.

Par exemple certains avanceront l'expertise et la responsabilité dans le milieu du renseignement de Jesse A. Marcel, témoin de 1ère main de l'incident de Roswell, tandis que d'autres invoqueront celles tout aussi grandes (officier de renseignement également, témoin sur les lieux également, etc.) de Sheridan Wear Cavitt. Leurs témoignages se contredisant, les partisans de l'un ou de l'autre présenteront leurs compétences comme, alternativement, conférant une capacité à mentir et à manipuler ou, au contraire, comme provenant de quelqu'un de très informé et au fait des méprises possibles.

Ainsi l'argument d'autorité consistera, paradoxalement, à prêter une qualité ou un défaut à quelqu'un en fonction, non pas de sa compétence, mais de sa position et de celle de son opposant (ou sympathisant).

Connaisseur : spécialiste qui sait tout à propos d'une chose et rien à propos de tout le reste Ambrose Bierce, Dictionnaire du Diable

Mais l'argument d'autorité ne se limite pas toujours à interpréter la compétence du témoin. Il arrive aussi qu'on l'avance indépendamment de celle-ci, la compétence n'étant plus spécialisée mais généralisée à tout domaine d'expertise.

On présentera par exemple un microbiologiste ou un juge comme quelqu'un de "sérieux" et crédible dans l'absolu, c'est-à-dire indépendamment du domaine de compétence en cause. De cette manière, un astronome pourra être présenté comme pouvant avoir un avis autorisé sur les dérives psychologiques d'un témoin, etc. En vérité un biologiste sera tout aussi désarmé qu'un témoin lamba face à une observation étrange un soir d'été, et le plus réputé des psychiatres ne sera apte à analyser une photo d'ovni.

On notera enfin que, puisque le principe est faux, son application opposée l'est aussi : on ne peux réfuter un argument sur la seule base d'une absence de compétence, quelle qu'elle soit.

Karl R. Popper rappelera que le rationalisme se doit de (se) refuser tout argument d'autorité car fondé autant sur sa raison que sur la raison des autres, quelle que soit son autorité supposée et difficile, finalement, à évaluer.