Les nuages lenticulaires ou en forme de lentille (lenticularis) sont un type de nuage d'ondes orographiques distingué par une symmétrie et un aspect lissé souvent frappants. Ils se forment en raison d'ondes de gravité stationnaires dans le flux d'air lorsque de l'air humide est forcé de remonter par-dessus un obstacle dans des conditions de stabilité statique (i.e., circulation verticale minimale). La forme classique est un altocumulus lenticularis stationnaire.

Des lenticulaires bien développés sont généralement vus lorsque des vents forts sont détournés par de hautes collines ou des chaînes de montagnes (raison pour laquelle ils sont aussi connus sous le nom d'orographiques, ou nuages formés par montagnes), et l'amplitude des ondes dans de tels cas peut atteindre des dizaines de milliers de pieds. Les nuages se forment en altitude dans l'air humide en ascension aux pics des ondes, souvent au-dessus du niveau de gel de sorte qu'ils sont parfois composés au moins en partie de particules de glace. Ces nuages de montagne sont typiquement grands, souvent des miles d'envergure. Avec une amplitude d'onde suffisante ils peuvent apparaître comme des lentilles approximatives ou des formes d'amande, ou comme des piles d'assiettes elliptiques aux surfaces lisses et bords bien définis (figure 33).

Une distinction est faite entre les ondes orographiques capturées verticalement, et les ondes orographiques non capturée ou en propagation verticale. Les ondes de gravité ne peuvent exister que dans un air statiquement stable. La capture intervient quand une couche stable à la barrière de crête est prise entre des masses d'air instables incapables de soutenir les ondes de gravité. Ce sont ces ondes capturées dont la signature, lorsque l'amplitude est élevée, est propice au nuage lenticulaire (voir figure 33). Elles sont aussi caractérisées par un petit cisaillement de vent directionnel vertical (i.e. un petit changement dans la direction du vent avec hauteur) et nécessitent un escarpement abrupt sur le versant lee de la barrière, le profil windward étant relativement peu important http://www.caem.wmo.int/_pdf/turbulence/OrographicTurbulence.pdf. Les ondes non capturées, d'un autre côté, interviennent lorsque l'atmosphère est stable sur une profondeur considérable et que les ondes sont libres de se propager en hauteur. Elles interviennent généralement en présence d'un cisaillement de vent marqué en altitude et peuvent être set off par des crêtes de montagnes plus larges. Le nuage signature de ces waves est généralement une forme de cirrus de haute altitude moins compact appelé cirrus orographique.

Fig.33 - Structure générale d'une lee wave de montagne trapped et ses nuages signature
Figure 33 - Structure générale d'une lee wave de montagne trapped et ses nuages signature Windsaloft

Des vents forts approchant Beaufort force 7 (coup de vent modéré) dans la couche stable sont généralement considérés être le minimum nécéssaire pour que des nuages d'ondes orographiques capturées matures se forment. Un chiffre d'au moins 20 noeuds est largement cité. Une source du Bureau Météo britannique donne 20 noeuds et 300 m (1000 pieds) de hauteur de barrière verticale comme les conditions minimum pour des ondes capturées ibid. Une photographie satellite frappante en ref.113 montre une feuille de stratus ridée par une turbulence orographique s'étendant sur des centaines de km dans the lee sur toutes sauf une des îles Sandwich du Sud, une chaîne d'îles volcaniques montagneuses dans l'Atlantique sud. Les hauteurs de montagnes ici responsables sont entre 1800 et 3600 pieds. Aucun effet n'est détectable depuis l'île plus basse de Leskov (625 pieds, 190 m).. Une étude en Nouvelle Zélande a indiqué que des vents en excès de 20 à 25 noeuds devaient souffler à < 30 ° vers la ligne de la barrière orographique, et a trouvé des longueurs d'onde de 4 à 20 km avec une moyenne de 15 km Alistair Reid: "Mountain Waves & Clouds: Investigating the occurrence of cloud-producing mountain waves".. Des études similaires dans la Sierra Nevada (Californie), ont trouvé des longueurs d'ondes dans l'intervalle de 4 - 32 km, avec une moyenne de 10 à 15 km Vanda Grubisic & Brian J. Billings: Climatology of the Sierra Nevada Mountain Wave Events, Desert Research Institute, Reno, Nevada, manuscript révisé soumis à la Monthly Weather Review le 5 avril 2007. Le glossaire de la Société Météorologique Américaine donne aussi 5 à 35 km comme l'intervalle de longueurs d'onde pour des ondes orographiques capturées dans la troposphère basse (1 à 5 km d'altitude) http://amsglossary.allenpress.com/glossary/search?.

Le niveau de Condensation Soulevée, H, est la hauteur à laquelle une parcelle d'air d'une humidité constante et contenu de chaleur donnés deviendra saturée en raison du refroidissement d'expansion adiabatique lorsque mécaniquement soulevée. La formule Petterssen, S.: Introduction to Meteorology, McGraw-Hill, 1958, p. 83. est :

0,83 °C = T - Td


100 m H

où T et Td sont respectivement la température et le point de rosée. Ou approximativement :

H(m) = 120 (T - Td)

ce qui pour les mesures de surface de Guernesey faites à and (annexe C, tableau 2) donne H = 720 m (~2400 pieds) et 960 m (3150 pieds). Ainsi en gros on pourrait s'attendre à ce que tout nuage orographique uplift se condense autour de 3000 pieds à l'heure d'observation, environ le double de l'altitude visuellement estimée indépendamment par 2 pilotes, mais une correspondance d'ordre-de-magnitude est probablement suffisamment bonne étant donné qu'il s'agit d'une règle générale et que la véritable humidité au niveau de la mer est incertaine.

Fig.34 Lenticularis in the lee of Ben Wyvis, Scottish Highlands, December 2007 (M. Shough)
Figure 34 - Lenticularis dans the lee of Ben Wyvis, Scottish Highlands, décembre 2007 M. Shough

Des lenticularis inhabituels furent un des premiers candidats pour nos PANs. Dans le cas présent il n'y a pas de barrière montagneuse élevée — à peine même 1/3 des 300 m minimum cités — ou de vent fort. Cependant l'île de Guernesey constitue bien une barrière modeste (d'environ 100 m, 330 pieds au point le plus élevé au sud) à une brise SSO au niveau de la mer, et les positions triangulées des PANs (voir figure 7) tombent bien dans le lee de l'île. Le météorologue de Jersey Frank LeBlancq a mis en avant Email à Tim Lillington et Martin Shough de Frank LeBlancq 27 juillet 2007 que la présence d'une inversion de température (voir section 5) indique une couche d'air statiquement stable air — une précondition connue — et spéculé que des nuages lenticulaires pourraient se former en stratocumulus même à basse altitude. D'un autre côté nous avons aussi cherché l'opinion de Robin Hogan, un physicien des nuages à l'Université de Reading. Sur la base des informations fournies dont les mesures de l'ascension du ballon de Brest (figure 34), les images satellite et les observations météo locales, l'avis du Dr Hogan fut qu'un développement lenticulaire était très improbable Emails à Martin Shough de Robin Hogan, 28 août 2007.

La brise de surface mesurée sur Guernesey de était seulement de 6 à 7 noeuds, soit environ ¼ du minima typique mesuré dans les études d'ondes de montagne. La hauteur de barrière n'est pas grande, et le profil de barrière — un versant abrupt du côté du vent s'inclinant très graduellement vers le niveau de la mer du côté sous le vent — est l'opposé exact de la forme optimum. Il y a un doute raisonnable qu'une onde ayant une amplitude de l'ordre de 10 fois la hauteur de barrière (pour atteindre le niveau de condensation) puisse être kicked off dans ces conditions.

Figure 35 - Profil d'ascension de la radiosonde de Brest à 700 mbar, midi, le 23 avril 2007. Voir note 120 & annexe C
Figure 35 - Profil d'ascension de la radiosonde de Brest à 700 mbar, midi, le 23 avril 2007. Voir note 120 & annexe C Propriété du Département de Science Atmosphérique, Collège d'Ingéniérie de l'Université du Wyoming

Mais il nous a semblé relativement plausible que les distributions des variables causales doivent avoir une extrêmité en forme de queue, et que dans les bonnes conditions de stabilité et d'humidité atmosphérique même une falaise modeste et une brise légère pourraient parfois générer un fragment lenticularis de courte durée, peut-être mal développé. Après tout, cela ne pourrait-il pas expliquer pourquoi les nuages étaient si petits (taille angulaire > 1 ° à 12 miles nautiques, soit 22 km, indiquant un diamètre dans la région des ~400 m) comparés aux diamètres de lenticularis typiques, et avec le volume de la parcelle d'air potentiellement soulevée par une île globalement applatie de la taille de Guernesey (63 km2, 24,3 miles2) ? Malheureusement la théorie se révèle pleine de problèmes relatifs à la longueur d'onde, l'amplitude et la définition lenticulaire.

Tout d'abord nous avons trouvé que l'importance particulière de la vitesse du vent est le facteur principal pour déterminer la longueur d'onde de l'onde orographique. Les valeurs sont directement proportionnelles http://www.caem.wmo.int/_pdf/turbulence/OrographicTurbulence.pdf. Pour une stabilité atmosphérique donnée, plus élevée est la vitesse du vent et plus grande est la longueur d'onde. C'est l'amplitude de l'onde qui est principalement régie par la topographie. Les positions triangulées de PAN en figure 7 sont d'à peu près 18 et 36 km de la côte sud de Guernesey. Il est frappant que ces distances puissent être cohérentes avec des lenticularis dans les 2 premiers pics d'une onde de montagne ayant une longueur d'onde d'à peu près 18 km. Mais des mesures par satellite ont montré qu'une longueur d'onde de 15 km équivaut à un vent de 30 m/s Reid, Alistair, op. cit., soit à peu près 60 noeuds, ce qui est une force de tempête violente (Beaufort #11). On pourrait raisonnablement s'attendre à des vents légers, et une barrière orographique basse de seulement quelques centaines de pieds, produise non seulement des ondes de petite amplitude mais, en particulier, des longueurs d'onde à l'extrême inférieur des intervalles répertoriés, i.e., peut-être quelques km. La vitesse du vent mesurée par un anémomètre à la position uplift hypothétique (aéroport de Guernesey, non loin des falaises au sud de l'île) était une brise légère (Beaufort #2), de seulement de 1/10ème de la vitesse produisant typiquement des longueurs d'onde de 15 km dans les études citées. Par conséquent une longueur d'onde de 18 km dans ce cas semble implausible.

En 2nd lieu, la forme très compacte et les bords précisément définis des PANs constituent un problème. La definition lenticulaire, avons-nous appris, est proportionnelle à l'amplitude d'onde. Généralement, pour une vitesse de vent donnée, l'amplitude d'onde est proportionnelle à la taille de la barrière, et donc à première vue il semble que dans ce cas, avec une barrière très modeste, on ne devrait pas s'attendre à une grande amplitude et des nuages en lentilles bien définis.

Une échappatoire possible à cette conclusion se présente d'elle-même lorsque nous trouvons que le degré de stabilité de la couche d'air est aussi un facteur : une couche peu profonde de stabilité exceptionnelle peut produire des ondes d'amplitude plus élevée que ce que peut une couche profonde de de stabilité seulement modérée (c'est, en général, pourquoi des ondes orographiques capturées produisent des lenticularis bien définis contrairement aux ondes non capturées). Donc pouvons-nous postuler un couche capturée extrêmement stable ?

Les éléments météorologiques directs ne permettent pas de conclure L'ascension radiosonde de midi à Brest au sud-ouest de la Bretagne (figure 35 et annexe C) montre une couche instable sous les 500 m environ indiquée par un Theta (température potentielle) décroissant. Ici, l'atmosphère ne pourrait pas soutenir les ondes de gravité sous 500 m environ, et il faisait bien trop sec pour une condensation de nuages sous 1500 m environ (email à Martin Shough du Dr. Robin Hogan, 28 août 2007). Aucune inversion capping n'est indiquée, bien qu'il y ait une couche quasi-isotherme de ~500 à 1200 m. Mais le profil est stable partout au-dessus de 500 m (indiqué par un Indice Lifted hautement positif de 12,67), suggérant que les ondes orographiques au sommet de la couche instable ne seraient pas capturées verticalement et des lenticularis de signature seraient improbables. Le modèle météorologique en section 5 montre une forte inversion près de la côte bretonne nord, avec des conditions hautement stables se dégradant probablement au-dessus de la mer au sud des îles anglo-normandes avec une inversion bien plus faible ici indiquant une stabilité décroissante. Au nord, les ascensions de midi à Camborne comme Herstmonceux montraient une couche de surface instable de seulement 200 m environ de profondeur, mais un Indice Lifted positif inférieur indiquant l'air surplombant toujours sur le côte stable bien que quelque peu moins stable qu'à Brest.. Cependant il arrive que la stabilité de la couche d'onde soit à son tour inversement proportionnelle à la longueur d'onde http://www.caem.wmo.int/_pdf/turbulence/OrographicTurbulence.pdf, et donc qu'une stabilité exceptionnelle dicte une longueur d'onde courte, et ceci est en tension avec l'indice de ce qui apparaît être une longueur d'onde problematiquement grande. La théorie du nuage d'onde ne paraît donc pas être intrinsèquement cohérente.

Un autre facteur est que les ondes orographiques peuvent se propager sur de nombreuses dizaines de km et sont en général associées à une turbulence en aval et des fluctuations de pression préocuppant les pilotes. Des vitesses de courant montants et descendants de centaines de pieds/mn interviennent dans des ondes de montagne bien développées, et des nuages de rotor ou de roulis Les rotors sont des nuages de vortex se formant généralement plus près du sol sous les nuages lenticulaires, souvent à la base d'un empilage (voir figure 31 et dessous) au voisinage de lenticularis sont associés à des turbulences particulièrement dangereuses avec jusqu'à 10 fois ces vitesses. Dans notre toute première interview nous avions demandé au capitaine Bowyer de décrire les conditions du vol, ce qui plaça le Trislander sous le vent de Guernesey en ligne quasi-directe avec la direction hypothétique de la propagation des ondes orographiques. En fait il se trouva que lorsqu'il passait à travers l'altitude apparente de ~2000 pieds des PANs l'appareil était (hypothétiquement) lui-même presque exactement à une longueur d'onde de 18 km sous le vent de la position triangulée du PAN n° 1. Mais les conditions de vol étaient standards, rapporta le capitaine Bowyer ; c'était un jour normal. Rencontra-t-il de quelconques turbulences lors de l'approche, ou dans la descente vers Aurigny ? Pas du tout (voir annexe B).

Le seul indice instrumental que nous avons pu trouver lié aux variations de pression locale fut les observations de surface ordinaires faites par les bureaux météo des aéroports de Guernesey et d'Aurigny. Le sol élevé de Guernesey est à l'extrêmité sud de l'île, et c'est là que les vents sud/sud-ouest générant des nuages d'onde seraient masqués par les falaises côtières. Le résultat attendu serait l'accumulation de hautes pressions à l'extrêmité sud de l'île où l'aéroport de Guernesey est situé. L'onde orographique induirait alors une pression alternativement haute et basse dans the lee de l'île, s'étendant vers Aurigny. Une pression augmentée tendrait à accompagner la compression adiabatique dans les creux, et une pression abaissée pourrait être trouvée sous les pics en raison du soulevement d'expansion adiabatique de l'air surplombant. La longueur d'onde de 18 km indiquée par les positions triangulées des PANs mènerait à un pic d'onde proche de la distance d'Aurigny, où une mesure de pression basse pourrait être attendue.

Les chiffres de pression relevés à Guernesey à 13:50Z, le 23 avril 2007, furent obtenus grâce à l'Officier Météorologique Senior, Tim Lillington Email à Martin Shough de Tim Lillington, 07.08.07 . A l'altitude de l'aéroport (336 pieds MSL) le relevé fut de 1009,1 mbar. La pression ajustée au niveau de la mer (QFF) était de 1021,4 mbs. Avec l'ajustement approprié ceci pourrait être comparé au relevé de pression de surface QNH d'Alderney à 13:50Z répertorié dans le rapport de la CAA (annexe A).

La pression QFF du niveau de la mer à Guernesey, de 1021,4 mbar, est a shade supérieure (+0,4 mbar) que la pression au niveau de la mer QNH à Aurigny. La pression QNH à Aurigny était de 1021 mbar, ce qui est ajusté d'après la lecture au niveau du sol en supposant le International Standard Atmosphere (ISA) pressure lapse rate de 27 pieds/mbar, tandis que la pression QFF à Guernesey (1021,4) est ajustée en utilisant la température mesurée. Donc si le actual pressure lapse rate dépasse l'ISA alors la QNH sous-estimera la pression au niveau de la mer par rapport à la QFF ; à l'inverse, si the lapse rate est inférieur à l'ISA cela la surestimera. Dans ce cas 336/(1021,4 - 1009,1 mbar) = 27,3 pieds/mbar. Donc the true lapse rate ici est très légèrement supérieur à l'ISA et la QNH sous-estimera très légèrement la pression, expliquant probablement la différence très faible de 0,4 mbar entre la QNH et la QFF dans un champ de pression plat contenant Guernesey et Aurigny. Nous pouvons interpréter cela comme signifiant qu'il n'existe aucun indice du gradient de pression entre la haute pression à l'extrêmité sud de Guernesey et la basse pression à Aurigny que l'on s'attendrait à associer à une wave orographique de la longueur d'onde indiquée.

Le capitaine Bowyer nous fit remarquer qu'il avait vu des lenticularis de nombreuses fois lorsqu'il pilota sur de nombreuses routes et insiste sur le fait qu'il n'aurait pas été abusé par un nuage lenticulaire. With the benefit of 12 mn observation both with naked eye et des jumelles 10x il décrivit les 2 objets comme paraissant être très précisément définis, et brillants au point de paraître auto-lumineux. Un 2nd témoin décrivit une lumière blanc-jaune très brillante aussi lumineuse qu'un reflet spéculaire de la lumière du soleil - comme le soleil se réfléchissant sur une vitre. Un autre témoin jugea que la lumière était brillante... Bien plus brillante que ne le créerait un reflet du soleil. Ces estimations de brillance ne suggèrent pas du tout toutes une lumière du jour dispersée par un nuage ordinaire.

Nous pourrions sauver la théorie en supposant quelque effet de couronne inhabituel. Des couronnes et de l'iridescence ont été vus dans des nuages de montagne, un effet (parfois appelé irisation) qui pourrait être cohérent avec la couleur et la luminosité perçues. De telles couronnes sont expliquées par une diffraction par les goutelettes d'eau (ou petites particules de glace, mais pas dans ce cas) et impliquent donc une illumination depuis derrière le nuage à un angle faible par rapportà l'axe de vision.

Une couronne brillante nécessiterait une illumination approchant 0 °. Dans le cas présent une nuage serait directement illuminé à 45 ° de l'axe de vision. Il est vrai que l'angle de diffraction limitant est inverseement proportionnelle à la taille des goutelettes, et donc une brume fine peut diffracter une lumière incidente à travers à angle plus grand que ne le peuvent de grandes goutelettes ; mais malheureusement l'efficacité de luminosité a une dépendance exactement opposée, i.e., l'intensité de la lumière diffractée est proportionnellement plus faible, et l'intensité forward scattered à un angle si grand serait negligeable. La diffraction coronaire dans un nuage n'est normalement vue qu'à des angles dispersants < 40 ° Et il ne semble pas que cela pourrait expliquer la coloration jaune rapportée de toute façon, puisque les couleurs dominantes de la couronne de nuages d'onde sont le rouge et le bleu. Certains observateurs ont signalé du rouge et du vert, mais pas du jaune J. A. Shaw & P. J. Neiman: "Coronas and iridescence in mountain wave clouds", Applied Optics n° 42, 476-485 (2003).

Généralement l'iridescence vue dans ces couronnes intervient dans la région de faible densité de goutelettes au bord du nuage plutôt qu'à tavers le corps opaque plus dense du nuage. Nos PANs paraissaient uniformément brillants (à part les bandes verticales gris graphite sur chacun d'eux). On pourrait essayer de spéculer que dans le cas présent un nuage lenticulaire moins bien développé a globalement une densité inférieure, et est plus comme une brume translucide. Mais cela semble en tension avec la définition lenticulaire excellente nécessaire pour expliquer les bords précisément définis observés Etant donnée une telle brume on peut imaginer que le reflet spéculaire d'un motif miroitant distant sur la mer (par example) puisse agir comme source secondaire de diffraction près de l'axe de vision. Un tel scénario est discuté en section 6d..

Concernant la forme et la définition nous devrions noter que les nuages rotor ou roll sont, comme mentionné, des nuages de vortex turbulent intervenant dans des parties de l'onde de montagne en-dessous du niveau des nuages lenticulaires. Ils sont parfois décrits comme des nuages de "barre de cumulus" colonnaires (ou dans des conditions plus élevées/plus froides qu'obtenues dans le cas présent ils peuvent intervenir comme des cylindres semi-transparents de minces feuilles de cirrus). Ils peuvent avoir des bords assez bien définis, comme leurs cousins lenticularis, et se former avec l'axe de roulement horizontal perpendiculaire au flux d'air Ozawa, H., K. Goto-Azuma, K. Iwanami, & R.M. Koerner, 1998: "Cirriform Rotor Cloud Observed on a Canadian Arctic Ice Cap", Monthly Weather Review n° 126, 1741–1745.. Une similarité peut être arguée entre la forme typiquement cylindrique de nuages de roulement et les PANs dans ce cas. Mais des problèmes similaires émergent.

Une série de nuages rotor inhabituellement bien développés (définis précisément) serait-elle intervenue isolée de leurs partenaires lenticulaires habituels ? Il sont caractéristiques d'onde de montagne les plus énergétiques, et semblent assez moins susceptibles d'intervenir étant donnés les vents légers et une barrière orographique très modeste. De plus la même coloration rouge-bleu-vert est susceptible d'être observée dans les couronnes de nuage rotor Ibid., bien qu'il soit vrai que parce qu'ils sont généralement associés à une couche turbulente s'étendant jusqu'au sol dans la lee de la barrière, ils peuvent souvent ramasser des particules de poussière et d'autres débris, ce qui pourrait affecter les proprétés de diffraction des bords du nuage (mais tendrait à augmenter l'épaisseur optique, réduisant un peu plus toute translucidité dans le corps du nuage).

Quoi qu'il en soit aucun vent turbulent de basse altitude n'a été relevé par les observateurs météo sur Guernesey, ou sur Aurigny bien que cette dernière se trouve près de l'endroit où la turbulence (ou même une direction inversée de vent de surface) pourrait indiquer la circulation de rotor sous le 2nd pic d'onde orographique (PAN n° 1). Pas plus que des nuages rotor (ou même en fait aucun nuage bas) n'ont été enregistrés dans l'une ou l'autre des stations. L'Officier Météorologique Sénior de Guernesey Tim Lillington nous confirma que seul un altocumulus "normal" à 12 000 pieds fut observé "Les observateurs de l'aéroport d'Aurigny n'auraient pas fait la distinction [entre un altocumulus standard et lenticulaire] car n'étant pas contraints d'être aussi spécifiques" (email à Martin Shough de Tim Lillington). Néanmoins ilsne signalèrent, comme Guernesey, absolument aucun nuage de basse altitude.. Et bien sûr la longueur d'onde de 18 km cohérente avec les positions triangulées des PANs reste anormale en termes de vitesse du vent.

Nous avons cherché des images satellite dans le visible de l'IR sans voir de quelconques grands phénomènes persistant dans la zone indiquée. Bien que la meilleure résolution (250 m) ne soit pas disponible plus proche que 40 mn environ avant le début de l'observation, et there is then a broken veil of intervening high cirrus, no prominent compact clouds are discernable in the area. Nous avons trouvé un point nuageux plutôt brillant à quelques miles à l'est de Guernesey sur une image Meteosat 8 de lumière visible à et noté l'opinion qui nous fut fournie par Météo France (Centre de Météorologie Spatiale) selon laquelle il pourrait s'agir d'un développement nuageux orographique Email de Pierre Blouch, Météo France, Brest, à Jean-Francois Baure, 12.07.2007. Cependant nous avons pu écarter cette possibilité.

Visionner les images successives en série révèle que la caractéristique nuageuse se développe en fait avant qu'elle atteigne Guernesey (voir figure 36), et de plus les données infra-rouges du sommet des nuages indiquent que c'est autour de 15000 pieds, ce qui semble être confirmé par le fait qu'au lieu de suivre des vents de basse altitude de quelques noeuds elle se déplace rapidement de l'ouest en l'est de Guernesey à environ 35 noeuds (cohérent avec la prévision d'air en altitude du Formulaire 214 du Bureau Météo britannique pour 50°N 02°30'O, et la prévision de zone locale pour aviation de l'aéroport de Jersey, dont toutes deux montrent des vents se balançant de 230 à 260 ° dans cette altitude).

Figure 36 - 8 images METOSAT horodatées de 1330 à 1430Z, le 23 avril 2007, résolution de 4 km
Figure 36 - 8 images METOSAT horodatées de 13:30 à 14:30Z, le 23 avril 2007, résolution de 4 km Propriété de Loic Harang, Météo France, Centre de Météorologie Spatiale

Quelle que soit son origin ce nuages était aussi bien trop haut au-dessus des axes de vision quasi-horizontal ou même depressed des observateurs vers les PANs. Il se déplaçait aussi dans la mauvaise direction (d'ouest en est à ~0,75 °/mn) en croisant l'axe de vision du Trislander, dont l'AV tourne dans le sens opposé (d'est en ouest) à peu près à la même vitesse pendant l'observation.

En conclusion, la théorie du nuage lenticulaire semblait initialement prometteuse, mais elle nous a déçu. Il est vrai que certains facteurs seraient plus faciles à expliquer si nous pouvions placer un tel phénomène à la position. Par exemple, la coloration, la luminosité absolue et d'autres facteurs à côté, les luminosités relatives des objets tels que vus en regardant vers le soleil puis le nord/nord-est et loin du soleil depuis le sud (jaune brillant et simplement jaune/beige respectivement) pourraient être qualitativement cohérentes avec la dispersion vers l'avant et la dispersion vers l'arrière respectivement au-delà du sommet d'une surface éclairée comme un nuage brillant. Mais il existe un certain nombre de problèmes météorologiques et autres. Egalement souvenons-nous qu'il y avait 2 de ces "nuages", chacun avec des bandes identiques à 2/3 de leur longueur. Nous avons envisagé la possibilité d'une traînée d'avion ou d'ombre(s) de nuage se trouvant en leur travers. Mais cela serait beaucoup demander que d'avoir la même ombre de traînée d'avion faisant le même effet sur 2 petits nuages espacés de 18 km (environ 10 miles nautiques).

Plausibilité (0-5) : 2