Le capitaine Bowyer rapporta que la lumière directe du soleil avait été obscurcie (le soleil à 14:10Z était à une élévation de 44° 45' azimut 225° 20') par une feuille de "stratus" à quelques milliers de pieds au-dessus de son altitude s'étendant à 10 miles au sud de Guernesey. Il y avait un nuage haut brisé, un nuage à l'est et une masse nuageuse solide à l'ouest mais un horizon clair au sud-ouest devant l'avion malgré une brume autour de 2000 pieds. La température de l'air à l'extérieur du Trislander BN2a au FL40 était de ~10°C.

Figure 18 - images en (a) visible (b) fausses couleurs de NOAA 18, heure de survol 14:15:34.767, 2007-04-23, altitude moyenne 856 km, heure de 1ère ligne 14:08:07.745, heure de dernière ligne 14:22:32.078
Fig 18. (a) visible (b) false colour images from NOAA 18, overhead time 14:15:34.767, 2007-04-23, average altitude 856 km, time of first line 14:08:07.745, time of last line 14:22:32.078

Comme enregistré dans le rapport à la CAA (annexe A), les prévisions de vents moyens pour le calcul de carburant Southampton-Aurigny étaient de 8 noeuds sud-ouest Les prévisions du Bureau Météo britannique et les ascensions de ballons britanniques et français les plus proches indiquent toutes autour de 20-25 noeuds à l'altitude de croisière. Notre reconstruction de la trajectoire de vol ne dépend bien sûr pas d'un calcul de vent parce que nous utilisons le tracé radar.. Le rapport de météo de surface de l'aéroport d'Aurigny à 290 pieds (88 m) AMSL pour 13:50Z était : 200 ° 6 noeuds, visibilité CAVOK, température 14 °C, point d'ébulition à 11 °C, pression QNH de 1021 mbar.

D'autres sources furent consultées pour reconstruire les conditions météo locales avec une plus grande couverture et plus de détails. Les sources incluaient des météorologues professionnels, plsueirs avec une expertise des îles anglo-normandes Voir remerciements, tous les rapports de météo de surface bi-horaires des aéroports de Guernesey Airport et d'Aurigny couvrant la période 11:50 - 15:50Z (tableau 2 de l'annexe C), les enregistrements climatiques journaliers pour le mois d'avril du Bureau Météo de Jersey (annexe C, figures 4-7), des mesures en upper air par ballon radiosonde de pression, température, point d'ébulition et vents depuis les 4 sites de lâchers français et anglais les plus proches (annexe C, tableaux 4-8), images satellites Propriété de la Station de réception satellite de l'Université de Dundee., divers autres produits météo du Bureau Météo britannique, et des images radar météo bande C du Bureau Météo de Jersey.

Figure 19 - Image MODIS, 13:28Z, résolution d'origine 250 m. Notez les caractéristiques nuageuses complexes. Le côté ouest de Jersey est visible au centre inférieur de l'image et la peninsule de Cherbourg du pays français sur la droite. Aurigny est masquée par les nuages près du centre de l'image Propriété de la Station de réception satellite de l'Université de Dundee.
Figure 19 - Image MODIS, 13:28Z, résolution d'origine 250 m. Notez les caractéristiques nuageuses complexes. Le côté ouest de Jersey est visible au centre inférieur de l'image et la peninsule de Cherbourg du pays français sur la droite. Aurigny est masquée par les nuages près du centre de l'image

L'image générale rapportée par le capitaine Bowyer semble cohérente avec les observations météorologiques et les images satellites. Les observations météo bi-horaires de Guernesey et Aurigny montrent des altocumulus 7/8 et 6/8 à 12000 et 10000 pieds respectivement pour les quelques heures précédentes, in the process of clearing at about the time of the observations, et un cirrus 7/8 à 25 000 pieds (tableau 2 de l'annexe C). Le graphique de pression du Bureau Météo britannique, le (annexe C, figure 1) montre un front froid upper se déplaçant depuis l'ouest devant un front froid low-level, et un faible front chaud battant retraite vers l'est. Les images du passage satellite NOAA 18 à 14:15Z (figure 8) sont de piètre résolution mais montrent la situation globale d'une masse nuageuse dense associée au système frontal à l'ouest. Une image MODIS antérieure Les Spectroradiomètres d'Imagerie à Résolution Modérée, portés par les satellites d'observation terrestre Terra (EOS AM) et Aqua (EOS PM) de la NASA, font des images de la terre régulièrement dans de nombreuses largeurs de bande. Des images dans le rouge et l'infrarouge sont produites à des résolutions descendant jusqu'à 250 m. prise à 13:28Z avec une résolution supérieure de 250 m (figure 19) montre un système nuageux chaotique avec des vents divergents associés au front froid en approche. Des groupes accrochés de cirrus uncinus à haut niveau à l'ouest de Guernesey indiquent que le vent wind shear at around 25 000 pieds possibly associated with the frontal surface. Un certain nombre de traînées d'avions sont visibles à haute altitude.

Malheureusement aucune ascension régulière de ballon radiosonde n'est faite dans ou près des îles anglo-normandes. Ceci signifie que pratiquement aucune mesure directe de température, pression, point de rosée ou winds aloft n'existe pour la colonne d'atmosphère au-dessus de la zone d'intérêt. Cependant des conclusions sont possibles d'après les rapports de surface et d'autres données météorologiques ainsi que d'ascensions de ballons planifiées depuis des sites environnants en France et au Royaume Uni.

Le graphique synoptique de pression pour midi du Bureau Météo du Royaume Uni indique des isobars au nord et à l'ouest de la zone située grossièrement sud-ouest/nord-est, indiquant la tendance du vent géostrophique associé au centre de basse pression vers le nord-ouest des îles Britanniques. Au sud-est de la zone la plupart du continent se trouve sous un champ de pressions assez basses avec quelques isobars. Une haute pression est trouvée au sud le long de la Méditerranée.

Les profils d'air plus élevé air de la radiosonde planifiée la plus proche ont été obtenus Propriété du Département de Science Atmosphérique Science, Faculté d'Ingéniérie de l'Université du Wyoming pour Brest en Bretagne, Trappes à l'intérieur des terres de France et Herstmonceux et Camborne dans le sud de l'Angleterre (les relevés de l'ascention de 1200Z pour ces stations ainsi que les information de station et indices sonnants sont montrés en annexe C, tableaux 4-7), ainsi que le vent de surface et le graphique de température pour la France métropolitaine (figure 2 de l'annexe C).

Le graphique de midi de vents de surface en France (se concentrant particulièrement sur la France du nord-ouest) montre les vents ayant généralement tourné au sud de l'ouest. Les vents en altitude étaient généralement de force 4 à 7 (une brise modérée à un bourasque modérée) tandis que les vents de surface étaient généralement de force 2, une légère brise.

La prévision pour l'aviation de 13:00-18:00Z du Bureau Météo de Jersey pour la zone des îles anglo-normandes (figure 3 de l'annexe C) a prédit des vents depuis 230 ° à 10 000 pieds, 220 ° à 5000 pieds et 210 ° à 1000 pieds. Les moyennes des vents de surface effectivement mesurés à Guernesey et Aurigny entre 11:50 et 15:50Z étaient de 195 ° et 189 ° respectivement. Les vitesses des vents en altitude étaient prévues par la Météo de Jersey comme étant de 15 à 30 noeuds de 2000 à 18 000 pieds, et par la prévision du Formulaire 214 du Bureau Météo britannique (pour le nord de la zone, tableau 1 de l'annexe C) comme étant de 20 à 25 noeuds à 1000 pieds et au-delà. Les vitesses mesurée de vent de surface n'étaient que de 6 à 7 noeuds environ.

Le profil de température de midi à Brest est considéré être le plus directement pertinent pour les conditions du jour dans les îles anglo-normandes. Les soundings de Brest sont réputés être typiquement un peu "fades" Frank LeBlanq: Jersey Met Dept, email à Tim Lillington, Bureau Météo de l'Aéroport de Guernesey, & Martin Shough, 27.07.2007, néanmoins il n'existe pas d'inversion sur le profil de Brest (ou Trappes) en-dessous 40 000 pieds environ. De petites inversions de bas niveau à Camborne et Herstmonceux au Royaume Uni furent déterminées avoir des causes non directement liées aux dans la zone des îles anglo-normandes (voir ci-dessous).

Les mesures de température de surface (SST) étaient intéressantes. Elles étaient disponibles pour St Helier, Jersey, St. Peter Port, Guernesey et le Channel Light Vessel. Des cartes satellites infrarouges de température de surface en mer furent aussi obtenues avec autorisation de l'agence océanographique française IFREMER Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer. Special thanks to Francis Gohin, Département Dynamiques de l'Environnement Côtier, IFREMER BREST (malheureusement les données valides pour le 23 avril 2007 étaient limitées en raison des nuages et de la brume).

Une estimation du(des) profil(s) de température de l'air vertical dans l'axe de vision a été considérée particulièrement importante. Gardant à l'esprit que les mesures physiques directes disponibles sont incomplètes, les indices d'inversions de température de divers types dans la zone d'observation ont été considérées comme suit :

En résumé, nous concluons sur la base d'éléments météorologiques qu'il existe une probabilité d'inversion significative dans les premiers ~200 m au-dessus de la mer froid au sud de la zone des îles anglo-normandes, forte près de la côte bretonne où elle a probablement atteint un gradient de conduit optique, devenant plus faible plus au nord. Il ne semble y avoir ni d'indice, ni de mécanisme plausible pour une inversion de température élevée - du moins dans l'atmosphère sous le niveau de glaciation La plus haute élévation angulaire de l'axe de vision vers les PANs depuis ~4200 pieds AMSL était à peu près tangentielle à l'horizon de la couche de brume de 2000 pieds. La plupart du temps les AV coupent en fait la mer. Par conséquent la couche de brume, bien en-dessous du niveau de glaciation de 10 000 pieds, représente l'altitude maximum approximative de tout conduit optique pertinent. Voir la section 6(d), Surface reflections and mirages. (la discussion détaillée des effets optiques des gradients de température, pression et humidité est en section 6).