Sous-soleil

Des arguments liés s'appliquent à un possible sous-soleil, qui est aussi un phénomène de halo de glace. Un sous-soleil est couramment vu isolé, mais fait partie d'un spectacle complexe appelé subparhélie, reproduisant sous l'horizon l'apparence de la parhélie normale au-dessus. Le sous-soleil est une image virtuelle du soleil et occupe la position équivalente dans l'affichage inversé, qui est produit dans ce cas par une couche de plaquettes de cristaux de glace sous l'altitude de l'observateur. Pour cette raison, les sous-soleils sont couramment vu depuis des aéronefs.

Un sous-soleil apparait comme un seul morceau de lumière, variant d'une image quasi-spéculaire à une ellipse floue (dans de rares cas entourée d'ellipses concentriques appelées anneaux de Bottlinger), avec un axe principal orienté verticalement qui se devolves further en un trait vertical appelé pillier de soleil. Le seul sous-soleil apparait directement sous le soleil, qui dans le cas présent serait à des azimuts entre ~224 ° et 227 ° et par conséquent n'explique pas 2 ellipses horizontales disposées côte à côte, celle la plus à l'ouest étant vue toujours à l'est du Phare des Casquets 1La géométrie de reflet du halo de glace est bilatéralement symétrique par rapport à un axe vertical passant à travers l'azimut du soleil, alors que dans ce cas les 2 PANs furent vus (pendant plusieurs minutes) asymmétriquement décalés de plusieurs degrés à la gauche (est) de l'azimut de ~220° du phare des Casquets (une référence visuelle définie et familière), tandis que la soleil était à un azimut de ~225° à la droite des Casquets et se déplaçant vers l'ouest (voir figure 23)..

Rarement une subparhélie bien développée peut produire un sous-soleil brillant attended de chaque côté par sa propre pair de sous-faux soleils. Mais ceux-ci seront espacés d'au moins 44 ° et par conséquent nulle part assez près. Le sous-soleil lui-même serait bien plus proéminent que la paire de faux soleils. Et plus important encore, l'angle de dépression sous l'horizon de ce spectacle entier sera égal à l'angle d'élévation du véritable soleil au-dessus de l'horizon, i.e. environ -43 °, alors que les PANs furent vus à moins de 1 ° ou 2 ° de l'horizon.

Dans le cas présent ni la géométrie ni la météorologie ne sont cohérentes avec un sous-soleil. Il est particulièrement évident que tous les témoins étaient à des milliers de pieds sous l'altitude de gel, qui était à environ 10 000 pieds (figure 22 ; voir aussi figure 20, section 5). Il n'y a aucun indice que les axes de vision aient pu croiser la surface supérieure d'une couche de cristaux de glace.

Plausibilité (0-5) : 0