Interview de Albert K. Bender

August C. RobertsDominick C. Lucchesi

Roberts : Quelles est la date de de la visite des 3 hommes ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Qui �taient ces hommes ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : D�pendaient-ils du gouvernement ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Est-ce que les soucoupes viennent de l'espace ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Est-ce que les soucoupes sont r�elles ? Sont-elles faites de mat�riaux solides ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Les soucoupes ont-elle un rapport quelconque avec la plate-forme spatiale ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Peux-tu m'indiquer l'endroit o� tu as trouv� tes sources ?

Bender : Une hypoth�se me trottait dans la t�te et je la tournais dans tous les sens. Quand je disposai de noms et d'endroits venus l'�tayer, je l'ai soumise � une certaine personne. A la suite de quoi, j'ai re�u la visite des hommes.

Roberts : Qui �tait cette "certaine personne" ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Cela a-t-il un rapport quelconque avec le myst�re Shaver ?

Pas de r�ponse (Bender devient particuli�rement nerveux quand la question lui est pos�e).

Roberts : Est-ce que les soucoupes volantes vont aider l'humanit� ?

Bender : Les cons�quences seront � la fois bonnes et mauvaises.

Roberts : Les soucoupes vont-elles nous faire du mal d'une mani�re ou d'une autre ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Quelle est votre opinion sur Shaver, son histoire est-elle fond�e ?

Pas de r�ponse. Bender change de sujet.

Roberts : Pensez-vous que je serais en s�curit� si j'allais tout seul la nuit sur une tour d'observation du ciel ?

Bender : Ce serait probablement plus s�r 1Roberts pense que Bender voulait probablement dire qu'on �tait plus en s�curit� sur une tour que sur la terre ferme.

Roberts : Tous ceux qui cherchent � percer le myst�re des soucoupes vont-ils �tre inqui�t�s � cause de cela ?

Bender : Je ne pense pas.

Roberts : Est-ce que Gray, Dom et moi-m�me allons �tre inqui�t�s � cause de ce que vous avez d�couvert ? Est-ce que nous avons contribu� � vous mettre sur la voie ?

Bender : La r�ponse est non pour les 2 questions.

Roberts : Est-ce que le gouvernement sait ce que sont les soucoupes.

Bender : Cela fait 2 ans qu'il le sait.

Roberts : Le gouvernement va-t-il dire aux gens ce que sont les soucoupes ?

Bender : Il arrivera un moment o� il sera oblig�.

Roberts : Quand le gouvernement dira-t-il la v�rit� au public sur les soucoupes ?

Bender : Si la v�rit� n'est pas d�voil�e d'ici � 5 mois, elle ne le sera pas avant 4 ans.

Roberts : Est-ce que la v�rit� va effrayer beaucoup de gens ?

Bender : S'il est vrai que des gens comme vous et moi ont une id�e sur la nature des soucoupes et s'attendent � quelque chose d'inhabituel et de fantastique, pensez un peu � ce qui se passera quand on annoncera la nouvelle � des personnes qui ne sont absolument pas pr�par�es.

Roberts : Pouvons-nous nous d�fendre contre les soucoupes ?

Bender : Non.

Roberts : Pouvons-nous arr�ter ce qui est en train de se passer ?

Bender : Juste au moment o� les 3 hommes qui m'ont rendu visite s'en allaient, l'un d'entre eux s'attarda un instant et me dit : "Dans notre gouvernement, nous avons les hommes les plus intelligents du pays. Ils n'ont pas �t� capable de trouver un moyen de d�fense contre les soucoupes. Comment pouvez-vous penser que vous pourrez faire quelque chose ?"

Roberts : Dans ce cas, je vais m'acheter un bon fusil...

Bender : Ca ne vous aidera pas beaucoup.

Roberts : Est-ce qu'une balle peut les arr�ter ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Pourquoi ne pouvez-vous parler librement de cela ?

Bender : Juste avant de partir, un des hommes m'a dit : "J'esp�re que vous savez que vous avez engag� votre honneur de citoyen am�ricain. Si je m'aper�ois que vous d�voilez la moindre information, �a ira mal pour vous."

Roberts : Que vous feront-ils si vous divulguez des informations ?

Bender : Ils me mettront en prison pour m'emp�cher de parler.

Roberts : Est-ce qu'ils me mettraient en prison si je trouvais la v�rit� et la disais � tous ?

Bender : Oui.

Roberts : Est-ce que j'ai chez moi les �l�ments pour d�couvrir ce que sont les soucoupes ?

Bender : Je suis certain que oui.

Roberts : Pouvez-vous m'indiquer o� chercher ?

Bender : Je ne puis r�pondre � cette question.

Roberts : Comment avez-vous �labor� votre th�orie ? Ne pouvez-vous pas me dire de quelles sources vous vous �tes inspir� ?

Bender : Tout ce que je peux vous dire c'est que c'�tait une chose � laquelle je pensais depuis longtemps. J'ai envisag� le c�t� fantastique des choses et j'ai trouv� la r�ponse.

Roberts : Comment les 3 hommes ont-ils d�couvert votre th�orie ?

Bender : Je l'avais �crite et j'allais l'imprimer. Je l'ai envoy�e � un ami et, juste apr�s ��, j'ai re�u la visite des 3 hommes. Ils avaient mon histoire.

Roberts : Les hommes ont-ils �t� amicaux avec vous ?

Bender : Non, assez durs. Ils �taient 2 � parler et le 3�me n'a pas arr�t� de me regarder pendant tout le temps qu'ils �taient l�. Il ne m'a pas quitt� des yeux.

Roberts : Avez-vous remarqu� comment ils �taient habill�s ?

Bender : Ils portaient tous le m�me type de v�tements et de chapeaux. Des habits de couleur sombre et des chapeaux noirs.

Roberts : Ont-ils fait des commentaires sur l'importance de l'IFSB ?

Bender : L'un d'eux s'est approch� de la carte sur le mur. En voyant les �pingles d�signant les emplacements de nos repr�sentants, il a dit "Mon Dieu, mais vous �tes partout !".

Roberts : Ils ont parl� avec vous, mais � part cela qu'ont-ils fait d'autre dans votre bureau ?

Bender : Ils ont relev� les num�ros de s�rie de mes magn�tophones.

Roberts : Connaissent-ils l'existence de Gray, de Dom et de moi-m�me ?

Bender : Dans les diff�rents documents qu'ils avaient en main, il y avait toutes vos adresses ainsi que des informations vous concernant.

Roberts : Y a-t-il des �tres vivants dans les soucoupes ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Viennent-elles de Mars ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : J'aimerais �crire une histoire pour la vendre � un magazine. Pouvez-vous me donner un bon sujet ? 2Cette question a �t� pos�e dans l'espoir d'obtenir quelques indices

Bender : Voil� un sujet que personne n'a jamais abord� auparavant. Supposez qu'il existe un autre monde dans l'espace, et que ses habitants soient noirs. Que pensez-vous qu'il arriverait s'ils venaient sur Terre ? Pensez-vous qu'ils aideraient les gens de couleur ou les blancs ? Vous connaissez les pr�jug�s qui existent ici. Imaginez qu'ils viennent nous voir sur Terre, que croyez-vous qu'il se passerait ? Cela donnerait une bonne histoire, ne croyez-vous pas ?

Roberts : Que va-t-il se passer sur notre plan�te quand les gens d�couvriront l'existence des soucoupes ?

Bender : Il va y avoir de nombreux changements, en toutes choses.

Roberts : Cela aura-t-il des cons�quences sur la science ?

Bender : Notre science sera sacr�ment �branl�e.

Roberts : Faites-vous des plans � long terme, disons pour une p�riode de 5 ans ?

Bender : Oui.

Roberts : Ce ne sera donc pas la fin du monde ?

Pas de r�ponse. Al change de sujet et parle de la calotte glaci�re au p�le Sud.

Roberts : Pensez-vous qu'un retournement de l'axe des p�les est possible si la glace continue � s'accumuler ?

Bender : Je ne sais pas.

Roberts : Existe-t-il un rapport quelconque entre le p�le Sud et les soucoupes ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : J'envisage s�rieusement 6 ou 7 hypoth�ses d'explication pour expliquer les soucoupes : elles viennent de l'espace, elles ont un rapport quelconque avec une station spatiale, elles sont la propri�t� d'un pays de la Terre, elles s'expliquent par l'hypoth�se de Shaver, elles viennent du fond des oc�ans, elles sont des machines � remonter le temps, ou bien alors les Etats-Unis sont peut-�tre d�j� all�s sur la Lune.

Bender : Vous avez oubli� les ph�nom�nes naturels.

Roberts : Vous voulez dire que les soucoupes sont en soi une forme de vie ? Si c'est ce que vous voulez dire, je n'arriverai jamais � croire ��. J'en ai vu une l'ann�e derni�re et c'�tait pourtant bien un vaisseau quelconque fait de t�les et de boulons.

Bender : Je ne peux r�pondre.

Roberts : Vous dites que vous savez ce que sont les soucoupes. Ressemblent-elles � ce que j'ai vu et � ce que je vous ai d�crit l'ann�e derni�re ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Les soucoupes que vous connaissez ressemblent-elles � ce que tout le monde voit ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Pourquoi prenez-vous toujours quelques secondes pour r�pondre � mes questions ?

Bender : J'ai peur de trop parler ; si je faisais une gaffe, il pourrait m'arriver de s�rieux ennuis.

Roberts : Si vous aviez �crit et publi� les informations que vous pr�tendez conna�tre sur les soucoupes, que vous serait-il arriv� ?

Bender : Je resterais tr�s probablement dans l'histoire. Je resterais aussi en prison pendant une tr�s longue p�riode.

Roberts : Pouvez-vous me donner les raisons pour lesquelles je dois arr�ter mes recherches sur les soucoupes ? Vous m'avez dit d'arr�ter de perdre mon temps et d'arr�ter de d�penser mon argent avec ��.

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Si je continue � aller � la tour d'observation du ciel avec mon appareil photo, pourrais-je encore prendre en photo une soucoupe ?

Bender : C'est possible.

Roberts : Est-ce que la soucoupe que j'ai photographi�e l'ann�e derni�re �tait r�elle ? Ai-je r�ussi � vous prouver sa r�alit� ?

Bender : Je ne peux r�pondre � cette question.

Roberts : Les soucoupes auront-elles un impact sur la vie de tous ?

Bender : Il y aura des changements dans la vie de chacun.

Roberts : Vous avez dit que les 3 hommes qui sont venus vous voir avaient �t� durs avec vous. Pouvez-vous me dire ce que vous entendez par l� ?

Bender : Ils n'ont pas �t� tr�s amicaux.