Exemples de méprises dues à des inversions de température

Ce n'est pas parcequ'il y a un écho radar qu'il y a forcément un réflecteur solide et matériel. Les ondes radar peuvent être déviées par des variations d'humidité dans l'air traversé ou peuvent même être réfléchies lorsque la variation est brutale. Par exemple, des radars sont utilisés pour détecter des nuages et mesurer leur altitude. Cela ne signifie pas qu'on ne peut plus rien déduire des données radar faisant état d'échos non identifiés : ces artefacts ont des propriétés particulières qui permettent d'exclure ces explications si les conditions ne sont pas réunies. Le déplacement de nuages ou de masse d'air humide est dépendant des vents, de même que les effets de mirages sont dépendants de l'angle de vue et ne peuvent pas être corrélés entre plusieurs observateurs ayant un angle différent Christophe Meessen.

En l'observation de Donald Menzel est relatée dans un article de Life. Menzel en proposera une explication d'illusion d'optique à l'observation de Clyde Tombaugh, qui sera contestée par le météorologue James E. McDonald. Pour ce dernier, la transparence inhabituelle de l'atmosphère qui avait amené Tombaugh et sa famille à voir les étoiles, couplée à l'absence de tout signe de couche d'inversion, décrédibilisent l'explication de Menzel : En fait, aucune inversion jamais connue dans l'histoire de la météorologie ne pourrait donner une réflexion à l'incidence quasi-normale (i.e., droit vers le haut) impliquée ici McDonald, 1966 < Swords, Michael D.: 1999.