L'atterrissage de Voronej

Le journal du soir du mercredi 11 octobre 1989, présenté par Henri Sanier, relate l'événement

Le mardi 27 septembre à 18:30, des écoliers de Voronej (Russie) et des adultes assistent à l'atterrissage d'un ovni discoïdal de 16 m de long pour 6 m de haut avec porte et hublots. L'engin qui arbore le sigle des Ummites, se pose sur 4 pieds au milieu du parc. En sortent 2 créatures. Un géant (3 à 4 m de haut) doté de 3 yeux, et un nain dépourvu de tête (les enfants pensent qu'il s'agissait d'un robot). La grande entité fixe des yeux un gamin qui hurle de peur, le fait disparaître en pointant vers lui un tube, et remonte à bord. L'ovni décolle. Aussitôt, l'enfant se "rematérialise". Cette affaire fait d'autant plus de bruit que les enfants affirment avoir assisté à plusieurs atterrissages d'ovnis d'où sortent les étranges visiteurs. Selon des rumeurs qui vont faire le tour du monde, une forte radioactivité est détectée sur le site où se trouve un fragment de roche "extraterrestre" ; des experts ont évalué les traces de l'atterrissage à la pression d'un objet de plus de 10 t. Voronej devient un haut lieu du tourisme ufologique. Le chef du laboratoire de géophysique se déplace avec une commission d'enquêtes (scientifiques dont le physicien nucléaire S. Kadmenski, criminologues, médecins, météorologues et ufologues) créée par le secrétaire du comité du Parti du lieu. La commission conclut à l'absence de preuve d'atterrissage : Après les analyses radiométriques et spectrochimiques, les examens du sol et des micro-organismes, nous n'avons trouvé aucune anomalie ni dans le sol, ni dans la végétation. La trace de l'ovni existait bien avant la date de l'atterrissage allégué. Elle se visite toujours.

L'incident est annoncé dans la presse en le mois suivant et fait quelque bruit, ce qui conduit Martine Castello et Jacques Vallée à enquêter à Moscou, en janvier 1990. Ils y rencontrent des ufologues de la région de Voronej qui semblent convaincus de l'authenticité du cas aCastello 1, chap. 10. Mais selon Boris Shurinov, qui avait participé à l'entretien, le dessin du symbole ummite était déjà connu des ufologues russes à cette époque et l'un d'eux l'avait montré au garçon qui avait fait le dessin. Pour Shurinov, c'est toute l'affaire de Voronej qui est elle-même douteuse bShurinov 1, chap. 19, p. 202 < Bourdais, G.: "Retour sur l'affaire Ummo - 1ère partie : Les observations et les premières lettres en Espagne", UFOCom, 2001-12.