Le lac de Carbondale [Rick Fisher]
Le lac de Carbondale

Robert J. Gillette (15 ans), John Llyod (14 ans) et son frère Bill (14 ans), habitent au coin d'une rue de la banlieue de Carbondale, dans le comté de Lackawanna, en Pennsylvanie (USA), non loin du Parc Russel.

Samedi soir

En cette soirée froide du , les 3 adolescents vont jouer non loin du parc, parce qu'ils n'ont rien d'autre à faire. Le vent vient de l'est, la direction d'où, un peu avant 19:00, ils déclarent voir passer dans le ciel, au-dessus du Mont Salem, un objet lumineux jaune-blanchâtre, suivi de petites étincelles rouges. Courant sur 2 pâtés de maisons, ils arrivent au petit étang de vase à côté d'une casse de charbon, où ils voient une lueur dans l'étang, à une vingtaine de pieds du rivage.

Un premier appel à la police signale l'histoire, mais le correspondant refuse de s'identifier, ne voulant pas qu'on le prenne pour un dingue. La police ne réagit pas. Puis, lorsque les 3 adolescents, vivant tous dans un développement d'habitation de la zone du Parc Russell signalent une observation similaire, la police répond.

Arrivée de la police

Le patrouilleur John Barbaro et la patrouilleur spécial Joseph Jacobina arrivent sur les lieux. Comme les jeunes garçons, ils observent quelque chose de luisant dans l'étang. Un des officiers tire à 4 reprises sur la lueur avec son revolver calibre .38, mais rate à l'évidence sa cible. Il a même l'impression qu'elle a bougé pour éviter ses tirs.

Les garçons sont interrogés par la police durant 3 h.

2 autres témoins fournirent des récits de l'épisode.

Décrivant ce qu'il vit, un employé du Parc Russel de 19 ans raconte aux enquêteurs qu'approximativement 15 mn s'étaient écoulées entre le moment de l'impact dans l'eau et le moment où il arrive à l'étang. De ses propres mots, c'est ce qu'il dit aux enquêteurs : La lueur semblait devenir plus mate, puis moins intense, puis plus brillante. Je dirais que ça prenait 5 mn environ pour compléter le cycle. Vous pouviez tout juste la voir à son point le plus bas.

Dimanche 10

Dans une barque immédiatement au-dessus de l'objet, la police s'apprête à essayer de récupérer l'objet. Equipée d'un compteur Geiger, elle ne relève rien d'anormal, peut-être une légère radiation. Elle décide donc d'attraper l'objet avec un filet attaché à un long poteau de bois mais la vase au fond de l'étang ayant été dérangée et recouvre l'objet. La lumière a disparu.

Certains racontent que pendant ce moment divers véhicules équipés de projecteurs et de grues enlèvèrent un objet discoïdal et le mirent dans un camion.

La police s'inquiète du monde s'aglutinant autour de la zone, deux zones du banc de vase étant raides et glissantes. L'après-midi, avec des membres de la Patrouille Aérienne Civile, elle décide de faire dégager les environs immédiats. Des badauds ne veulent pas quitter le site, espérant voir enfin ce qui serait récupéré de l'étang. Une "quasi émeute" éclate un moment entre certains civils récalcitrants et la PAC, mais un périmètre de sécurité de chaînes de 7 pieds finit par être établi.

Dans le même temps, à l'Hôtel de Ville, Sgt. Albert Mazza installe des téléphones lorsqu'un véritable déluge d'appels arrive de tout le pays de la part de personnes intéressées ayant entendu parler aux actualités nationales d'un objet volant non identifié tombé dans un étang de Carbondale.

Sur le site, les compagnies de pompiers locales du haut et du bas de la vallée commençent à arriver en préparation du pompage de l'étang, tandis que la pelleteuse d'une société de construction est utilisée pour dégager un canal sortant du bassin. Des équipes de télévision arrivent d'aussi loin que Philadelphie.

Le soir du dimanche 10 novembre, Matt Graeber travaille tard chez lui, sur un projet de design. Minuit passé, le talk show de Bernie Herman sur la radio locale WWDB est interrompu lorsque le responsable du programme indique qu'on vient de lui communiquer une note sur un objet volant non-identifié qui se serait apparemment écrasé à Carbondale, en Pennsylvanie. Graeber, en tant que membre du Centre d'Information de Recherche sur les Ovnis de Philadelphie, est intervenu plusieurs fois sur la radio pour parler d'ovnis. Il appelle pour demander si l'histoire est sérieuse. On lui répond qu'il s'agit d'une dépêche d'Associated Press.

Lundi 11

D'autres enquêteurs arrivent :

Robert D. Barry , du Bureau Ovni du 20ème Siècle, un enquêteur sur les ovnis de Collinswood, New Jersey, raconte le matin au Times que la police avait senti qu'il y avait un objet plus grand sous ou attaché à l'objet qu'ils essayaient de remonter. Il dit aussi qu'ils n'étaient pas parvenus à déplacer l'objet.

et Doug Dains de Binghamton, qui représentait le Dr. Allen Hynek du Centre pour les Etudes sur les Ovnis à l'Université Northwestern de Chicago.

Plongée

L'excitation monte lorsque 2 plongeurs de la région de Syracuse (New York) attendaient à côté l'ordre de plonger, dont Mark Stamey, de Skaneateles, qui a proposé ses services. Son équipement est dans le coffre de sa voiture. Après que l'eau dans l'étang soit tombée à un niveau acceptable, Dottle donne l'ordre vers 15:00. Stamey s'attache à une corde en guide de ligne de vie.

Les mêmes individus qui se trouvaient dans la barque le dimanche matin la sortent pour assister le plongeur. Au-dessus d'un point une autre lecture du compteur Geiger est faite. En 5 mn, il remonte, une lanterne à la main. Le compteur Geiger est placé à côté, sans qu'aucune radiation ne soit lue. Selon certains, l'endroit où le plongeur a récupéré la lanterne était au moins à 5 pieds de distance de l'endroit où le compteur Geiger avait enregistré une légère radiation. Le Sunday Times déclarera plus tard avoir apprit qu'une demande avait été faite à une ville à la fin de samedi ou au début de dimanche d'un container anti-radiation.

Conférence de presse de A. J. Kaufman, maire de Carbondale, à l'Hôtel de Ville.

Mercredi 13

un pompier volontaire qui arriva sur la scène plus tard, témoigne : ce qu'il a ne peut avoir été une lanterne de chemins de fer. Il ajouta ne pouvoir croire que ce qu'il a vu dimanche dernier était la même chose que ce qu'un plongeur a tiré de l'étang lundi.

le Sunday Times parla à la femme de Marc Stamey. Elle dit qu'il était membre de l'Association des Plongeurs de l'Etat de New York, mais lorsqu'on lui demanda pourquoi son mari était à Carbondale ou qu'il l'avait appelé si quelqu'un l'avait appelé, elle se refusa à tous commentaires. Douglas Dains, dit au Sunday Times ne pas avoir contacté le plongeur. Le chef de la Police en poste Dottle dit qu'il n'avait pas non plus appelé le plongeur. Il dit que M. Stamey s'était juste trouvé être là.

Conférence de presse

Le maire. A une conférence de presse la version officielle des coups de feu est que des jeunes ont posé des pétards dans la zone.

Le dimanche 17 après-midi, l'officier de police qui a tiré admet au Sunday Times avoir tiré sur l'objet qu'il pensait à ce moment être le produit d'un canular.

Aveux

En , Gillette confesse que lui et les frères Llyod avaient jetté la lanterne dans l'étang (après avoir essayé avec une lampe torche qui ne resta pas longtemps allumée). Le but initial aurait été de faire peur à la soeur de Gillette, Maria, en lui faisant croire qu'un monstre ou quelque chose d'effrayant était dans l'eau. John Llyod, interrogé, ne souhaitera faire aucun commentaire.

Contestations

Malgré l'aveu de Gillette, certains contestent toujours l'explication de la lanterne : Frank Scassellati, le journaliste Ron Hannivig (qui écrivit des articles sur l'affaire à l'époque des faits) et Mary Sutherland (réalisatrice de films dans le Wisconsin travaillant sur un documentaire à propos de l'affaire) et son mari, relayés par le BUFO (Burlington UFO). En 2005 cette dernière déclare : Mon espoir est que nous changions le crash de Carbondale en quelque chose de très similaire à Roswell. Roswell n'avait en fait pas les témoins qu'a Carbondale. Il y a ici une meilleure histoire que dans Roswell, et ce que je dois faire est d'amener cette histoire à la lumière.

Les contestataires avancent notamment les arguments suivants :

  • il aurait été impossible pour la lanterne de rester allumée sous l'eau pendant tout ce temps, entre 39 et 44 h. En avril 2006 cependant, Rick Fisher réalise son propre test avec le même type de lanterne. Il utilise une batterie et 2 ampoules neuves et immerge la lanterne allumée dans l'eau. Cette dernière ne finira par griller que 84 h plus tard.
  • des témoins auraient vu un camion emporter du gros matériel à 6 h du matin. Cela est expliqué par le chef de la police comme la coïncidence malheureuse d'un transport de vieux matériel depuis la casse de charbon, supposé par les témoins être celui de l'ovni.
  • la lumière se serait déplacée pour éviter les tirs du patrouilleur de la police. L'officier ayant tiré dira lui-même par la suite que cette sensation de mouvement devait être une impression, probablement due au mouvement de vaguelettes dans l'étang [Mates].
  • la lumière de la lanterne n'aurait pu être visible du fond de l'étang, qui ferait 50 pieds de profondeur. Cependant la lanterne est décrite par un article située entre 6 et 7 pieds de profondeur. De plus Rick Fisher, qui a reproduit la scène, a pu voir sa lampe s'éteindre.
  • Le plongeur qui a remonté la lampe lundi n'était pas du coin, alors que les plongeurs qui étaient en ville au Club de Plongée Wallenpaup se virent refuser la permission d'entrer dans le l'étang et le fait que Scranton ait une équipe de plongée dans sa police qui n'ait pas été utilisée.

Références :