Sincérité des témoins

La recherche d'objectivisation de cette qualité subjective ne vaut qu'au-par-cas, sa démonstration statistique étant déjà prouvée par 90 % de témoignages expliqués.

Le témoin m'a l'air sincère Rengaine d'enquêteur

Le caractère sincère d'un témoignage permet de lui contrebalancer la probabilité d'une tromperie volontaire, c'est-à-dire d'un canular. L'impression d'un enquêteur (subjective, et à fortiori peut-être différente d'un autre enquêteur) ne suffit cependant pas à une telle évaluation. Un élément évalué dans ce sens, considéré plus objectif, peut être le mobil, c'est-à-dire l'intérêt du témoin à fabriquer son histoire. On s'aperçoit cependant que l'évaluation de cet intérêt peut à son tour être considérablement subjective (des exemples d'auteur de canulars n'ayant rien à gagner, tout à perdre, voire tout perdu existent, tels Monguzzi ou les auteurs de virus informatiques par exemple, qui ne se font pas connaître).

Des techniques existent cependant pour évaluer la crédibilité d'un témoignage de la manière la plus objective possible. On trouve parmi elles :