Edward J. Ruppelt
Ruppelt

Ruppelt naît en . En Ruppelt étudie l'ingéniérie aéronautique. Il laisse tomber pour s'engager dans l'Air Force. Il est affecté comme bombardier dans le 1er escadron de B-29 organisé.

En il est nommé directeur projet Blue Book. Sous sa direction, pendant une courte période de l'année , le projet s'abonna à une agence de coupure de presse, mais reçoit reçoit tellement de rapports qu'ils ne peuvent les classer tous et sont contraints de résilier l'abonnement. Il travaille notamment sur le projet Bear avec le BMI.

Ruppelt aux côtés des généraux Ramey et Samford lors d'une commission d'étude sur les ovnis en 1952
Ruppelt aux côtés des généraux Roger M. Ramey et John A. Samford lors d'une commission d'étude sur les ovnis en 1952

Cette même année, Ruppelt participe à l'agitation militaire en réaction aux nombreuses observation de l'été. Le 19 juillet à la suite des nombreuses observations d'ovnis dans la région de Washington, le général Samford décide de réunir une commission d'étude pour déterminer s'ils sont intelligemment pilotés. conférence de presse a lieu au Pentagone, à la suite des nombreuses observations d'ovnis dans la région de Washington (photo ci-contre). Assis, le général Ramey, directeur adjoint des opérations, et le général Samford, directeur du Renseignement aérien. Derrière eux, le lieutenant (capitaine ?) Ruppelt, en tant que récent responsable de la commission d'enquête Blue Book.

Plus tard, Ruppelt affirmera que le gouvernement américain avait étouffé la série d'événements de 1952 :

L'été 1952 fut un tourbillon de rapports d'ovnis, de voyages hâtifs, de coups de téléphone au petit matin, de rapports au Pentagone, d'interviews de presse et de nombreuses nuits sans sommeil.

En , Ruppelt quitte l'armée après avoir été relevé de ses fonctions. C'est le début d'une suite de diverses révélations Ruppelt, E. J., "What Our Air Force Found Out About Flying Saucers" True, The Man's Magazine, May, 1954 Ruppelt, E. J.: "Why Don't The Damn Things Swim - so we can turn them over to the Navy!", Mai 1954 < The True Report on Flying Saucers, 1967.

En 1956, Ruppelt publie un livre Ruppelt, E. J.: The Report on Unidentified Flying Objects, Doubleday, 1956, où il fait diverses révélations : des documents officiels auraient conclu à l'existence des soucoupes volantes. Dans son livre, il déclare à propos du projet Grudge (ex-projet Sign) :

Avec le changement de nom et de personnel, vint le changement d'objectif, clairement affiché, qui était de se débarrasser des ovnis . Ce ne fut jamais écrit nulle part, mais il ne fallait guère d'efforts pour voir qu'il s'agissait là du véritable objectif du Projet Grudge. Ce but inavoué transparaissait dans chaque mémorandum, rapport ou directive.

A la fin du chapitre 17, Ruppelt écrit :

Peut-être que la réponse définitive sera que toutes les observations rapportées se résument à des phénomènes connus mais mal identifiés. On peut-être que les nombreux pilotes, contrôleurs, généraux, industriels, savants ou simples quidams qui m'ont dit "moi non plus je n'y aurais pas cru si je ne l'avais pas vu moi-même" savaient de quoi ils parlaient. Peut-être bien que la Terre est visitée par des engins interplanétaires. Seul l'avenir nous le dira.

Ce sera là, pendant 3 ans, la conclusion de Ruppelt.

En 1959 cependant, le livre est augmenté de 3 nouveaux chapitres et re-publié. Pas la moindre indication d'une quelconque réédition sur l'ouvrage, ni aucune explication ou avertissement. Dans cette nouvelle mouture, Ruppelt conclut cette fois, à 3 chapitres d'intervalle :

Aucun scientifique responsable ne discutera le fait qu'il puisse exister une vie dans d'autres systèmes solaires et qu'un jour, nous puissions rencontrer ces gens. Mais cela ne s'est encore jamais produit et jusqu'au jour où cela sera le cas, nous sommes prisonniers de notre mythe de l'ère spatiale - les ovnis.

Un singulier revirement, auquel succède cette même année sa mort d'un infarctus, à 37 ans seulement.