Guy Kirkwood

Kirkwood
Guy Kirkwood

Kirkwood naît dans les années 1930s.

Dans les années 1960s, sous le pseudonyme de Noelou Noall Bryce Cornwell ou Mel Noel, Kirkwood dirige l'Institut de Recherche Ufologique, relayant avec Kent Tomlinson (un inventeur) le discours de Narciso Genovese, se prétendant contacté de par des martiens grands amateurs de poisson. La peau platine, les cheveux roses, ceux-ci maintiendraient un système de transport Mars-Terre pour présenter des terriens aux martiens a"Professor Claims He Flew to Mars Via Flying Saucer for 3-Day Visit", Tonawanda News, 1966-11-23 b"Saucermen Dish Out Tale Of Mars Flight, Pittsburg Press, 1966-11-23, p. 13 c"Thanksgiving Was 'Quite Holiday', Palm Beach Daily News, 1966-11-25, p. 5 d"Pink-Haired Martians" in "The Contactee Problem", UFO investigator (NICAP), vol 4, n° 5, 1968-03, p. 2 < Kandle, Kevin: "Mel Noel/Guy Kirkwood in the 1960s", A Different Perspective, 2012-12-20.

Il prétend aussi que des scientifiques terriens construisent des ovnis au Brésil. En 1966, on le voit à New York, toujours bien vêtu, visiter en compagnie de jolies femmes Life magazine, Mort Young, qui est alors avec le Journal American. Annonçant qu'une soucoupe volante va atterrir sur le parking du centre de conférences où se déroule l'émission de Jackie Gleason 1Passionné d'ovnis television en Floride, il propose à des gens, dont des journalistes, de s'inscrire pour embarquer, leur demandant leurs photos d'identité nécessaires pour leurs passeports spatiaux e"Interview with John A. Keel", The Great UFO Wave, 1973-10 fKeel, J. A.: "A Short history of Boobery", Disneyland of the Gods, AMOK Press, 1988. .

Par la suite Noel se présente comme un ancien lieutenant de l'USAF ayant été chargé en 1953/1954, avec d'autres pilotes de la base de Lowry (Colorado) et son supérieur Peterson (colonel disparu en mer en 1959), d'une mission top-secrète visant à filmer des ovnis avec la caméra de tir 16 mm d'un chasseur à réaction F-86 qu'il pilotait. Il ajoute ausi avoir photographié 5 disques de 150 à 180 pieds de diamètre et 30 à 40 pieds d'épaisseur, qui se déplaçaient à une vitesse estimée de 3000 miles/h. A la fin d'une conférence qu'il donne, un homme prétendant travailler pour le gouvernement, disposer d'une accréditation secret, et être en contact avec les Frères de l'espace, lui déclare en préambule d'une question avoir parlé à l'astronaute M. Scott Carpenter, qui lui aurait confié qu'à aucun moment quand les astronautes étaient là-haut ils n'étaient seuls : ils sont constamment surveillés par ces gens à tout moment gThe Mel Noel Story, Saucerian Publications, Clarksburg (Virginie Occidentale), 1967, p. 25.

Kirkwood fin 1995 hFerrari, Guido (journaliste télévision suisse-italienne): "Pilota USAF: 'Loro venivano in pace'", Fratelli di Luce, 1995-12
Guy Kirkwood

En 1969 cependant, invité sur une chaîne de télévision locale de Los Angeles, l'animateur Robert Dorman (ancien officier et pilote de l'USAF, ancien membre du parti républicain au congrès) le soumet à quelques questions dont un pilote est censé connaître les réponses et expose la vérification de sa license de pilote : inexistante. Noel reconnaît alors que son histoire n'est pas vraie... pour un moment. Cela n'empêchera pas le coordinateur du MUFON Don Waldrop d'inviter Kirwood à parler plusieurs années plus tard iEcker, Don: "My 20 Years in the UFO Fog", UFO Watchdog, 2007.

Divers ufologues (Stanton T. Friedman, Fritz Kron & B. Ann Slate, Don Ecker jEcker, D.: "The Guy Kirkwood/Mel Noel Story", UFO Magazine, 1993-09-06) apprendront que Kirkwood n'a jamais été pilote militaire, bien qu'ayant acquis dans les années 1990s une license de pilote privé kMoseley, J. W.: "Books to Keep Your Bonfire Burning Brightly", Saucer Smear, vol. 45, n° 5, 1998-06-05. Il continue dans ces années à prétendre être un ancien pilote de l'USAF, et dorénavant pilote de ligne.

Le dimanche 22 lors d'un voyage aux USA, Timothy Good rencontre Noel. Impressionné par ses nombreuses révélations, sa connaissance du pilotage et ses contacts (dans le monde de l'ufologie, ou avec l'astronaute Gordon Cooper), il reprend dans son livre son histoire lGood, T.: "NASA", Above Top Secret, 1988, pp. 273-277, ainsi que la phrase prétendumment prononcée par Carpenter mGood, T.: "NASA", Above Top Secret, 1988, p. 381.