Kepler
Kepler

Kepler naît en dans le Weil der Stadt à Swabia (Wurtenberg, Allemagne). Son père, Heinrich Kepler, était un soldat brutal, querelleur et immoral selon Kepler qui décrit sa mère avec les mêmes termes peu flatteurs. De à , Kepler vit avec ses grands-parents, puis ses parents déménagent à Léonberg, où Kepler entre à l'école latine. En , il entre au séminaire protestant d'Adelberg, et en , il reçut son éducation universitaire à l'université de Trübingen. Là, il étudie la théologie et lit énormément. Il passe son examen de fin d'études en et poursuit ses études en tant qu'étudiant diplômé.

Le professeur de mathématiques de Kepler, Michael Maestlin (1580-1635), est l'un des 1ers astronomes à adhérer à la théorie de Nicolas Copernic (modèle héliocentrique), bien qu'il ne parle que du système de Ptolémée dans les cours qu'il donne à l'université. Il se contente de donner des précisions sur le système de Copernic aux étudiants les plus assidus comme Kepler. Ce-dernier déclarera plus tard être devenu copernicien à partir de cette période pour des raisons métaphysiques.

En , Kepler accepte un avancement en tant que le professeur de mathématiques au séminaire protestant de Graz. Il est aussi promu au poste de mathématicien du district et à la réalisation du calendrier. Il quitta Graz vers 1600, lorsque les protestants sont forcés de se convertir au christianisme ou de quitter la province, en application des mesures prises contre la Réforme. Pendant 6 ans, Kepler enseigne la géométrie, l'arithmétique, Virgil et la rhétorique.

Durant son temps libre, il se consacre à l'astronomie. Cette année-là, il publie son 1er ouvrage important The Cosmographie Mystery, dans lequel il énonce que les distances des planètes à partir du Soleil dans le système copernicien sont déterminées par les 5 solides réguliers, si on suppose que l'orbite d'une planète est circonscrite à un solide et déterminée par un autre solide.

A l'exception de Mercure, la construction de Kepler produit des résultats remarquables. Grâce à son talent de mathématicien, mis en valeur dans ce volume, Kepler est invité par Tycho Brahé à Prague pour y devenir son assistant et calculer les nouvelles orbites des planètes pour les observations de Brahé. Kepler part pour Prague en 1600.

Récit d'un travail assidu

Kepler est l'assistant de Brahé jusqu'à la mort de ce dernier en 1601 et est désigné comme son successeur en tant que mathématicien impérial, le poste le plus prestigieux en Europe. Il occupe ce poste jusqu'en 1612, lorsque l'empereur Rudolph II doit abdiquer. A Prague, Kepler publia de nombreux livres. En 1604, Astronomia pars Optica, dans lequel il traite de la réfraction atmosphérique, mais aussi de l'optique, donne une explication moderne sur le fonctionnement de l'oeil. En 1606, il publia De Stella nova (concernant la nouvelle étoile) à propos d'une nouvelle étoile apparut en 1604, et enfin, en 1609 son Astronomia Nova, qui contient ses 2 nouvelles lois est rendue publique :

  1. Loi des orbites : Les planètes se déplacent selon des orbites elliptiques avec le Soleil.
  2. Règle des aires : Les aires balayées par le rayon reliant le Soleil à une planète pendant des durées égales sont égales.

Bien que les autres astronomes continuèrent à suivre l'ancien précepte selon lequel l'étude des planètes est seulement un problème de cinématique, Kepler opte pour une approche plus dynamique, en introduisant la physique dans les cieux.

En 1610, Kepler lit les découvertes de Galilée obtenues grâce au télescope. Il compose aussitôt une lettre de soutient qu'il publia sous le titre de Dissertio cum Nuncio Sidero (conversation avec le messager des étoiles), et quand 1 an plus tard il obtient l'autorisation d'utiliser un télescope, il publie ses observations des satellites de Jupiter dans un ouvrage intitulé Narratio de Observatis Quatuor Jovis Satellibus (récit des 4 satellites de Jupiter observés). Ces tracts sont un énorme soutient à Galilée, dont les découvertes sont rejetées par beaucoup. De nombreux tracts sont rapidement réimprimés à Florence. Kepler continueà prouver la théorie en défendant l'observation au télescope dans son livre Dioptrice, publié en 1611.

Puis, en 1619, il publie Harmonice Mundi, dans lequel on trouve sa 3ème loi fondamentale :

  1. Loi des périodes : Le carré de la durée de révolution d'une planète est proportionnel au cube de son grand axe.

Une période de troubles

La Guerre de 30 ans, qui débute en 1618, dévaste la majeure partie des régions allemandes et autrichiennes. La position de Kepler devient progressivement instable à cause des mesures prises par les opposants à la Réforme qui persécutent les protestants dans les provinces d'Autriche supérieures dont Linz est la capitale. A cause de son statut officiel, Kepler n'est pas inquiété par le décret qui bannit tous les protestants de cette province, mais il souffre cependant de la persécution. Durant cette période, Kepler fait imprimer le tome nommé Tabulae Rudolphinae (les tables rudolphines), qui contient les nouvelles tables basées sur les observations de Brahé et calculées en partenariat avec l'astronomie de Kepler.

Lorsqu'une rebellion de paysans éclata et que Linz est assiégée, un feu détruit l'imprimerie où Kepler fait éditer ses ouvrages. Des soldats occupent la maison de Kepler qui quitte Linz en 1626 avec sa famille. Les Tabulae Rudolphinea furent publiées à Ulm en 1627.

Sans travail, Kepler essaye d'obtenir des postes dans différentes cours d'Europe et revint ensuite à Prague pour percevoir un dût en récompenses des services rendus lorsqu'il était Mathématicien Impérial. Il meurt en 1630 à Rosenburg (Rastibonne ?).

Auteur de :