CBA

La Cosmic Brotherhood Association (宇宙友好協会) est fondée en 1957 par Yusuke Matsumura pour étudier les phénomènes célestes insolites.

La CBA établit une liste de phénomènes lumineux survenu à l'occasion de séismes, notamment au Japon.

Secte

En 1960 Matsumara prédit un cataclysme global suite à un décalage de l'axe d'inclinaison de la Terre / basculement des pôles. Les membres et leurs familles reçoivent un message "Envoyez la pomme, C", avec pour instructions de se rassembler en un point désigné lorsqu'ils l'ont reçu (C signifie catastrophe). Ils étaient censés être secourus par un vaisseau spatial extraterrestre.

En le mois suivant, Takemao Hirano divulgue cette information aux médias de masse, provoquant un scandale majeur : En mars 1960, Matsumura est contraint de démissionner de son poste de président et Kubota (disciple de ) en démissionne pour former Nihon GAP. Des conflits internes se poursuivent et les membres démissionnent les uns après les autres, jusqu'à ce que Matsumura reprenne la présidence. Par la suite le groupe prône un système anti-empereur, s'oppose aux groupes religieux Seichō no Ie et prône des théories du complot paranoïaques.

CBAI

Après une courte absence publique, et malgré l'échec de ses prophéties, Matsumara finit par reprendre la tête de la CBA, qu'il renomme CBAI. Cette nouvelle version de l'association se concentre plus sur les théories "d'anciens astronautes", essayant de démontrer que des contacts extraterrestres auraient été établis avec l'ancienne civilisation du Japon, y compris la culture Jōmon.

La "pyramide" Hayopira
La "pyramide" Hayopira
Une soucoupe du parc de Biratori
Une soucoupe du parc de Biratori

De 1964 à 1967, en tant que projet symbolique (Showa 39), un parc commémoratif (station ovni) "Hayopira" (ハヨピラ) avec un monument et un autel en forme de pyramide honorant le dieu Ainu Okikurumi qui croyait qu'ils étaient des extraterrestres, est construit à Biratori, préfecture d'Hidaka, à Hokkaido.

Au début des années 1970s, Matsumura est malade, et l'association cesse son activité publique.