Plus le mensonge est gros, plus il a de chances d'être cru Goebbels (ministre de la propagande d'Hitler)

En , alors que l'affaire Dreyfus fait rage, Pierre J. Ratchkovsky Conseiller d'état ultra-réactionnaire, chef parisien de l'Okhrana, la police politique tsariste veut convaincre le Tsar, déjà relativement antisémite, qu'un complot judéo-maçonnique se cache derrière le courant libéral réformateur en Russie La manœuvre vise tout particulièrement le comte Sergueï Witte.. Il demande à un de ses agents, le journaliste De Cyon, à se servir du Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu un pamphlet anti-judéomaçonnique de Maurice Joly contre l'Empereur Napoléon III, publié en 1864 pour dénoncer la place des juifs dans le système financier de l'empire russe. Le projet n'est pas mené à bien, mais finalement confié au faussaire russe exilé à Paris Matthieu Matevi Golovinski L'ouvrage est présenté comme la consignation fuitée de 24 "conférences" d'une cabale juive (les sages de Sion) planifiant le contrôle du monde, et à l'origine de nombre de ses maux Norman Cohn (historien): Histoire d’un mythe : la conspiration juive et les Protocoles, Gallimard ,1967.

Le texte terminé parvient par la main d'un franc-maçon indéterminé remet à Melle Juliana Dimitrievna Glinka (1844-1918) fille d'un diplomate russe, vivant à Paris sous le nom de Justine Glinka et qui entre 1880 et 1890, avait déjà fait parvenir aux autorités de son pays des renseignements sur l'activité des révolutionnaires russes, qui quitte Paris au printemps pour rentrer en Russie. Rendant visite à son ami Alexeï Nikolaïevitch Soukhotine commandant en retraite, propriétaire terrien, "Maréchal de Noblesse", c’est-à-dire Président de L’Association des Nobles de la région, Habitant à Tchern (Gouvernement de Toula), elle lui transmet le texte français dont elle dispose.

Soukhotine en fait faire plusieurs copies, qu'il transmet à ses amis, à commencer par Philippe Petrovitch Stepanoff futur Conseiller d’État, mort est 1932, qui le fait polycopier dans la même année et le fera imprimer en en petite quantité, toujours à l'intention de ses amis et connaissances Introduction des protocoles des sages de Sion, Paris, 1943.

La 2ème édition de 1905 du livre de Nilus Le Grand dans le Petit et l’Antéchrist - une possibilité politique prochaine , intègrant les Protocoles
La 2ème édition de 1905 du livre de Nilus Le Gran dans le Petit et l’Antéchrist - une possibilité politique prochaine , intégrant les Protocoles

C'est enfin en 1901 que Sergueï Alexandrovitch Nilus Mystique russe, propriétaire terrien et écrivain, pressenti pour devenir le confesseur du Tsar, mais qui ne sera finalement pas nommé (1862-1930), travaillant alors à un ouvrage sur L'Antéchrist qui approche Paru dans une 1ère édition sans les protocoles en en novembre 1901, en reçoit une copie de son ami Soukhotine Nilus, S. A.: C'est tout près, à notre porte ! pp. 86, 92.

En , quelques mois après le 1er pogrom de Kichinev Ville alors située en Russie, et aujourd'hui en Moldavie, Krouchevan député à la Douma et adversaire des juifs, et un des fomenteurs du pogrom, entre en possession d'un exemplaire de cette édition, qu'il publie à Saint-Pétersbourg comme une justification, en feuilleton abrégée et grossièrement traduit entre le de son journal Znamia l'Étendard, le Drapeau, sous le titre Programme juif de conquête mondiale. La même année, ils paraissent à Paris sous forme d'un fascicule d'une centaine de pages.

En une autre version russe.

En contradiction avec la date de création du texte qu'il ignore peut-être, Nilus écrit dans son édition de : Ce n’est qu’àq>ent que cela me parait croyable et que j’ai appris de sources juives que les Protocoles représentent le plan stratégique de soumission du monde par Israël, l'ennemi de Dieu. Ce plan fut élaboré par les chefs du Judaïsme pendant les siècles de la dispersion du peuple juif, et présenté par le Prince de l'Exil, Theodor Herzl, au Conseil des Anciens au moment du Premier Congrès Sioniste convoqué par lui à Bâle en .

En le capitaine Müller von Hausen, sous le nom de Gottfried Zur Beck, publie la 1ère traduction allemande, sous le titre Les Secrets des Sages de Sion, y ajoutant un récit de l'origine de la "fuite" supposée : Lorsqu’on apprit par journaux que les Sionistes allaient se réunir à Bâle pour discuter de l'établissement d'un État juif en Palestine, le chef du Service Secret russe à Paris, Ratchkovsky, y envoya un espion, aux dires d'un Russe qui occupa pendant de longues années un poste important dans un Ministère à Saint-Pétersbourg. Cet espion corrompit un juif qui avait la confiance des "Représentants de Sion". A la fin de la séance, ce juif était chargé de porter les décisions prises et inconnues des non-israélites, à la Loge juive de Francfort-sur-le-Mein, loge fondée le 16 août 1807 sous le nom "A l'Aurore Naissante" et qui, depuis un siècle, assurait la liaison avec le Grand-Orient de France. Ce voyage facilita grandement la trahison projetée. Le messager passa la nuit dans une petite ville où le Russe l'attendait avec un groupe de copistes qui se mirent immédiatement à la besogne, mais ne purent copier en une seule nuit tout le manuscrit. L’original était en français L'hq>re fut plusieurs fois modifiée, il s'agit ici de celle de la 8ème édition de 1923.

Le , le Times publie un éditorial intitulé Le péril juif, un pamphlet dérangeant. On y lit notamment :

Le Times n'a pas encore analysé ce curieux petit livre. Mais sa diffusion augmente de plus en plus, sa lecture est faite pour inquiéter ceux qui savent réfléchir. Remarquons que certains traits essentiels du prétendu programme juif offrent une analogie troublante avec les événements actuels... Que sont donc en réalité ces Protocoles ? Sont-ils authentiques ? Et si oui : quelle Assemblée malveillante a-t-elle forgé ces plans ? S’agit-il d’un faux ?? Si oui, comment expliquer cette note prophétique et lugubre, ces prédictions qui sont, sait partiellement réalisées, soit en cours de réalisation ?... De telles questions ne peuvent être éludées par, un simple haussement d’épaules... Une enquête impartiale s’impose... Si l'on en juge d’après le texte, il semble que les Protocoles aient été écrits par des Juifs et pour des Juifs.

L'affaire fait grand bruit.

Le Juif international : le problème du monde selon le journal de Ford
Le Juif international : le problème du monde selon le journal de Ford

Le , sous le patronnage d'Henry Ford, ils sont publiés aux USA dans une série d'articles publiés dans son journal, ce qui lui vaut un procès qu'il perd, avec un mea culpa :

A mon grand regret, j'ai appris que dans le Dearborn Independent et dans des pamphlets réimprimés intitulés Le Juif international, des articles ont été publiés qui ont poussé les Juifs à me voir comme leur ennemi, encourageant l'antisémitisme.

A la suite de cette enquête je suis profondément humilié que ce journal, qui est destiné à être constructif et non ravageur soit devenu un moyen pour ressusciter des fictions discréditées, pour accréditer les fameux Protocoles des Sages de Sion, qui se sont avérés, comme je l'ai appris, une grossière falsification, et pour affirmer que les juifs ont été impliqués dans un complot pour contrôler le capital et les industries mondiales, outre les accuser de nombreuses atteintes à la pudeur, à l'ordre public et aux bonnes mœurs... En tant qu’homme respectable, je considère de mon devoir de réparer le préjudice causé aux juifs en tant que concitoyens et frères, en m'excusant pour tout le tort que je leur ai causé malgré moi, en rétractant, tant qu'il est de mon pouvoir, les accusations outrageantes dont ils ont fait l'objet dans ces publications, et en leur faisant la promesse solennelle que dorénavant ils pouvaient compter sur moi pour l'amitié et la bonne volonté…

Même si j’avais été enclin à taire les détails de ces énoncés, j'aurais interdit leur circulation sans hésiter... Je fais cette déclaration de mon plein gré et dans le seul intérêt du droit et de la justice, et elle est conforme à ce que je considère comme mon devoir solennel en tant qu'homme et citoyen "Les Protocoles des Sages de Sion", Antisemitism, 2011.

Le Times revenant sur son article de 1920, expliquant que le texte un faux littéraire
Le Times revenant sur son article de 1920, expliquant que le texte un faux littéraire

Le , The American Hebrew de New-York publie une interview que l'ex-princesse Catherine Radziwill née en 1858 a accordée au gérant de ce journal et au rabbin de New-York, Isaac Landmann. Elle y prétend que les Protocoles auraient été rédigés après la guerre russo-japonaise 1904/1905 et après le déclenchement de la 1ère révolution russe de , par Ratchkovsky, qui n'aurait vu le texte terminé qu'à son passage à Paris à l'hiver de cette année-là. En seront invoquées une faute de mémoire ou d'impression pour expliquer cette confusion avec .

Les et , un Français, le comte Armand du Chayla, fait une nouvelle publication dans le journal russe Poslednia Novosti (Dernières Nouvelles).

Le , le Times fait amende honorable, publiant le récit de Philip Graves (son correspondant à Constantinople) qui démontre preuves à l'appui que le texte est un faux grossier. Il a néanmoins remporté un grand succès. Cette année-là est publiée la 1ère traduction française de la version russe de .

En est publiée une étude fort Monseigneur Jouin sur les Protocoles de G. Butmi, d'après l’édition de , et un ouvrage historique de Mrs Nesta Webster où l'Illuminisme de Weishaupt est présenté, via des citations, comme l'une des sources des doctrines et des méthodes exposées dans les Protocoles.

En , l'idéologue du parti nazi Alfred Rosenberg utilise l'ouvrage dans Les protocoles des Sages de Sion et la politique mondiale juive.

En , le texte est traduit en arabe par des chrétiens orientaux. Dans son Mein Kampf, Adolf Hitler affirme : Les protocoles des sages de Sion montrent à merveille à quel point toute l'existence de ce peuple repose sur un mensonge permanent.

The Jewish Lobby Le péril juif
Le texte paraît sous divers titres, dont Le péril Juif, traduit en différentes langues

En , à Berne, un procès intenté par la Fédération des communautés juives de suisse conclut que les protocoles sont des imbécilités.

Rééditions en /.

En , le Sénat américain produit un rapport dénonçant que des documents similaires circulent en URSS.

A partir de , au lendemain de la guerre des 6 jours en Israël, le texte fait l'objet de re-publications, notamment à Beyrouth.

En , finalement, un tribunal de Moscou qualifie le texte de faux antisémite.

En , l'historien russe Mikhaïl Lepekhine établit que Golovinksky en est l'auteur.

La réédition du texte est interdite dans divers pays, dont la France. Dans divers pays arabes, il est toujours décrit comme crédible, comme dans le manuel scolaire palestinien de Histoire du monde moderne et contemporain (pour les élèves de 10ème année) : Un ensemble de résolutions confidentielles ont été adoptées par le Congrès. Elles sont connues sous le nom de Protocoles des Sages de Sion et visent à la domination du monde. Elles ont été révélées par Serge Nilus et traduites en arabe par Mohammed Khalifah Al-Tunisi Rapport sur les nouveaux manuels de l’Autorité palestinienne, Center for Monitoring the Impact of Peace, p. 22, juin 2005.

Feldmann, Aharon: "Les protocoles des sages de Sion", Lamed, 2008