La SOciété BElge d'Etude des Phénomènes Spatiaux est une association belge de recherche sur les ovnis fondée le par Lucien Clerebaut et quelques amis (Patrick Ferryn, Jean-Luc Vertongen notamment). Le siège est alors basé dans un bâtiment au fond du jardin de Clerebaut, à Bruxelles.

La SOBEPS s'est entourée d'un certain nombre de conseillers scientifiques qui collaborent activement au développement et au contrôle de ses activités. Font notamment partie ou ont fait partie de la SOBEPS :

Peu après sa création la SOBEPS enquête (publie un dossier photo) sur l'affaire de Barra da Tijuca.

<

Vague Belge

Sur le parking du GB d'Eupen (Belgique), le , ce qui reste de l'équipe des enquêteurs de la SOBEPS au début de la vague. De gauche à droite : MM. M. Vander Elst, enquêteur ; C. Verhoeven, assistant de laboratoire ; Boitte, Vertongen, Bougard, Clerebaut. A l'avant plan : Mme C. P., abductée en France au début des années 1970s Boitte, F.
Sur le parking du GB d'Eupen, le dimanche 3 décembre 1989, ce qui reste de l'équipe des enquêteurs de la SOBEPS au début de la vague. De gauche à droite : MM. M. Vander Elst, enquêteur ; C. Verhoeven, assistant de laboratoire ; Franck Boitte, J.-L. Vertongen, Michel Bougard, Lucien Clerebaut. A l'avant plan : Mme C. P., abductée en France au début des années 1970s

La SOBEPS a réalisé un impressionnant travail d'enquête concernant ce qu'on appelle la "vague belge" d'observations d'ovnis. Ce travail des ufologues belges couvre 4 années d'observations, entre et fin , avec une pointe de 143 observations pour la seule journée du . En , elle fait faire une analyse informatique de la photo de Petit Rechain par le professeur Marc Acheroy, de l'Ecole royale militaire de Bruxelles. Celle-ci concluera à la matérialité de l'objet.

Outre sa revue Inforespace, la SOBEPS a notamment publié :

Le , l'assemblée générale des membres effectifs de la SOBEPS décide, à l'unanimité, de dissoudre l'association. Subsite cependant un comité informel, le COBEPS.