Etude scientifique des Objets Volants Non Identifiés menée par l'Université du Colorado, édité par Daniel S. Gillmor (Bantam Books, New York, 1969, $1.95 paperback, 965 pp.)

Revu par Robert M. L. Baker Jr.

Scientific Research, , p. 41.

Ce rapport de 965 pages et de 1/2 million $ représente probablement le cas ultime contre le "culte" ovni — en fait, ce devait être le dernier mot scientifique sur ce sujet controversé. Mais, paradoxalement, le rapport contient des éléments suggérant que le phénomène ovni pourrait être étudié de manière plus approfondie.

C'est une caractéristique malheureuse du rapport que les observations les plus provoquantes et les plus inexpliquées y sont pratiquement cachées entre des discussions étendues de cas expliqués et des éléments techniques de fond souvent superflus. Par exemple, ce n'est pas avant la page 164 qu'apparaît la 1ère étude détaillée d'une observation vraiment intéressante et inexpliquée. En fait, les observations très intriguantes faites par plusieurs astronautes sont enfouies derrière 85 % de cette section, dont la plupart se préoccupe de détails d'astronautique non pertinents.

Les rapports scientifiques sont rarement chargés d'études détaillées de ces blind alleys qui ont produit peu ou aucune donnée utile — bien que le Rapport Condon mélange cas expliqués et inexpliqués au hasard, d'une manière qui semble presque arrangée — et cette tactique confuse ou diverti tout le monde à part le lecteur le plus dévoué.

Si après une enquéte préliminaire il semble que certaines observations d'ovnis ne pourraient pas être facilement expliquées, elles devraient néanmoins avoir été mis en lumière d'une manière ou d'une autre. Alors les cas inexpliqués auraient dû être sommés afin de montrer comment un cas inexpliqué pourrait être rationalisé via sa similarité avec un qui est déjà compris.

Le véritable noeud du problème, finalement, serait l'analyse de W. K. Hartmann, qui traite de la question : Est-ce que les erreurs d'interprétation et de signalement sont suffisamment courantes pour rendre crédible l'assertion que la totalité du phénomène ovni, ou du moins le résidu des cas non identifiés, est le résultat de ces processus (plus des canulars délibérés) ?

Mais où la question cruciale de Hartmann finit-elle par être traitée ? Elle est pratiquement perdue au milieu du volume - sur les pages 567 à 590. Une conclusion critique y est faite : que le total des observations véritablement inexpliquées représente moins de 2 % des observation d'ovnis. Ceci, au moins, est une base factuelle pour nombre des remarques préliminaires de Condon. Mais les analyses de Hartmann auraient dû être développées dans le cadre des observations inexpliquées - pas dans le cadre des cas expliqués.

De plus, il y a vraisemblablement quelque part dans cette étude une vérification quantitative détaillée de la controverse de Condon selon laquelle ...aucune vie intelligente hors de notre système solaire n'a la possibilité de visiter la Terre dans les prochaines 10000 années. Mais jusqu'ici je n'ai pu trouver aucune analyse complète soutenant ces chiffres. Il aurait dû être reconnu que la quarantaine de 10000 ans sur Terre et les statistiques de Hartmann représentent toutes deux des aspects vitaux de cette étude tant qu'il reste des observations d'ovnis inexpliquées.

"Restez calme, Dr. Condon — dites-leur juste que vous ne croyez pas en eux !"
'Restez calme, Dr. Condon - dites-leur juste que vous ne croyez pas en eux !'

On peut apprécier la remarque de R. V. Jones (page 932) selon laquelle ils [les ovnis] étaient soit une imagination soit une identification incorrecte ou un phénomène rare et non reconnu et tandis que je recommande toute rechreche authentique de phénomènes nouveaux, little short of a tangible relic dissiperait mon scepticisme sur les soucoupes volantes. Cependant, le contre-argument est qu'une identification incorrecte d'un phénomène rare et non reconnu pourrait être l'indice de la découverte d'un nouveau phénomène. Ces "nouveaux phénomènes" n'ont pas nécessairement besoin d'être classés comme des soucoupes volantes transportant une extraterrestre intelligente ; ils pourraient être une nouvelle forme de plasma atmosphérique, des comètes entrantes, ou des singularités du méme type.

En fait, il semblerait être de valeur scientifique de base de déterminer s'il y avait une probabilité raisonnablement élevée que certaines nouveaux phénomènes soient à l'oeuvre dans les observations d'ovnis inexpliquées. La prochaine étape logique serait de voir si un motif cohérent de ces observations existe, et alors de fournir un ensemble d'hypothèses qui pourraient les expliquer.

Bien sûr, on n'attendait pas que le groupe Condon fournisse de telles hypothèses - mais au regard de sa déclaration de l'insuffisance de données il aurait pu suggérer de nouvelles techniques de collecte de données pour combler ce fossé de données.

En somme, la véracité de la plupart de l'étude semble être au-delà de toute question - le groupe Condon a rassemblé et analysé un sous-ensemble significatif de faits significatifs portant sur la question des ovnis. De plus, le groupe a présenté des éléments importants (bien que difficiles à trouver) sembler justifier une investigation scientifique along many general and specialized frontiers. Par conséquent, ce ne sont pas les faits qui sont sujet à critique, mais plutôt leur organisation et interprétation.


Robert M. L. Baker Jr., 38 ans, enseigne à l'Université de Californie à Los Angeles et est un scientifique senior à la Computer Sciences Corp. Sa spécialté est la dynamique aérospatial.