16 juillet 1952

Document d'origine Blue Book Archive
Document d'origine Document d'origine

Le une photographie de 4 objets fut prise par le photographe de la station USCG de Salem (Massachusetts). La photographie fut soumise à l'ATIC pour analyse, qui fut achevée le . L'analyse fut effectuée à partir du négatif d'origine qui fut retourné au Gardes-Côtes à leur demande. Les résultats de cette analyse indiquèrent que la photo était un canular. Des photographies étendues furent prises dans des conditions semblables. L'échec de la source lumineuse à diffuser des reflets sur les voitures bien polies en-dessous indiquent que la lumière n'était pas à l'extérieur et il fut supposé par l'analyste à l'époque que la photo était une double exposiion et pour cette raison était un canular. Un examen ultérieur de cette photo fut fait en et l'analyse suivante est indiquée comme une cause plus probable.

La photo fut prise à travers une fenêtre avec un appareil Busch Pressman 1+/5 (objectif 135 MM FU.7 Raptar avec obturateur Rapax, chargé avec un film cut V5 Super XX). Le photographe observa plusieurs lumières qui semblaient onduler. Il observa les lumières pendant 5 ou 6 s et attrappa l'appareil, qui était sur une table voisine. La mise au point était fixée sur l'infini. Le photographe tira le slide en préparation du cliché lorsqu'il remarqua que les lumières s'étaient atténuées. Il supposa à ce moment que l'objet qu'il avait vu était un reflet. Il sortit en courant de la pièce pour avoir un témoin supplémentaire, et à son retour remarqua que les lumières étaient à nouveau brillantes. Lorsqu'ils arrivent à la fenêtre, les lumières ont disparu. Il indique encore une fois que peut-être une sorte de refraction- ou reflet du sol pourrait peut-être expliquer les lumières.

Les points suivants sont considérés pertinents pour l'analyse. L'appareil était mis au point sur l'infini et le cliché pris à travers une fenêtre. Alors que le témoin approchait de la fenêtre, les objets s'atténuaient, et alors qu'ils revenait à son point d'observation initial, et à la 2nde observation alors qu'il ré-entrait dans la pièce les lumières étaient à nouveau brillantes. Les objets tels que photographiés, apparaissent troublés et non mis au point. Les voitures et bâtiments dehors sont clairement dessinés. Le cadre de la fenêtre à l'intérieur du bâtiment n'est pas au point. L'ensemble des 4 objets a la même silhouette et configuration générale, en dépit du flou.

Conclusion : Il est considéré que les photos représentent des reflets de lumières depuis une source intérieure (probablement les lumières du plafond) sur la fenêtre à travers laquelle la photo a été prise. Avec l'appareil fixé sur l'infini la fenêtre serait bien plus floue que les lumières. Les lumières resteraient toujours floues puisque la distance des lumières à la fenêtre et dans l'autre sens vers l'objectif seraient toujours plus courte que la distance nécessaire pour une image nette avec l'objectif réglé sur l'infini. Les objets hors du bâtiment seraient nets. La luminosité apparente du reflet décroirait à mesure que le photographe approachait de la fenêtre. L'analyse photo initiale indiquant la magnitude de la lumière et la substantiation du fait que la source lumineuse n'était pas externe est correcte. Il n'y a aucune indication d'une tentative quelconque de perpertrer un canular. La photo reçue est semblable à de nombreuses autres prises à travers des fenêtres et qui ont été confirmées comme étant les reflets d'une source lumineuse intérieure. S'il avait eu son appareil mis au point sur une distance inférieure les bords des sources lumineuses intérieures auraient été plus nets. Il est considéré qu'il existe suffisamment d'éléments pour soutenir l'évaluation de cette photo comme étant des reflets de sources lumineuses internes.