Emmanuel Jean-Michel Frédéric Macron naît à Amiens (Somme) le mercredi 21 décembre 1977, fils de Jean-Michel Macron (médecin et professeur de neurologie au CHU de la ville, et responsable d'enseignement à la faculté de médecine de cette même ville) et de Françoise Noguès (médecin-conseil de la Sécurité Sociale). Ses grands-parents maternels sont originaires de la région de Bagnères-de-Bigorre, où il séjourne occasionnellement.

En 2000 il est l’assistant éditorial de Paul Ricoeur pour l’ouvrage La Mémoire, l’histoire, l’oubli (Seuil, 2000) Truong, Nicolas: "Emmanuel Macron, un intellectuel en politique ?", Le Monde, 2016-09-01 .

Il fait une hypokhâgne et une khâgne au lycée Henri IV, puis obtient à DEA de philosophie à l'université Paris-X Nanterre.

En 2002 il adhère au PS, mais ne renouvelera pas son adhésion longtemps.

En 2004 il sort diplômé de l'ENA, et intègre l'IGF.

En 2006 il adhère au PS.

Jacques Attali et Macron (30 ans), présentant les résultats de la Commission en l'année suivante ©Cyril Bitton/cosmos
Jacques Attali et Macron (30 ans), présentant les résultats de la Commission en 2007

De septembre 2007 il travaille avec Jacques Attali, comme rapporteur général adjoint de la Commission pour la libération de la croissance française, jusqu'en janvier 2008.

Le samedi 20 octobre 2007 il épouse Brigitte Trogneux (son ancienne professeur de latin et français), au Touquet-Paris-Plage où il réside.

En l'année suivante il est trésorier bénévole de l'association Bibliothèques sans frontières.

Banque

En septembre 2008 il devient banquier d'affaires chez Rothschild & Cie (comme Georges Pompidou).

En l'année suivante il quitte le PS.

En l'année suivante il propose à la SDR du journal Le Monde de les aider bénévolement à trouver des investisseurs. Les journalistes s'orientent vers la proposition du trio Bergé-Niel-Pigasse, une proposition qui ne reçoit pas l'aval de Macron. Le samedi 3, Adrien de Triconot, alors qu'ils se rendent dans des bureaux de Pierre Bergé, a la surprise de surprendre Macron avec Alain Minc, soutien d'une autre offre de reprise du journal, Prisa, refusée par la SDR. De Tricornot, Adrien: "Comment Macron m’a séduit puis trahi", Street Vox, 2017-01-10 .

De l'année suivante à l'année suivante, il gagne {{2400000|currency:'€':0}} en tant qu'associé chez Rotschild.

Elysée

À la mi-mai 2012 il accepte le poste de secrétaire général adjoint de la présidence de la République auprès de François Hollande.

À l'été 2014, Macron passe des vacances à Los Angeles avec Xavier Niel. Ils discutent d'un projet de start-up, sorte de test multidisciplinaire pour évaluer les élèves, sur le modèle du test d'anglais TOEFL "Patrons, économistes, élus... découvrez les proches du candidat Emmanuel Macron", Capital, 2015-05-28 .

Gouvernement

Le lundi 26 il devient Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique dans le gouvernement Manuel Valls 2, en remplacement d'Arnaud Montebourg, dont il conserve la moitié du cabinet.

ISF

À cette occasion, dans le cadre des mesures de transparence mises en place après l'affaire Cahuzac, il fournit à la HATVP une déclaration de patrimoine où un expert immobilier de la cour de cassation a évalué la maison de son épouse au Touquet {{1200000|currency:'€':0}}. Le fisc, lui, réévalue cette maison (en prenant des comparables d'avant la crise) à {{1453000|currency:'€':0}}, lui ainsi faisant franchir le seuil des {{1300000|currency:'€':0}} de la 1ère tranche de l'ISF. Macron, considère cette réévaluation trop élevée mais décide de ne pas négocier : Compte tenu de mes fonctions, j’ai accepté cette évaluation administrative et j’ai renoncé à engager plus avant les discussions. Alors que j’estime être parfaitement dans mon droit, il n’était pas envisageable pour moi, comme ministre, d’entamer un dialogue plus long voire une action contentieuse contre l’administration.. Le vendredi 18 septembre 2015 il dépose alors une déclaration rectificative, payant des ISF de {{4174|currency:'€':0}} pour 2013 et {{2264|currency:'€':0}} pour l'année suivante, avec indemnités de retard Macron, E.: "Rétablir la vérité", Facebook, 2016-06-13. .

Loi Macron

Prenant la suite du projet de loi sur la croissance et le pouvoir d'achat porté par Montebourg porte un projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, aussi appelé loi Macron, qui a pour objectif de déverrouiller l'économie française en modifiant notamment la réglementation concernant :

  • le travail le dimanche
  • les professions réglementées : faire baisser Les tarifs des greffiers des tribunaux de commerce de 5% et ceux des notaires et huissiers de justice d'environ 2,5% ;
  • les transports et le permis de conduire
  • l'ouverture du marché autocar
  • la vie des entreprises et des salariés

(l'ouverture à la concurrence des pharamacies ayant finalement été retirée de la loi)

Le débat sur cette loi provoque des polémiques :

Les "illétrées" de Gad

Le samedi 17, lors de sa 1ère interview en tant que Ministre de l'Economie sur Europe 1, interrogé sur son projet de loi facilitant notamment l'accès au permis de conduire, il cite l'exemple dont il est en charge de la société d'abattoir de porcs Gad où travaille une majorité de femmes pour beaucoup illétrées poussées à quitter cette société et incitées à travaillée à plusieurs dizaines de km de là, alors qu'elle ne disposent pas du permis de conduire qui est couteux (1500 € en moyenne) et long à obtenir (plusieurs mois, voire années).

Suite aux protestations de délégués syndicaux, interpellé par Laure de La Raudière (députée UMP) lors d'une séance à l'Assemblée Nationale, Macron présente alors ses excuses les plus plates et exprime ses regrets, promettant de se rendre sur place pour s'excuser. C'est ce qu'il fera en janvier 2015 il se rend à l'abattoir de Lampaul-Guimiliau. Là il est remercié par la plupart des employés.

Les "pauvres" en autocar

Le matin du mercredi 15 octobre 2014, Thierry Lepaon (secrétaire général CGT) réagit à la réforme des autocars en déclarant sur France 2 :

On va avoir 3 sortes de Français : ceux qui auront les moyens pour aller à Marseille en avion, ceux qui auront un peu moins d'argent et prendront le train et les pauvres qui prendront le bus. Voila le monde dans lequel on veut nous installer.

Macron reprend par la suite la formule pour déclarer :

Pour qui cette réforme est-elle bonne ? Elle est bonne pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer dans les transports en commun parce que le train est trop cher. Donc quand on me dit, les pauvres voyageront en autocar, j'ai tendance à penser que c'est une caricature, mais les pauvres qui ne peuvent pas voyager voyageront plus facilement (...) parce que l'autocar c'est 8 à 10 fois moins cher.

Une formule que Roger Karoutchi (sénateur UMP) ne manque pas de relayer, réduite à Macron insiste avec les autocars les pauvres pourront voyager plus facilement.

Emmanuel Macron aux journées de l'entrepreneur (Global Entrepreneurship Week) le jeudi 17 novembre
Emmanuel Macron aux journées de l'entrepreneur le 2014-11-17

La loi est présentée en le mois suivant au Conseil des ministres. Par peur de ne pas trouver de majorité sur ce texte, le gouvernement Valls 2 fait adopter cette réforme via l'article 49.3 de la Constitution le vendredi 10 juillet 2015. Après une saisie du Conseil constitutionnel par l'opposition, la loi est promulguée le samedi 6 août.

À cette même époque, le

Fin jeudi 6 août 2015, il hésite à quitter le gouvernement en raison du projet de réforme sur la déchéance de la nationalité, avec lequel il exprime son désaccord ; il y renonce car celui-ci ne fait pas partie de [son] périmètre ministériel.

En janvier 2016, il propose à l’Élysée et à Matignon un projet de loi, dit Macron 2 ou NOÉ, mais Manuel Valls le refuse, notamment parce qu'il contient des dispositions (sur le licenciement économique, le plafonnement des indemnités prudhommales) qui relèvent du Ministère du Travail. Macron envisage un temps de démissionner, puis négocie alors que ces propositions restent présentées, mais par le Ministère du Travail.

Le "costard"

Fin mai, lors de l'AG du mouvement Nuit Debout à Nîmes (alors mobilisé contre la "Loi Travail"), apprenant que Macron va se rendre le vendredi 27 à BeWeb, l'école numérique de Lunel (Hérault), des militants décident de l'attendre dans celle ville proche, avec un mégaphone pour interpeler Macron sur cette loi. Après sa visite de , Macron sort de l'école, va leur serrer la main, et discute difficilement avec l'un d'eux, Roland Veuilliet (du syndicat Sud éducation). Un autre militant plus jeune, Jordan, interpelle Macron :

On en a marre... moi j'ai pas les sous pour... (il montre le costume de Macron)

Mais j'ai pas de leçons à recevoir... Ecoutez... si vous aimez pas que la France soit bloquée, arrêtez de la bloquer... et maintenant... vous savez... vous savez, la meilleure façon de se payer un costard - vous allez pas me faire peur avec votre tee-shirt - la meilleure façon de se payer un costard c'est de travailler.

Et alors ? Depuis l'âge de 16 ans je travaille monsieur ! Depuis l'âge de 16 ans je travaille monsieur !

...Là vous voyez je suis allé voir des jeunes qui ont envie de travailler

Présidentielle

En mars, Emmanuel Macron exprime son souhait que François Hollande se présente à l'élection présidentielle de l'année suivante en le présentant comme le candidat légitime.

Cela ne l'empêche pas le mercredi 6 avril 2016, il fonde le mouvement politique En marche !. Le mardi 30 août, il démissionne de ses fonctions de Ministre, ayant dépensé 80% des frais de représentation de son Ministère Soit 120000 € environ, l'enveloppe annuelle étant de 150000 €.. Il déplorera que le gouvernement ait fait beaucoup de choses à moitié, contrairement à son souhait.

En novembre, il annonce sa candidature à l'élection présidentielle de l'année suivante. Malgré les appels du PS, il refuse néanmoins de participer à la primaire de la gauche de 2017, disant ne pas vouloir s'enfermer dans des querelles de clans.

Fin janvier 2017 un livre sur le Ministère des Finances Frédéric Says & Marion L'Hour: Dans l'enfer de Bercy: Enquête sur les secrets du ministère des Finances, JC Latès, 2017-01 dévoile le montant des frais de représentations qu'il a utilisé avant de quitter son Ministère. Bien qu'il n'ait pas dépassé le montant autorisé, des députés LR l'accusent alors d'avoir ainsi financé des dîners visant à créer un réseau pour sa candidature à la Présidentielle, ce qu'il dément.

Macron est notamment soutenu par :

  • Gérard Collomb (sénateur-maire PS de Lyon)
  • Bruno Bonnell (cofondateur de Infogrames, ex-président de Atari, PDF de Infonie, créateur de Game One TV, de Robopolis)
  • Laurence Haïm (précemment correspondante aux Etats-Unis pour Canal+, ayant notamment couvert la campagne de Obama)
  • Jean Pisani-Ferry (économiste ayant quitté son poste de commissaire général de France Stratégie, un organisme de réflexion placé auprès du Premier ministre)
  • Arnaud Leroy (député PS des Français de l’étranger)
  • Didier Casas (directeur général adjoint de Bouygues Telecom, s'étant mis en congé pour rejoindre En Marche)
  • Renaud Dutreil (ancien ministre de la Fonction publique puis des PME, dans les gouvernements Villepin et Raffarin, sous la présidence Chirac)
  • Pierre Bergé
  • Marc Simoncini (fondateur du site de rencontres Meetic)
  • Erik Orsenna (écrivain, prix Goncourt 1988)
  • Benjamin Griveaux (ancien conseiller de Dominique Strauss-Kahn, il fut vice-président du Conseil général de Saône-et-Loire)
  • Jean-Pierre Mignard (avocat, proche de François Hollande)
  • Julien Denormandie (ex-directeur adjoint du cabinet d’Emmanuel Macron à Bercy)
  • Thierry Pech (directeur du cercle de réflexion Terra Nova)
  • Catherine Barbaroux (présidente de l'Adie, une association de micro-crédit)
  • Said Hammouche (patron du cabinet de recrutement Mozaik RH, surnommé le "DRH des banlieues").
  • Bernard Mourad (directeur général adjoint du pôle médias du groupe SFR)
  • Richard Ferrand (député PS du Finistère, ancien soutien de Martine Aubry)
  • Christophe Castaner (député des Alpes de Haute Provence)
  • Stéphane Travert (député de la Manche)
  • Jean Arthuis (UDI, ancien ministre de l'économie et des finances)
  • Philippe aghion (économiste)
  • Elie Cohen (économiste)
  • Jean-hervé Lorenzi (économiste)
  • Corinne Lepage (Présidente de Cap21/Le Rassemblement citoyen, ancienne ministre de Chirac)
  • Jean-Paul Huchon (ancien président socialiste de la région Ile-de-France)
  • Jean-Marie Cavada (journaliste, dirigeant Génération citoyens, réélu du parlement européen en 2014)
  • Eric Halphen (ancien juge anti-corruption)
  • Jean-Marc Dumontet (producteur et propriétaire de théâtres)
  • Daniel Cohn-Bendit (écologiste) "Pourquoi nous choisissons Emmanuel Macron", Le Monde, 2017-03-06
  • Jean-Paul Besset (écologiste)
  • Matthieu Orphelin (écologiste)