L. James Lorenzen

Coral et Jim Lorenzen vers 1953
Coral et Jim Lorenzen vers 1953

James est bassiste et guitariste professionnel. Ingénieur en électrique, "Jim" Lorenzen est opérateur radio de l'USAF à India pendant la 2nde guerre mondiale.

Ils s'installent à Douglas (Arizona).

A partir de 1949 le couple vit à Los Angeles (Californie) et y ont l'opportunité de rencontrer George Adamski. Les Lorenzen le trouvent très agréable mais ne lui accordent pas grande crédibilité

alors que Jim travaille comme musicien et étudie à l'école d'électronique, et en août 1951 déménage à Sturgeon Bay (Wisconsin), où Jim a obtenu un poste d'ingénieur dans une station de radio.

C'est à cette époque que Coral à son premier enfant, Larry.

James est actif dans l'organisation mais pas autant qu'il le voudrait, en raison de la nature de son travail. Un de ses passe-temps est la renovation d'anciens instruments de musique et il consacre son temps libre, qui est réduit, à rénover un ancien grand piano prévu pour être ajouté à la collection dans la salle de musique des Lorenzen.

En 1954 James trouve un poste d'employé civil à la base USAF de Holloman, et les Lorenzens déménagent à Alamogordo (Nouveau Mexique).

Jim et Coral Lorenzen devant la boîte-aux-lettres de l'APRO
Jim et Coral Lorenzen et la boîte-aux-lettres de l'APRO
Jim et Coral Lorenzen en 1976
Coral et Jim Lorenzen vers 1953

Les objectifs de l'association, clairement affichés, sont de promouvoir l'existence réelle des soucoupes considérées comme véhicules interplanétaires ainsi que le contact avec les êtres qui les pilotent. C'est sans doute cette attitude qui amena la Commission Robertson à la mettre sous surveillance en 1953, probablement en la faisant infiltrer par la CIA.

En 1960 James accepte un emploi d'associé technique à l'Observatoire National de Kitt Peak à Tucson (Arizona).

A l'Automne 1967, James démissionne de son poste à l'observatoire pour pouvoir consacrer plus de temps à l'APRO et développer certaines inventions dans le but d'établir sa propre société. Un travail de 9 h à 17 h est trop contraignant dans ce domaine, dira Lorenzen. J'ai réalisé mon ambition d'être mon propre patron, à proprement parler en 1970 et je peux maintenant faire mes propres heures et je suis libre à tout moment d'aller où bon me semble - qu'il s'agisse d'une conférence ou d'une enquête à des états d'ici.

En conclusion James a ceci à dire : Je ne pense pas que la réponse d'ensemble au mystère ovni sera simple et il est probable qu'elle prenne un temps considérable. Mais nous sommes prêts à continuer ; après tout, ce n'est pas dans notre nature d'abandonner. Nous avons donné 24 ans de notre vie et qui sait, nous pourrions avoir à donner plus d'années encore.

En 1986, l'APRO compte environ 3000 membres.

Auteur de :