Brisley Le Poer Trench, comte de Clancarty
Trench, comte de Clancarty

Le Poer Trench naît le à Londres (Angleterre), 5ème fils du 5ème comte de Clancarty et de Mary Gwatkin. Il est éduqué au Nautical College de Pangbourne. Il devient 8ème Comte de Clancarty, membre de la chambre des Lords et du parlement britannique.

Après la 2nde guerre mondiale, il note de nombre signalements d'observations d'ovnis et commence à recueillir des coupures de presse sur le sujet. Lors d'une rencontre avec Desmond Leslie, il est encouragé à assister à une conférence sur les soucoupes volantes à Battersea Polytechnic, Londres.

De , Le Poer Trench est rédacteur-en-chef de la FSR. En il fonde Contact International, une organisation ufologique mondiale avec des membres dans 37 pays différents, dont il est président. A cette époque il est également vice-president de la BUFORA, et membre honoraire à vie de l'Ancien Astronaut Society.

Terre creuse

A un moment il épouse la théorie de la terre creuse, spéculant sur le fait que les soucoupes volantes émergent de bases y étant profondément enfouies, s'élevant par un trou situé près du pôle Nord. Il écrit :

Il est de ma ferme conviction que le travail de fondation a maintenant été préparé pour une main mise de cette planète par ceux qui vivent en son intérieur (...) veuillez envisager que notre vaisseau naturel, le planète Terre, soit creuse et habitée. Je vous en ai donné la preuve. Si la réponse à ces questions est affirmative dans votre esprit, alors cela doit sûrement être le Secret de tout les Temps Le Poer Trench 1974.

Toujours passionné par les ovnis, Le Poer Trench déclare dès , Le Sujet Eternel - la saga continuelle des soucoupes volantes - atteint maintenant une étape cruciale. Il y a des signes que nous sommes près d'un dénouement.

Débat chez les Lords

Le soir du , a lieu un débat à la Chambre des Lords, en vue de voter motion visant à conserver le sujet en permanence au devant du Parlement, et créer pour ce faire un groupe d'étude sur les ovnis multi-partites au sein de la Chambre.

Clancarty se lève pour introduire le débat : C'est avec grand plaisir que j'introduis ce débat sur les objets volants non identifiés - connus plus brièvement comme les OVNIs et parfois comme les soucoupes volantes. Il aborde divers cas de l'historique des ovnis, relatant par exemple comment, lors de l'incident de Téhéran en , lorsqu'il essaya de tirer un missile air-air sur l'objet, le pilote constata que le panneau de contrôle des armes ne fonctionnait pas et que tous les systèmes électroniques étaient hors service. Clancarty aborde également l'action des gouvernement. Son message est simple : les ovnis sont un fait mais les gouvernements dans le monde entier seraient coupables de cacher la vérité. Supposez simplement que les "ufonautes" décident de faire des atterrissages en masse demain dans ce pays -- il pourrait bien y avoir une panique ici parce que notre peuple n'a pas été préparé. Pour Clancarty le temps est venu pour le Ministère de la Défense Britannique de procéder à une diffusion publique sur le sujets des ovnis : Il faudrait beaucoup de temps pour discréditer la vision maintenue par beaucoup de gens dans ce pays qu'il existe ici une dissimulation, et que d'une certaine manière nous jouons main-dans-la-main avec les Etats-Unis là-dessus.

Le 2nd intervenant, Lord Trefgarne, pilote qualifié n'ayant jamais vu d'ovnis durant ses 2500 h de vol, s'oppose à la motion. Pour lui de nombreux ovnis peuvent être expliqués par la théorie scientifique logique. Il déclare : Depuis des temps immémoriaux, l'homme a attribué ces phénomènes qu'il ne pouvait pas expliquer à des agents supernaturels ou extraterrestres. Aujourd'hui, personne ne prend la sorcellerie au sérieux, et il n'y a pas de fées au fond de mon jardin. Il ajoute enfin que la croyance en des êtres extraterrestres n'est pas compatible avec la foi chrétienne.

Le comte de Kimberly soutient la motion, déclarant que les ovnis défient la logique de ce monde. Le viconte d'Oxford exprime le désir de savoir d'où viennent les ovnis. Lord Davies de Leek soutien également la motion, indiquant que si un humain sur les dizaines de milliers ayant supposément vu ces phénomène dit la vérité, alors il y a grand besoin pour nous de nous intéresser au sujet.

Le Lord Bishop de Norwich, bien qu'en faveur de la motion, exprime sa préoccupation que, le mystère entourant les ovnis aujourd'hui... est en danger de produire une superstition du 20ème siècle dans nos jours modernes et scientifiques qui n'est pas très différente de la superstition du passé. Il avertit contre le danger de l'aspect religieux de la situation ovni menant à l'obscurcissement des vérités chrétiennes de base.

Lord Gladwyn s'oppose à la motion et note que plus notre planète devient sur-peuplée, plus grande est la violence et plus les guerres sont plus épouvantables, plus, peut-être inconsciemment, nous voulons la quitter si nous pouvons faire confiance en une autre intervention mondiale ; et plus intense est par conséquent l'attente, plus grande est la tentation de croire qu'il y a effectivement un ailleurs où nous puissions aller physiquement ou auquel nous puissions d'une manière ou d'une autre faire appel. Il conclut, Si les ovnis contiennent des êtres sentient, nous ne pouvons que nous en remettre à eux pour nous contacter lorsque, et si, il le souhaiteront. Jusqu'à maintenant, s'ils existent, ils n'ont fait aucun mal d'aucune sorte. Apparemment ils n'ont fait aucun mal durant les derniers 2 ou 3 milliers d'années. Donc il ne semble pas y avoir grand besoin de mettre en place une machinerie intragovernmentale pour investiguer sur l'ensemble du phénomène. Le mystère pourrait suitably rester un mystère, et jusqu'ici je ne vois personne will be in any way worse off if it does.

Lord Kings Norton, bien qu'exprimant un scepticisme, soutient la motion. Lord Rankeillour, d'un autre côté, indique : Je suspecte que le Gouvernement Britannique a bien un Département étudiant les observations d'ovnis, sinon pour quelle autre raison s'ennuieraient-ils à go to such trouble pour démonter publiquement ceux signalés s'ils ne représentent pas un intérêt pour eux ? Quite apart du fait que le Gouvernement n'a pas admis l'existence des ovnis, ces machines sotn potentiellement dangeureuses. Elles émanent une lumière aveuglante, des rayons crippling et parfois des rayons immobilisant les humains ; ils démarrent des feux de forêt, éradiquent les céréales et causes du stress aux animaux.

Le Comte de Halsbury discute de certaines explications naturelles d'ovnis, et est suivi par Lord Hewlett qui remarque que : Sur le Royaume-Uni, le radio téléscope de Jodrell Bank, le 1er et toujours un des plus puissant au monde, a observé des milliers de sujets possibles pour une identification comme ovni, mais pas un seul n'a été prouvé être autre que des phénomènes naturels. Il reçoit une réponse du Comte de Cork et Orerry, qui avance que le fait que le télescope de Jodrell Bank n'a rien vu non seulement n'invalide pas, mais n'est particulièrement pas un bon indice qu'il n'y avait rien.

Le prochain à parler est le Comte de Strabolgi, qui demande : Pourquoi n'ont-ils jamais essayé de communiquer avec nous ? Pourquoi n'y a-t-il eut aucun indice sur radio de tentatives de communication ? Et pourquoi un tel grand nombre de mouvements n'est-il pas repéré par nos systèmes de défense radar ? Pourquoi n'a pas été trouvé un seul artefact ? En supposant que chaque visite représente un voyage depuis une étoile éloignée, où ces appareils spatiaux extraterrestres sont-ils supposés se cacher ? Maintenant que l'idée de telles bases sur la Lune ou sur une autre planète dans notre système solaire est à peine tenable, les ufologues ont dû déclarer que les extraterrestres sont basés dans les profondeurs de la mer ou dans un grand trou à l'intérieur de la Terre, ou même qu'ils viennent d'univers invisibles et d'autres continuua espace-temps. Toute personne acceptant l'hypothèse de grands nombres de visites extraterrestres semble forcé vers des explications qui sont encore plus fantastiques, et incapables de prouver ou invalider. Il clot le débat en disant : Le Gouvernement de Sa Majesté ne considère pas qu'il y ait une quelconque justification à la dépense d'argent public sur une telle étude... Quant à dire la vérité au public sur les ovnis, la vérité est simple. Il y a vraiment de nombreux phénomènes étranges dans le ciel, et ceux-ci sont invariablement signalées par des gens rationnels. Mais il existe une large gamme d'explications naturelles expliquant de tels phénomènes. Il n'y a rien pour suggérer au Gouvernement de Sa Majesté que ces phénomènes sont des appareils spatiaux extraterrestres.

Malgré tout, au terme de ce débat de , la motion est adoptée Le groupe d'étude sur les ovnis de la Chambre sera par la suite dirigée par l'amiral Peter John Hill-Norton.

Lord Clancarty et Coleman vonKevickzy le Kevickzy
Lord Clancarty et Kevickzy le 2 Janvier 1980 [Photo Kevickzy]

En il invite Coleman vonKeviczky à présenter le dossier WASA devant le groupe d'étude des ovnis de la Chambre des Lord.

Holloman

Article sur l'histoire de la rencontre d'Holloman en 1982, relatée par Lord Clancarty
Article sur l'histoire de la rencontre d'Holloman en , relatée par Lord Clancarty

En il déclare que le président Dwight David Eisenhower avait rencontré des êtres venus de l'espace en .

Clancarty pense que les ovnis viennent de la 12ème planète nommée Marduk, des régions de la Grande Ourse, le Petite Ourse et de Sirius. Il maintient également que les occupants des ovnis nous ont engendrés ou ont amené l'homme animal à devenir Homo Sapiens. Selon lui, les ufonautes reviennent régulièrement pour voir comment leurs protégés progressent ou pour enrayer leur déclin.

Trench meurt le .

Auteur de :

Références :