Hopkins naît le à Lawrence (Massachussets) "Hebert John Hopkins", Family Search.

A partir de il est ingénieur radio, jusqu'en où il entre à la faculté d'Aurora, d'où il sort diplômé d'une licence de chimie en . Il entre alors à l'Ecole de Médecine de l'Université de l'Illinois, d'où il sort avec une maîtrise en chimie en "Dr. Herbert Hopkins Obituary", Tampa Bay Times, 2005-04-05.

A partir de il exerce la médecine à Old Orchard Beach (Maine). Il devient allergologue ayant entre dans le Who's who pour ses recherches sur les causes et traitements de Scléroses Multiples (MS). Il est également réputé pour ses compétence en hypnothérapie.

Dans les années 1970s il dirige une église "psychique", membre de l'église mormonne de Sebring.

Ovnis

Hopkins est recruté pour ses compétences en hypnose sur le cas d'enlèvement de David Stephens. Les sessions de régression hypnotique commençent le .

Premiers MIB

Le soir du Hopkins est seul dans le salon de sa maison du 16 Francis Street "Herbert John Hopkins in the 1940 Census", Ancestry à Old Orchard Beach (Maine) quand il reçoit un appel téléphonique. Un homme, qui se présente comme le vice-président d'une association de recherche sur les ovnis, demande à lui parler. Le docteur accepte. Pour guider son visiteur, il descend allumer les lumières extérieures de la maison. C'est alors qu'il voit un homme en train de monter les marches. C'est celui qui vient de lui téléphoner. 1er mystère : comment a-t-il fait pour accourir aussi rapidement, d'autant qu'il n'y a aucune voiture garée sur le parking de la maison ? Hopkins déclarera : Je n'ai pas vu de voiture ; et même s'il avait eu une voiture, il n'aurait absolument pas eu le temps de venir chez moi aussi rapidement à partir d'un téléphone public.

L'homme est habillé en noir : costume à la coupe démodée, chapeau, cravate et souliers. Sa chemise est immaculée. Tout, sur lui, a l'air parfaitement propre et bien repassé. Deuxième étrangeté, l'homme est complètement glabre ; il n'a ni cheveux, ni sourcils, ni cils. De plus, sa peau est très pale, alors que ses lèvres sont rouge vif. Quelques instants plus tard, le docteur Hopkins s'apercevra qu'il s'agit d'un maquillage et que l'homme porte comme un rouge à lèvres !

La conversation s'engage librement. On parle d'ovnis. Le visiteur conseille à Hopkins de détruire la totalité de ses archives concernant l'affaire d'enlèvement. Plus le temps passe et plus l'intensité du discours de l'homme en noir diminue. Il finit par se lever, un peu comme s'il avait les jambes très faibles, et dit : Mon énergie diminue, je dois partir maintenant. Au revoir.

Avant de partir, il affirmera au docteur que 2 pièces de monnaie se trouvent dans ses poches. C'est le cas. Par une sorte de suggestion hypnotique, l'homme en noir en fera disparaître une, affirmant : Ni vous, ni quiconque, ne reverra cette pièce sur cette planète.

Titubant légèrement, l'homme gagne la sortie en s'enfonçant dans l'obscurité. Hopkins aperçoit une lumière très vive sur la route, une lueur plus blanche que celle des phares d'une voiture. On ne retrouvera aucune trace de l'engin.

Seconds MIB

Le , Maureen (belle-fille de Hopkins) reçoit une visite au moins aussi étrange. Un couple, cette fois ! L'homme et la femme paraissent âgés d'une trentaine d'années, et portent des vêtements démodés. La femme a un air bizarre avec sa poitrine tombante et ses hanches curieusement faites. Tous deux marchent à petits pas, comme s'ils avaient peur de tomber.

Pendant tout l'entretien, qui porta sur des questions personnelles et sur la vie quotidienne, l'homme ne cessa pas de "câliner" sa compagne, non sans demander à Maureen et à John, son mari, si c'était bien ainsi que cela se faisait. Il finira d'ailleurs par poser des questions très particulières sur l'intimité de Maureen et lui demandera des photographies d'elle nue !

L'entretien cessera brutalement et les 2 êtres, correspondant tout à fait aux descriptions de MIB, partiront sans même dire au revoir à ceux qui les avaient accueillis "More MIB Weirdery", Blogger.

L'histoire est publiée dans un tabloïd The Star, puis reprise dans les Mysteries of the Unknown de Time-Life, l'encyclopédie des Mysteries of Mind, Space & Time, et plusieurs livres Randles, Jenny: The Truth Behind the Men in Black.

Enquête

Le , Howard Hopkins (neveu de Herbert, auteur de récits de BDs d'épouvante, né en 1962), publie sur son blog un billet à propos de l'histoire Hopkins, H.: "The Truth about a Man in Black", Blogger, 2008-01-13 où il dépeint le récit comme une pure invention :

Mon oncle était, malheureusement, quelqu'un enclin à la fantaisie, avide d'être le centre de l'attention et des projecteurs et régulièrement il inventait tout simplement des choses — peu importe à quel point c'était hyperbolique — dans le seul but d'être plus intéressant que quelqu'un d'autre. Aussi brilliant qu'il était dans des tas d'autres domaines, il n'était pas doué pour la fiction.

Et durant la plupart des années 1970s et 1980s, il était alcoolique. Chaque nuit était passée seule avec un magnum de vin (il faisait aussi son propre vin, dans un alambic à la cave). Il trébuchait dans les escaliers à 05:00 du matin, délirant à propos du "chien invisible". Comment est-ce que j'ai su pour le chien invisible ? Eh bien, un bon nombre de fois alors que je dormais j'étais réveillé par ce délire et les inévitables injures, putain de chien ! Le chien en chair et en os, incidemment, était à côté de moi sur le lit, regardant vers l'entrée, se demandant ce que diable était ce bruit sourd.

L'explication à ce récit d'Homme en Noir est malheureusement très banale. Cet être mystérieux en noir, inspiré par de la fiction bon marché et de l'alcool, probablement moins par malice que par un triste besoin d'attention, fut, hélas, un simple mensonge, qui doit être mentionné comme tel pour ceux qui mènent des recherches sérieuses dans ce domaine.

Robyn Hopkins (frère de Howard) ne partage cependant pas l'avis de son frère :

Oui, le Dr. Hopkins aimait boire un peu mais je ne pense pas que ça fait de sa rencontre un faux. C'était un homme brillant, il avait besoin d'occuper son esprit donc je ne doute pas qu'il ait fait beaucoup de recherches dans ce domaine. Je n'écarte pas l'idée que la rencontre fut authentique comme mon frère l'a fait. Des perspectives différentes. Quant à des gens bizarres dans la famille, nous en avions, mais c'était intéressant à voir. Quant aux échangistes, quelques années plus tard elle tira sur son mari et le tua "THE SAD TRUTH BEHIND AN MIB STORY", Magonia, 2009-02.

Howard Hopkins meurt en Porter, Andrew: "Author Howard Hopkins Dies", SF Scope, 2012-01-18 Obiturary.

En il s'installe à Lake Placid (New York).

Hopkins meurt le au Centre Médical de Lake Placid (New York), laissant son frère Frank E. Hopkins et son épouse Lynne, ainsi que 2 petits-enfants. Il est enterré au cimetière de Oak Hill.