Hendry
Hendry

Hendry naît dans l'Illinois en . Il a suivi des études d'astronomie à l'Université du Michigan, mais est artiste de profession.

CUFOS

La carrière de Hendry croise celle de Josef Allen Hynek en , au moment où ce dernier finit de quitter le rationalisme alors que Hendry, son meilleur élève, commence à considérer que les 30 dernières années d'investigation ufologique ont constitué une frustration scientifique. Cela n'empêche pas Hynek de l'engager en comme employé à plein temps du CUFOS, faisant ainsi de Hendry un des premiers enquêteurs rémunérés de l'histoire de l'ufologie. En novembre, Hendry devient le 1er éditeur de l'IUR pour laquelle il écrit de nombreux articles et, peu après, directeur de publication d'une nouvelle version de la revue spécialisée Frontiers of Science. Contrairement à de nombreux ufologues de sa génération, il étudie les informations concernant les observations d'ovnis jusqu'aux dernières conséquences (ou presque), parvenant à trouver des explications conventionnelles pour la grande majorité d'entre elles. Pour lui, l'ufologie fait de nous tous des amateurs : il est nécessaire de développer des compétences minimales dans divers domaines (astronomie, perception, etc.) pour étudier correctement les observations d'ovnis.

UFO Hotline

Un des dessins de Hendry
Un des dessins de Hendry

Enquêteur-en-chef, Hendry assure le service téléphonique gratuit de signalement d'ovnis mis en place par le CUFOS. Entre le et le , il a à traiter 3 cas par jour en moyenne, la majeure partie signalés par téléphone. Au total il constitue une base de données de 1307 cas.

Manuel OVNI

Cette base, il la dissèque dans un livre Hendry, A.: The UFO Handbook, Doubleday, New York, Hiver 1979-1980 — Un guide pour enquêter, évaluer et rapporter les observations d'ovnis. Focalisé sur les OVIs. contenant ses propres dessins, préfacé par Hynek, et considéré comme l'un des 5 meilleurs sur le phénomène ovni. A l'intérieur, il conclut que les caractéristiques des ovnis ne sont pas si différentes de celles des OVIs. Sans défendre le scepticisme explicitement, certaines de ses conclusions s'approchent de celles de certains sceptiques. Cependant, il est attaqué par les 2 bords : d'un côté, des sceptiques qui l'accusent de ne pas se prononcer clairement en faveur de la non-existence des ovnis, et de l'autre des ufologues qui lui reprochent d'expliquer une bonne partie des observations par le seul biais d'enquêtes téléphoniques. Pour Hendry le téléphone n'est cependant qu'un moyen parmi d'autres de recueillir des données : il parviendra par exemple en quelques appels à déjouer un canular spectaculaire. Cela ne l'empêche pas de mener des enquêtes sur place, comme pour la RR2 de Val Johnson le .

Néanmoins, avec le temps, des sceptiques plutôt radicaux, comme Philip Julian Klass, reconnaissent l'honnêteté, la méticulosité et qualité de son travail, qualifiant son livre de l'un des livres les plus significatifs et les plus utiles jamais publiés sur le sujet. Hendry restera cependant toujours sur la ligne de Hynek ou Bruce Maccabee, opposé aux debunkers du CSICOP tels Scheaffer, James E. Oberg ou Klass, dont il déplorera le traitement de certaines affaires comme celle du Père Gill, notant que les attaques insultantes ad hominem quant à la fiabilité de base du témoin sont une manière de jauger la solidité d'un cas.

En , alors que l'intérêt du public pour les ovnis s'amenuisent, les ressources du CUFOS commencent à s'assécher, et l'organisation ne peut plus se permettre de garder Hendry. Son affiliation à l'organisation prend fin le . Il déménage alors à Stone Mountain (Georgie), puis à Tucson (Arizona), la même année. Il garde encore quelque temps le titre d'enquêteur principal du CUFOS. Vivant à Tucson, il consacre alors son énergie à l'écriture sur des sujets scientifiques — il est devenu astronome — à des émissions de radio, l'éducation et l'illustration.

Auteur de :

Références :