National Bureau of Standards, organisme de normalisation, de support et de recherche sur les nouvelles technologies.

Le NBS est établit en par le Congrès, à l'époque d'un développement industriel extraordinaire aux Etats-Unis, afin d'aider et de supporter la fabrication de l'acier, les chemins de fer, le téléphone, l'énergie électrique, et l'ensemble des industries techniquement sophistiquées pour leur époque mais manquant de standards adéquats.

Au cours de ses deux premières décénies, le NBS gagne une reconnaissance internationale dans le domaine des mesures physiques, du développement de standard et de methodes de test. Ces premiers travaux sont le fondement pour diverses avancées dans de nombreux secteurs scientifiques et technologiques de l'époque, tels que les standards pour l'exploitation de éclairage et l'énergie électrique, la mesure de température pour les métaux en fusion, ainsi que des études et des tests sur la corrosion des matériaux, et la métallurgie. Au cours de la première guerre mondiale, le bureau concourt également à la résolution des problèmes urgents liés à l'armement et aux matériaux de guerre. A la fin de la guerre en , Hugh L. Dryden intègre le NBS.

Llyod Viel Berkner entre aussi au NBS en . Il accepte son affectation à la première expédition de l'amiral Richard E. Byrd comme ingénieur radio. De retour au NBS en , il continue son étude des conditions de transmission des ondes radio. Il persuade le NBS d'initier un projet d'un demi-million de dollars pour des études sur la ionosphère utilisant des transmissions radio-pulsées — une technique développée 5 ans plus tôt par Breit et Tuve au DTM, au CIW.

Lors de la 2nde guerre mondiale, le NBS met une nouvelle fois sa compétence au service de l'effort de guerre. En , suite aux nombreux rapports de l'USAAF décrivant des ovnis ou foo-fighters interférant à distance avec les moteurs à combustion des appareils alliés, des enquêteurs suspectent une cause électromagnétique. Une enquête secrète est menée par le NBS sur le phénomène ainsi que sur les travaux allemands sur les appareils-fusées, sous la direction de Dryden. A la fin du conflit, divers programmes de base sont élaborés, concernant la physique nucléaire et atomique, l'électronique, les mathématiques, la recherche informatique, les polymères, ainsi que que des recherches sur l'instrumentation, les standards et les mesures. En c'est Edward Ulher Condon qui prend la tête de l'organisme, juste au-dessus de Dryden qui a monté les échelons. Un an plus tard en , Dryden quitte le NBS pour devenir Administrateur Exécutif du NACA. D'autres personnalités de renom font alors un passage au NBS, comme Peter Andrew Sturrock de . Condon, lui part en .

Par la suite dans les années 1950s et 1960s, l'effort de recherche du NBS permet d'entrer dans l'âge de l'informatique, et est utilisé dans la course spatiale après le lancement de Sputnik. Dans les années 1970s, des recherches sur la conservation et la libération d'énergie ont également lieu au NBS.

En l'Omnibus Trade and Competitiveness Act — en conjonction avec la réglementation de — étend la mission de l'organisme, jusque là centré sur le consommateur et la recherche en laboratoire, à l'amélioration de la compétitivité de l'industrie américaine et à l'aide à la commercialisation rapide des nouvelles technologies. Afin de refléter ce changement majeur, le NBS change de nom et devient le NIST.

Les directeurs du NBS sont :