En , par suite de l'augmentation du trafic aérien français et parce que la circulation opérationnelle militaire et la circulation aérienne générale civile utilisent le même espace aérien, on procède à une division du territoire en ZAD adaptées aux régions et reliées au Commandement Opérationnel de la Défense Aérienne, basé à Taverny.

Le , le CODA détecte une piste radar (primaire) non identifiée correspondant à l'observation du commandant Jean-Charles Duboc et son équipage.

Le a lieu l'observation de Jean-Charles Duboc et, en application de la procédure existante, Reims informe le CODA de Taverny de l'observation faite par l'équipage et demande à d'appliquer dès l'atterrissage la procédure Airmiss. Le CODA a effectivement enregistré au même moment une piste radar initiée par le centre de contrôle de Cinq-Mars-La-Pile correspondant en lieu et en heure au phénomène observé. Cette piste radar, qui a été enregistrée pendant , croise bien la trajectoire du vol AF 3532 et ne correspond à aucun plan de vol déposé. Il faut noter que le phénomène disparaît au même instant à la vue de l'équipage et des scopes radars. Les investigations menées par le CODA permettent à la fois d'exclure l'hypothèse du ballon météorologique et de connaître la distance précise de croisement des 2 trajectoires et donc ramener à 250 m de long la taille approximative de l'engin. Cependant cette information ne sera portée à la connaissance du SEPRA qu'en .

Le 6 juin, le CODA devient le CCOA.