Sigle du Defense Signal Directorate, organe responsable du renseignement électronique et de la sécurité électronique des transmissions de la défense, des affaires étrangères et du gouvernement pour la communauté de renseignement australienne. Subordonné au ministère de la Défense, il travaille en étroite collaboration avec les services équivalent britannique (GCHQ), américain (NSA), canadien (CSE) et néo-zélandais (GCSB), en vertu de l'accord UKUSA.

Les origines du DSD sont à retrouver dans le Special Intelligence Bureau (SIB), établi formellement le 1941-11-28, et dont les moyens ont été massivement accrus lors de la 2nde guerre mondiale. Le renseignement électronique a en effet été sans doute la plus importante contribution des services de renseignement australiens aux Alliés. Tout au long de la guerre, plusieurs organes de cryptologie ont été mis sur pied pour compléter les moyens de collection de la SIB, dont le Central Bureau, activé le 1942-04-15. Après la guerre, le 1947-11-12, tous ces organes sont fondus en une seule organisation, le Defense Signals Bureau (DSB), qui devient la Defense Signals Division (DSD) en 1963-12. Ce n'est qu'en 1977-10, lors de sa transformation en Defense Signals Directorate (DSD), que l'existence du DSD n'a été reconnue officiellement.