Anti-matière

Mishara, Eric: Omni magazine, mars 1983

Le document d'origine
Le document d'origine

3 extraterrestres aux tenues argentées survolèrent le sol dans un rayon de lumière et conversèrent avec un américain.

La nuit du 30 décembre 1980, un vaisseau spatial se serait écrasé dans la forêt près de la base de la Force Aérienne Royale de Bentwaters / Woodbridge, une installation de l'OTAN en Angleterre. 3 extraterrestres aux tenues argentées, chacun de 3 pieds de haut et survolant le sol dans un rayon de lumière, réparèrent l'appareil endommagé tout en conversant avec le commandant américain de la base. 4 h plus tard, les réparations terminées, le vaisseau spatial partit à une vitesse incroyable.

1 an plus tard, la passionnée d'ovnis Brenda Butler apprit l'incident de 2 hommes de l'USAF affectés à la base. Un disait être témoin direct ; l'autre avoir été envoyé sur les lieux après que le vaisseau spatial ait décollé et ne put livrer que des on-dits.

De peur de perdre leur poste, les 2 hommes demandèrent à Butler de ne pas révéler leur identité, mais elle ne peut s'empêcher de raconter l'histoire incroyable à son amie, la femme au foyer Dot Street, une membre de l'Association Britannique de Recherche sur les Ovnis (BUFORA).

Intriguées, et espérant confirmer le signalement, les 2 femmes interrogèrent des forrestiers et fermiers de la région, qui rapportèrent avoir perçu des lumières étranges et coups bruyants au-dessus de la base aérienne le jour du crash. Elles rencontrèrent aussi l'officier de liaison britannique de Woodbridge, le chef d'escadron Donald Moreland. Il dit : Je leur ai dit que je ne savais rien... et elles sont parties.

Mais Moreland concède aujourd'hui qu'il y eut un incident mineur, qu'il rapporta au Ministère de la Défense britannique, il y a un an ou deux. Il y avait quelques lumières qui scintillaient parmi les arbres, note-t-il, mais toute histoire d'humanoïdes est juste absolument ridicule.

Le colonel Ted Conrad, le commandant de la base supposé avoir parlé aux extraterrestres, a une version plus théâtrale de l'histoire : à 10:30 cette nuit fatidique, se souvient-il, 5 policiers de la Force Aérienne repérèrent les lumières de ce qu'ils pensèrent être un petit avion descendant dans la forêt. 2 des hommes suivièrent l'objet à pied et débouchèrent sur un appareil posé sur un grand tripode. Il était sans fenêtres, mais était garni de lumières rouges et bleues. Chaque fois que les hommes arrivaient à moins de 50 yards du vaisseau, raconte Conrad, il s'élevait de 6 pieds dans les airs et reculait. Ils le suivirent pendant presque 1 h à travers les bois et à travers un champ jusqu'à ce qu'il décolle à une vitesse phénomenale.

Sur la base des rapports effectués par ses hommes, le colonel Conrad entrepris une brève enquête sur l'incident dans la matinée. Il se rendit dans la forêt et repéra un motif triangulaire ostensiblement laissé par les pieds du tripode. Il dit n'avoir jamais observé d'extraterrestres, mais avoir bel et bien interrogé 2 des témoins, et conclut, Ces gars ont vu quelque chose, mais je ne sais pas ce que c'était.

La discussion de Conrad avec ses hommes fut la seule enquête officielle jamais menée, et il semble peu probable que nous en apprendrons jamais plus. Mais lorsque l'on demanda à Dot Street, du BUFORA, si elle croyait cette incroyable histoire, elle opina. Je vais garder la tête haute et dire oui. La collègue de Street, directrice du BUFORA, Jenny Randles s'est risquée à échafauder sa propre théorie, cependant : le vaisseau spatial extraterrestre, suggère-t-elle, n'est qu'une fiction laissée échappée par l'USAF pour dissimuler le crash d'un avion transportant des bombes nucléaires.